Club Des Livres

Santé et Réussite Par Zoheir

La  Perfection

J'ai parcouru le monde à la recherche de la femme parfaite.

      Après dix ans de recherche, je me suis résolu à rentrer chez moi.

      Mon meilleur ami m'a demandé :

      - Alors ? Tu l'as enfin rencontré ta femme parfaite ?

      Je lui ai répondu

      - Au sud, oui, j'ai trouvé la plus belle des femmes. Ses yeux étaient de braise, ses cheveux étaient d'or et son
corps, pareil à celui d'une déesse.

      Mon ami était enthousiaste :
      - Pardi ! Tu en as fait ton épouse ?
      - Malheureusement, elle n'était pas
    parfaite, car elle était très pauvre.

      Alors, j'ai exploré le Nord et j'y ai rencontré une femme qui était plus riche que toutes les femmes de la terre
réunies ! Elle ne savait même pas à combien s'élevait sa fortune !

      - Alors, celle-ci, c'était la perfection, non ?
      - Non, lui répondis-je. Le problème,
    c'est qu'elle était la plus vilaine créature que j'aie jamais vue de ma vie.

      Finalement, j'ai fui à l'Est et là bas, j'ai fait la connaissance d'une femme belle, riche et intelligente.
Elle, oui : elle était parfaite...

      - Eh bien... tu es marié avec elle ?
demanda mon ami 

- Non. Parce que malheureusement, cette femme parfaite était aussi à la recherche de l'homme parfait !

    .......................................................................

      Quand on recherche la perfection, il y a fort à parier qu'on trouve... la déception. Nul ni rien n'est parfait en
ce monde. Il faut se résoudre à rencontrer l'imperfection et, parfois, à savoir rabaisser ses exigences.
Nous-mêmes, sommes-nous toujours parfait pour exiger d'autrui qu'il le soit ?

    Mieux : la perfection n'est-elle pas dans le renoncement à rechercher la perfection ?

    Finalement, la véritable beauté n'est-elle pas dans ces petits défauts, dans ces anomalies qui nous rendent
l'autre encore plus proche, plus semblable, plus cher ?

      "Recherchez le succès, pas la
    perfection." ~ David Burns

      "C'est une perfection de n'aspirer
    point à être parfait." ~ Fénelon
 
Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program
 

Combattre le Stress en 5 Points

Le stress est une maladie qu'on peut en partie guérir.
Voici quelques réflexions de bon sens qui vous aideront à
vivre en paix.

       1. On dit que "le stress primordial" est attaché à la
peur sourde de la mort, de la fin de vie. Mais est-ce vraiment la mort que l'on craint ? Non, car on ne sait rien d'elle.

   Avec la fin de l'existence vient aussi la fin de notre conscience et de nos sensations, donc on ne peut rien savoir ni sentir de la mort. Donc elle n'est rien.

       2. Le stress c'est la crainte de ne pas être parfait :
   Ah ? Vous croyiez être parfait... ? Eh bien sachez que vous ne l'avez jamais été puisque votre manque de modestie a pu vous faire croire que vous l'étiez. Or il ne peut y avoir de perfection dans le manque.

       3. Le stress c'est la peur de ne pas pouvoir tout faire en un temps donné :

   Le temps, comme l'espace, est une dimension extensible. C'est une des rares choses qu'on peut s'octroyer presque gratuitement.

   Sachez que rien de ce qui est beau ou grandiose ne s'est fait en un jour.

       4. Le stress c'est souffrir de ne pas correspondre à l'image qu'on veut donner de soi :

   l'oeil ne voit pas l'objet mais l'image de l'objet. Vous aussi n'êtes qu'un reflet dans le regard d'autrui qui ne parviendra jamais à vous voir tel que vous êtes vraiment, quels que soient ces efforts pour y parvenir. Alors laissez tomber !

       5. Le stress survient quand on ne sait pas dire non :
vous savez dire non. La preuve, vous n'êtes pas mort(e). Si vous êtes encore en vie au moment où vous lisez ces lignes, c'est que vous avez réussi à dire non bien des fois, avec votre esprit ou votre corps...

   Vivre, c'est s'entraîner chaque jour à refuser de mourir.

         ..............................

   Vous pouvez dès aujourd'hui faire baisser votre niveau de stress.

       Choisissez bien vos priorités !

   ....................................................................

   "L'angoisse est le vertige de la liberté"
   Sören Kierkegaard
 
 Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program

L'océan et les Fjords

Tom était capitaine en second sur la frégate "L'effrontée"
et il supportait mal la hiérarchie. Son impatience naturelle
le poussait parfois à remettre en cause les ordres du capitaine.

       Un jour, alors que "L'effrontée" croisait dans les eaux
glaciales de la Norvège, Tom alla trop loin et contredit son
supérieur devant tout l'équipage.

       Le capitaine ne se mit pas en colère mais s'approcha
lentement de son second. Il le prit par l'épaule. L'insolent
regrettait déjà son franc parler.

       - Tourne ton regard vers ces fjords Tom et observe comme ils sont nombreux et comme leurs flots sont impétueux" lui fit remarquer le Capitaine

       Tom ne voyait pas où le capitaine voulait en venir, mais, craintif, il obéit.

       - Maintenant, tourne toi de l'autre côté, et voit comme l'océan est vaste, comme il boit tout la lumière du soleil, comme il vit au rythme de sa houle immense.
Crois-tu que les fjords aient plus de majesté que l'océan ?

       - Non monsieur.

       - Ah ? Mais pourtant ils sont plus nombreux, ils surplombent l'océan et leurs flots sont plus vifs que la lente houle.

       - Mais l'océan est plus fort, plus majestueux qu'un fjord monsieur.

       - C'est exactement ce que je voulais te faire dire, Tom.


Si les fleuves et les mers règnent sur tous les ruisseaux,
c'est parce qu'ils savent toujours se tenir plus bas qu'eux.
si toi aussi un jour tu veux devenir capitaine, tu devras
d'abord obéir, m'écouter, apprendre de moi. et un jour, tu me surpasseras. Mais ce jour n'est pas encore venu.

                           
..............................


       Cette leçon de chose recèle une profonde vérité :

       Si l'on veut apprendre, il faut savoir se tenir en retrait,
   observer et se faire oublier. Tout organisme grandit en
   assimilant ce qui lui vient de l'extérieur.

   ............................................................

       "Le sage, s'il veut être au dessus de son peuple,
   se met en paroles au-dessous de lui"
   Lao Tseu
 Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program
 
 
 

Incassable

Un grave accident de moto ôta à mon ami Hans Zimmer l'usage de sa main gauche.

- Heureusement pour moi, je suis droitier me dit-il en me servant très habilement une tasse de thé. C'est incroyable ce que je peux faire avec une seule main !

     Malgré la perte de ses doigts, il apprit en un an à peine à piloter un avion.

     Mais un jour, alors qu'il survolait une région montagneuse, son appareil s'écrasa à la suite d'un problème de glace dans le carburateur.

     Il s'en tira mais resta paralysé de la taille aux pieds.

     Je lui rendis visite alors qu'il était confiné dans un fauteuil roulant.

     Il me sourit : rien de ce qui m'arrive n'a vraiment d'importance.


   Ce qui compte c'est ce que je vais décider de faire maintenant !

     J'étais sidéré ! Je pensais qu'Hans en faisait trop et qu'il jouait les fanfarons. Une fois que j'aurais tourné le dos, il se mettrait sûrement à pleurer et à maudire le sort.

     C'est peut être ce qu'il a fait ce jour-là.

   Mais Hans n'avait pas dit son dernier mot.

   La vie lui réservait encore de belles surprises.

     Il rencontra la femme de sa vie lors d'un congrès de personnes handicapées.

     Il inventa un système de transcription numérique obéissant à la voix.

     Il vendit des millions d'exemplaires du livre qu'il écrivit grâce à ce système.

     Sur la dernière de couverture, on peut lire ce petit texte.

      "Avant de me retrouver paralysé je pouvais accomplir  1 millions de tâches différentes. Maintenant je ne peux en accomplir que 990.000. Mais quel homme sensé songerait aux 10 000 choses qu'il ne peut plus faire, alors qu'il lui en reste 990 000 auxquelles il prend plaisir ?"

          _____________________


     "Ce qui ne te tue pas te rend plus fort"

 Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program
 
 

Ta Vie Comme Vous L'entendez

     Le maître Zong avait atteint le degrés ultime de la      Connaissance : Le Détachement.

     Quand ses disciples lui demandèrent comment il était parvenu à ce stade de sagesse, il rit de bon coeur et
expliqua :

   -  A l'âge de 20 ans, je me fichais bien de ce qu'on pouvait dire sur mon compte et je ne faisais attention qu'à moi.

     Passé l'âge de 20 ans j'ai commencé à m'inquiéter sérieusement de ce que mes voisins pensaient de moi.

     Le jour suivant l'anniversaire de mes 50 ans, j'ai soudain compris que ni mes voisins ni personne dans mon entourage ne s'était jamais préoccupé de mon sort.

   ______________________________
__

     Maître Zong a raison. Il faut avoir atteint un certain degré de sagesse pour oser mener sa vie comme on   l'entend, en dépit du regard qu'autrui porte sur vous. Mais il est également important de porter attention à ceux qui nous entourent, sans pour autant les juger...

     Toute la difficulté est là : être à la fois autonome et ouvert sur les autres.
 
Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program

Le Diamant et la Rosée

Un beau diamant, tombé des mains d'une princesse gisait
 dans un pré. Juste au-dessus de lui, brillait une goutte de
 rosée, timidement accroché à un brin d'herbe.

     Le soleil les faisait étinceler et la modeste goutte de
 rosée admirait la pierre de noble origine. Un gros scarabée
 en promenade reconnut dans le diamant un personnage de haute
 origine.

     - Seigneur, mes hommages.
     - Merci mon bon, répondit le diamant avec hauteur.
 En relevant la tête, le scarabée aperçut la goutte de rosée.
     - Une de vos parentes, je présume ? E il s'inclina une
 seconde fois.

     Le diamant partit d'un éclat de rire méprisant.
     - Quelle absurdité ! Déclara-t-il. Me mettre, moi, sur le
 même rang qu'un être vulgaire !
     Sa beauté n'est qu'imitation : elle brille mais ne dure
 pas.
     Et le diamant lança de tels feux que le scarabée fut
 ébloui. La pauvre goutte de rosée était humiliée.

 C'est alors qu'une alouette descendit en flèche et vint
 donner du bec contre le diamant.

     - Ah ! fit-elle désappointée, ce que je prenais pour
 une goutte d'eau n'est qu'un misérable diamant. Mon gosier
 est desséché, je vais mourir de soif.
     - Une de plus ou de moins... ricana le diamant.
     Mais la goutte de rosée venait de prendre une noble
 résolution.
     - Puis-je vous être utile, moi ? demanda-t-elle.
 L'alouette releva la tête.
     - Oh! ma précieuse amie, vous me sauveriez la vie.
     - Venez, alors.
     Et la goutte de rosée glissa du brin d'herbe dans le
 gosier altéré de l'alouette.

     Voilà une leçon que je n'oublierai pas pensa le scarabée
 en reprenant sa promenade. Le simple mérite vaut plus que le
 rang et la richesse sans modestie et sans dévouement. Il ne
 peut y avoir aucune réelle beauté sans cela.

 Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program

 

Efficacité 23

Ne laissez pas votre travail empiéter sur votre vie privée

  Votre carrière est très importante. Un bon équilibre
 entre votre travail et votre vie privée l'est tout autant.

 S'il y a des périodes où votre travail empiète de plus en
 plus sur votre vie privée, soyez très vigilant à ne pas en
 faire une mauvaise habitude qui vous mène, petit à petit,
 à négliger ceux que vous aimez.

 Voici comment vous protéger pour ne pas tomber dans ce
 piège :

 1. Lorsque vous préparez votre liste de choses à faire
 et que vous planifiez votre journée, incluez le temps
 que vous voulez consacrer à votre famille. Respectez
 ces rendez-vous aussi scrupuleusement que s'il s'agissait
 de rendez-vous d'affaires.

 2. Respectez vos engagements ! Si vous dites : "je serai
 à la maison à 19 heures", ne rentrez pas à 20 heures,
 comme si de rien n'était.

 Comme pour tout autre rendez-vous, si vous devez vraiment
 arriver en retard, prévenez et donnez une brève
 explication de la cause de votre retard. La confiance que
 vous font les autres est un capital précieux. Traitez-les
 avec égard,

 3. Respectez les traditions. Un anniversaire et une fête
 souhaités peuvent faire pardonner bien des heures
 d'absence. Organisez-vous pour ne pas les oublier. Les
 agendas sont là pour cela. Demandez à votre secrétaire de
 les renoter d'année en année dans votre agenda, et de
 vous les rappeler.

 4. Lorsque vous êtes en famille soyez-le vraiment,
 pleinement.

 Débranchez votre machine à penser boulot. Vous ne pouvez
 pas bien faire 2 choses à la fois.

 5. N'excluez pas votre famille de ce que vous faites.
 Des phrases telles que : "Vous n'y comprenez rien !"
 "Cela ne vous intéresserait pas !" n'arrangent pas les
 choses.

 Donnez quelques explications sur ce que vous faites.
 Vous serez surpris : souvent des personnes complètement
 extérieures à vos problèmes de travail ont un étonnant
 bon sens et trouvent spontanément des réponses que les
 "spécialistes" ne voient plus.

 6. Laissez-les aussi raconter leur journée, et
 intéressez-vous à ce qui leur est arrivé. Si vous pouvez
 exercer votre profession librement, c'est aussi grâce
 aux autres. Résistez à l'envie, après une dure journée
 de travail, de vous retirer dans votre coquille.

 Si vous respectez ces quelques règles, vous arriverez à
 une vie plus équilibrée. Vous n'aurez plus de sentiment
 de culpabilité vis-à-vis de votre famille.

 Vous serez moins préoccupé par des pensées "famille"
 pendant votre travail, et le travail ne vous poursuivra
 plus pendant les moments "famille".

------------------------------
------------

Que faire si vous êtes sans arrêt dérangé


------------------------------
------------

 Lorsque vous avez un travail à faire qui demande beaucoup
 de concentration, les autres peuvent vous rendre la vie
 difficile. Parfois, il suffit de peu pour gagner
 énormément en calme et en concentration.

 Tout le monde n'a pas la chance d'avoir son bureau
 dans un endroit calme,relativement en-dehors du passage.
 Votre bureau est-il dans un passage ? Alors, vous risquez
 de devenir un bureau de renseignements et la cible idéale
 pour les personnes en mal de conversation.

 Essayez simplement de tourner votre bureau face au mur.
 Déjà, vous ne serez pas distrait par ce qui se passe
 autour de vous. De plus, les autres seront moins tentés
 de venir vous déranger.

 Si tourner le dos aux autres vous gêne, construisez une
 séparation. Cela peut être juste une table, une étagère
 avec des livres ou une plante verte. Expliquez pourquoi
 vous prenez ces mesures (momentanément peut-être) et les
 autres les accepteront très bien.

------------------------------
--------------------------

Comment éviter que votre mémoire ne vous joue de mauvais

tours

------------------------------
--------------------------

 Méfiez-vous de certaines affirmations telles que :

 "Cette idée est tellement formidable qu'elle ne peut être
 oubliée, ce n'est pas la peine de la noter !"

 "Pas la peine de noter ce rendez-vous (ce délai de
 livraison, cette date limite), c'est trop important pour
 l'oublier !"

 "Inutile de prendre note de la décision qui a été prise
 en fin de réunion. Tout le monde était là - tout le monde
 se souviendra du consensus auquel le groupe est arrivé !"

 "Après la discussion avec un employé, il est inutile de
 noter ce qui a été dit, il s'en souviendra !"

 Prenez des notes courtes, expressives, la mémoire peut
 jouer de mauvais tours !
 Share Up To 110 % - 10% Affiliate Program
 

Le Bonheur

Il trouvait que les enfants sont une nuisance.

   Il avait utilisé toutes ses ressources de séduction
 AVANT son mariage - jamais APRES.

   Il n'a jamais eu le temps de sortir seul avec sa femme.

   Il lui faisait sentir combien elle dépendait financièrement
 de lui.

   Au fond de lui il se croyait supérieur à elle.

   Il n'a jamais pris le temps de bien connaître sa belle
 famille.

   Il ne pensait à sa femme qu'en termes de ce qu'elle
 pouvait lui apporter.

   Il ne s'est jamais rendu compte qu'un mariage se fait à
 deux.

   Il ne s'est jamais rendu compte que sa femme avait elle
 aussi besoin d'admiration et de compliments.

   Il avait une façon de se comporter dans son travail et
 société - et une autre dans son foyer.

   Il avait épousé un idéal, et avait été déçu de le trouver¨
 imparfait.

   Il pensait que c'est à la femme de tout faire à la
 maison.

   Il avait traité sa femme comme il n'aurait jamais osé
 traiter une autre femme.


   "Le bonheur est une denrée merveilleuse:
 
       plus on en donne, plus on en a"
 

Efficacité 22

 

Qu'est-ce que j'en ai fait ? 6 conseils pour tout retrouver

  Êtes-vous distrait ? Vous arrive-t-il de chercher vos
 clés, un dossier, pendant des heures, simplement parce que
 vous ne savez plus où vous les avez posés ? Quelle perte
 d'énergie et de temps !

 Si nous ne pensions qu'à une chose à la fois, cela ne nous
 arriverait pas. Nous sommes "distraits" lorsque nous
 sommes préoccupés par d'autres pensées. Nous ne sommes pas
 "présents" ou concentrés lorsque nous faisons un geste
 quotidien. Nous pensons à autre chose et puis, nous
 l'oublions.

**Comment diminuer le nombre de ces oublis ?**


 - Parlez-vous à voix haute.

 "Je pose mes clés ici, sur cette table."

 Non seulement votre action devient consciente, mais en
 plus, vous imprégnez davantage votre mémoire.

 - Trouvez-vous une raison logique pour poser un objet à un
 endroit plutôt qu'à un autre.

 Si vous avez un trou de mémoire, votre logique viendra à
 votre secours :"Voyons, logiquement j'ai dû poser mes clés
 dans l'entrée, en arrivant."

 - Faites-en une routine.

 Posez vos clés à chaque fois au même endroit. Vous n'aurez
 même plus à réfléchir, cela deviendra un automatisme.

 - Convainquez-vous vous-même que vous voulez être capable
 de vous souvenir des endroits où vous avez posé vos
 objets, que vous allez y arriver. Là aussi, c'est une
 question d'attitude mentale positive.

 - Faites-vous confiance, et votre subconscient vous
 aidera.

------------------------------
-------------------------

Adoptez un comportement cordial avec vos interlocuteurs


------------------------------
-------------------------

 Lorsque vous voulez abréger une conversation, que ce soit
 au téléphone ou en direct, soyez ferme et faites des
 phrases courtes. Mais veillez à ne jamais mettre de
 l'importance ou de la brusquerie dans votre voix.
 Les mêmes choses peuvent se dire sur un ton amical
 et chaleureux et, elles seront ainsi mieux acceptées par
 votre interlocuteur.

 Même si un appel vous a un peu dérangé, n'oubliez pas les
 mots magiques : "s'il vous plaît" et "merci". Remercier
 à la fin d'un appel ne vous fera pas perdre beaucoup de
 temps. Les "Merci de votre appel", "Merci pour cette
 information" font toujours plaisir.

 Assurez-vous que les personnes qui font "barrage" entre
 vous et les autres le font poliment. Rien n'est plus
 désagréable que de tomber sur une réceptionniste ou une
 secrétaire qui vous fait bien sentir que son patron est
 trop important pour être dérangé par vous.

 Un bon moyen de savoir comment sont reçus les appels
 consiste à appeler anonymement votre propre entreprise,
 pour tester l'accueil. Vous pouvez aussi interroger des
 personnes qui vous appellent souvent, pour savoir
 comment cela se passe.

 Tenez vos promesses. Si vous rappelez lorsque vous avez
 promis de le faire, si vous êtes un homme qui tient parole
 et qui est ponctuel, les "refus" momentanés seront
 beaucoup mieux acceptés.


**Comment respecter le territoire de l'autre**


 Si, dans vos relations avec les autres, vous pouvez mettre
 une touche de chaleur, comme un sourire ou tout autre
 geste de sympathie, c'est parfait. Mais, méfiez-vous de ne
 pas en faire trop.

 Serrer la main de quelqu'un pendant 2 à 3 secondes, c'est
 bien. Plus peut mettre l'autre personne franchement mal à
 l'aise. Votre geste peut aussi être mal interprété :
 "Il cherche un contact plus intime !" "Celui-là veut me
 vendre quelque chose". Au lieu d'attirer la sympathie,
 vous risquez d'attirer la méfiance. Évitez aussi, comme
 on l'a appris à quelques vendeurs de la vieille école, de
 prendre votre interlocuteur par le coude (ou l'épaule),
 tout en le regardant droit dans les yeux. Lorsque vous
 rencontrez quelqu'un pour la première fois, cette
 manifestation de chaleur paraît excessive ou artificielle.
 Surtout, si cela n'est pas dans votre tempérament !

 Gardez-la pour un peu plus tard, quand vous connaîtrez
 mieux la personne. Sinon, vous risquez le rejet, le doute
 sur votre sincérité.

 Respectez le territoire de l'autre. Nous avons chacun une
 "distance de protection" en deçà de laquelle nous nous
 sentons agressé. Pensez aux situations où quelqu'un vous
 parle à 10 cm de votre visage et où, même si vous tentez
 de vous dégager, l'autre avance pour vous envahir.
 Comment vous sentez-vous ?

 Une bonne règle de savoir-vivre:

 Ne faites pas aux autres ce que vous ne 
 
     voudriez pas que l'on vous fasse
 

l'œuf de Christophe Colomb

Nous sommes en avril 1493. Christophe Colomb dîne avec des gentilshommes espagnols après sa découverte du nouveau
 monde lorsque l'un d'entre eux déclare:

   "Même si votre seigneurie n'avait pas découvert le Nouveau Monde, il y aurait eu, ici, en Espagne, qui est un pays riche de grands hommes compétents dans la cosmographie et la littérature, une personne qui aurait eu une idée similaire avec le même résultat."

   Christophe Colomb, blessé dans son orgueil, ne répond pas immédiatement.

   Il demande qu'on lui apporte un œuf.

   Il le pose sur la table et dit:

   "Seigneurs, je parie que vous êtes incapable de faire tenir cet œuf debout, comme je le ferai sans aucun type d'aide."

   Tout le monde bien sûr essaye de faire tenir l'œuf sur son gros bout... en vain.

   "C'est impossible", disent-ils.

   "Impossible?"

   Christophe Colomb reprend alors l'œuf, le frappe légèrement à la base, et le fait tenir grâce à la légère dépression obtenue.

   "Bien sûr, tout le monde aurait pu faire la même chose en frappant l'œuf à sa base" disent les convives.

   "Tout le monde aurait pu le faire, mais personne ne l'a fait. Il en a été de même avec ma découverte du Nouveau Monde: tout le monde aurait pu le faire, mais personne n'y a pensé."

   Cette anecdote illustre le fait que même si nous sommes capables de grandes choses, peu d'entre nous pensent à
utiliser nos talents pour RÉALISER de grandes choses.

   Qu'allez-vous réaliser de grand?

                                         NIHEL petit Bébé

Nihel  demanda à Dieu :

- On m'a dit que tu vas m'envoyer sur terre,
mais comment vais-je vivre là-bas, alors que je suis si petite et sans défense ?

- Ton ange t'attend et il prendra soin de toi.


Nihel demanda un peu plus tard :


- Ici au Paradis je n'ai rien d'autres à faire
que sourire et chanter pour être heureuse Que devrais-je faire sur terre ?

- Ton ange chantera pour toi et
sourira aussi pour toi toujours,
tu ressentiras alors son amour et tu sera heureuse.

Nihel demanda encore :


- Et comment serais-je capable de
comprendre ce que l'on me dira, si je ne connais pas la langue ?

Dieu répondit :


- Ton ange t'apprendra les mots les
plus beaux et les plus tendres que tu n'as jamais entendus et avec beaucoup
de soin et de patience il t'apprendra à parler.

- Et que devrais-je faire pour te parler ?


Dieu répondit :


- Ton ange t'aidera à te prosterner et
il t'apprendra à prier

- Qui me protègera ?


- Ton ange te protègera au péril de sa vie.


- Mais je serai toujours triste de ne plus te voir.


- Ton ange te parlera toujours de moi
et il t'apprendra à revenir vers moi ainsi je serai toujours près de toi

A ce moment-là il y eut un grand silence
au Paradis et l'on pouvait entendre des voix venant de la Terre et l'enfant pressé parce qu'il devait partir tout de suite posa une dernière question.

- Mon Dieu, si je dois partir maintenant,
dis moi s'il te plaît le nom de mon ange ?

- Tu l'appelleras simplement
"MaMan" أمي.

Efficacité 21

 

Un truc pour ne pas perdre de client quand vous êtes occupé
-----------------------------


 Vous êtes seul au magasin avec un client.
 Le téléphone sonne et vous vous précipitez
 pour répondre. Si votre conversation se prolonge un peu,
 vous risquez fort de perdre 2 clients :
 celui qui appelle et celui qui attend dans le magasin.

 S'il vous arrive de vous trouver dans cette situation,
 prévoyez un répondeur téléphonique que vous pouvez mettre
 en marche dès qu'un client entre.

 Le message pourrait être le suivant :
 "Bonjour... Actuellement, je suis occupé avec un client.
 S.V.P. laissez-moi votre numéro de téléphone et je vous
 rappelle dans quelques minutes".

 Rappelez effectivement le plus tôt possible.

------------------------------
----------

Maîtrisez l'art de faire des concessions


------------------------------
----------

 L'art de négocier est indissociable de celui
 de faire des concessions. Eh oui ! Savoir négocier,
 ce n'est pas seulement savoir arracher des concessions :
 c'est aussi savoir en faire.

 La négociation est un phénomène d'échange :
 une concession, ça se calcule.


**Gardez le contrôle des concessions**



 On est parfois tenté, d'entrée de jeu,
 d'offrir une concession pour gagner les bonnes grâces
 de la partie adverse. Ceci peut paraître une façon idéale
 d'entamer la négociation et d'ouvrir le dialogue.

 Dans 9 cas sur 10, vous risquez plutôt d'exciter votre
 interlocuteur et de le lancer sur la piste de nouvelles
 concessions.

 En effet, la plupart des interlocuteurs
 seront portés à interpréter ce geste comme
 un signe de faiblesse.

 Ils seront fortement tentés d'en abuser par la suite,
 se disant : "S'ils font des concessions aussi facilement,
 peut-être pourrons-nous encore négocier quelques
 "bonus" en plus".

 Autrement dit, si vous cédez trop facilement, vous
 risquez de dévaluer autant vos atouts que votre image de
 négociateur.

 Faire une entrée en matière trop généreuse, c'est donner
 quelque chose sans retour.

 N'habituez pas votre interlocuteur à cela ! Si vous
 voulez me faire un cadeau dont je reconnaîtrai la valeur,
 demandez-moi quelque chose en échange !


**Ne donnez rien pour rien**



 Supposons que j'aie besoin de quelque chose que vous avez
 et qu'il ne vous coûterait rien de me céder. En tant que
 bon négociateur, allez-vous me le céder pour rien ?
 Évidemment pas !

 Si je vous demande une concession qui ne vous coûte rien,
 arrangez-vous plutôt pour que je la gagne, pour que je
 vous donne quelque chose en échange.

 Et la valeur de ce quelque chose sera, de préférence,
 en proportion avec la valeur que j'accorde au fruit
 de cette concession.

 C'est sur ce type d'échange que se fonde une large part
 des gains de la négociation win-win. Mais, même dans
 le win-win, les concessions ne se donnent pas.

 En effet, si nous voulons tous 2 la même chose
 - de l'argent par exemple - nous allons devoir
 éventuellement couper la poire en 2.

 Mais si nous arrivons à échanger entre nous quelques
 produits qui ont de la valeur, sans pour autant
 débourser ni l'un ni l'autre, cela veut dire que nous
 créons de la valeur.


**Un exemple**



 Supposons que vous vouliez ouvrir un restaurant
 et que moi, un de vos fournisseurs en matériel de
 cuisine, j'ai un entrepôt rempli de chaises dont le modèle
 date. Ces chaises vous conviennent. D'autre part, cela
 m'arrangerait bien de ne plus avoir à les entreposer.

 J'ai intérêt à ce que les négociations se passent bien
 et je suis prêt à faire des concessions sur le prix
 des chaises, quitte à vous les céder pour un prix
 relativement dérisoire. Mais je vais m'arranger
 pour avoir quelque chose en échange.

 Ce pourrait être une série de repas gratuits. Ce pourrait
 être l'adresse de quelques-uns de vos collègues, assortie
 d'une lettre de recommandation personnalisée : voilà qui
 ne vous coûte rien et peut me rapporter beaucoup.


**Conclusion**


 C'est aussi à vous de suggérer des concessions créatives
 qui permettent aux 2 parties de s'enrichir, sans pour
 autant s'appauvrir l'un l'autre.

 Quand on vous demande une concession qui ne vous coûte
 rien, à vous de trouver la juste mesure entre a et b :

  a) l'énergie gaspillée à protéger excessivement
   un point qui est secondaire pour vous ;

  b) le "laisser-aller" par lequel vous cédez trop
   facilement, avec les conséquences que
   nous expliquons ici.

 Pour trouver cette juste mesure, rappelez-vous la loi
 suivante :

  Si cette concession a de la valeur pour moi,
  arrangez-vous pour que je la gagne,
  même si elle ne vous coûte rien.

 C'est en me faisant apprécier à sa juste valeur cette
 concession que vous pourrez obtenir une concession de
 valeur égale.

 

Le Thé Contre l'épée 

 

Un domestique, dans l'antique Chine, laissa
accidentellement tomber une goutte de thé sur le soldat
qu'il servait. Confus, il s'excusa, mais le soldat était
vexé : "Demain, chien, tu viendras te mesurer à moi.
je te donnerai une arme et l'on verra bien si tu es aussi
doué avec l'épée qu'avec le thé !"

   Le domestique n'avait bien sûr aucune expérience du
combat. Il alla donc demander conseil à un ami,
le maître Ketaïo.

   Ce dernier l'observait alors qu'il servait le thé.
Il remarqua le front du domestique, parfaitement lisse,
et l'intense concentration qui se dégageait de tous les traits
de son visage alors qu'il faisait couler un mince filet de thé
dans les bols, sans qu'aucune goutte ne tombe à côté.

   - "Demain, lui dit Ketaïo, tu devras tenir ton sabre au dessus
de ta tête, comme si tu étais prêt à frapper le soldat.
Regarde-le bien en face, avec cette détermination et ce calme
que tu atteins lorsque tu me sers le thé."

   Le lendemain, au petit matin, le domestique suivit les
conseils du maître. Le soldat était prêt à combattre mais il
se tint sur ses gardes : il observait le domestique, stable
sur ses appuis, serein. Il vissa son regard dans le sien et,
après un long moment, le soldat abaissa son arme, s'excusa
pour son arrogance et quitta les lieux sans se retourner.

................................

   Que nous apprend ce petit conte ?
Que dans la plupart des situations, le calme et la
concentration sont des atouts essentiels : vous ne résoudrez
peut être pas tous les problèmes ou les conflits avec
cette technique, mais vous forcerez au moins l'estime de vos
collègues ou de vos proches.

   C'est le courage et la détermination du domestique qui
ont stoppé les ardeurs du soldat et non la technique du
sabre ou la violence.

..............................
................................

"Si vous êtes perçu comme compétent et capable, vous serez

perçu comme un égal"
L. Von Gruht

Efficacité 20

 

Vendre des avantages au client : 5 points à vérifier

---------------------


 Le client n'achète pas le produit lui-même, mais les
 avantages qu'il retirera du produit. Qu'il s'agisse
 de vous vendre vous-même, de vendre un projet, un
 service ou un article, vérifiez :

**1. Ce qui attire votre client**


 Quels sont les points qui le concernent tout
 particulièrement ?

   -> coût

   -> sécurité

   -> fiabilité

   -> disponibilité

   -> simplicité

   -> etc. (posez des questions !)

**2. Les caractéristiques de votre produit**


 Quelles sont les caractéristiques qui répondent aux
 attentes de votre client ?

 Comment fonctionnent-elles ?

 En quoi pourront-elles le satisfaire ?

**3. Ses avantages**


 Que pourra faire votre client grâce à ces
 caractéristiques ?

 Quels avantages en retirera-t-il ?

**4. Les bénéfices**


 Quels sont les bénéfices tangibles pour votre client ?

 Que va-t-il recevoir dont il a besoin ?

**5. Des preuves**


 Quelles démonstrations, quels témoignages,
 garanties, chiffres, informations, prouvent que
 le bénéfice promis sera bien réalisé effectivement ?

------------------------------
---------------------

Comment réussir votre interview avec un Journaliste


------------------------------
---------------------

 Une interview pour la presse peut être une expérience
 difficile si l'on ne s'y est pas préparé. Sans compter
 les conséquences fâcheuses que peut entraîner
 une interview "ratée".

 Que ce soit une interview pour la presse écrite,
 pour une émission de télévision ou de radio,
 respectez les points suivants :

 Avant toute interview, assurez-vous que vous avez en tête
 des objectifs de communication clairs, précis et des
 moyens (statistiques, exemples, témoignages, etc.)
 pour les atteindre aisément.

 Préparez un "dossier de presse" complet pour
 les journalistes, ou au moins une fiche de synthèse
 avec tout ce que vous souhaitez communiquer au journaliste
 et à tous les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs
 auxquels il vous donnera accès. Ce dossier doit l'aider
 et lui éviter de faire des erreurs.

 Essayez d'en savoir plus sur le journaliste qui va vous
 interviewer et sur l'émission ou le support pour lequel
 il travaille. Adaptez votre information au style du média
 ou de l'émission (Paris Match ou le Monde ?).


 Discutez avec le journaliste avant l'interview.
 Cela va vous détendre, créer une connivence
 et permettra souvent d'accorder les objectifs
 et les motivations de chacun.

 Commencez d'entrée par les choses importantes
 que vous souhaitez absolument communiquer,
 puis votre sentiment, et enfin, les explications :
 vous ne savez jamais comment et quand finir l'interview
 et, en différé, le journaliste ne reprendra que 20 %
 de votre interview, le reste sera coupé.

 Parlez, en ayant constamment en tête la même idée :
 à travers le journaliste, communiquer avec le public,
 simplement, directement, le plus personnellement
 et sincèrement possible.

 Traitez le journaliste comme un être humain "normal" !
 Ne soyez ni obséquieux, ni trop méfiant ou agressif.
 C'est un être comme vous et moi. Il fait son métier.
 Il a autant besoin de vous que vous de lui.
 Plus vous êtes correct, plus lui, le sera.

 Soyez vous-même, naturel.

 Détendez-vous, respirez et souriez...

 Surveillez votre langage du corps (évitez de vous agiter
 sur votre chaise, de triturer vos cheveux, de tourner
 votre alliance, etc.).

 Surtout à la télévision, évitez les mouvements trop
 larges, vous sortiriez du cadre !

 Dites-vous que vous n'êtes pas interviewé en tant
 qu'accusé, mais comme un spécialiste qui va s'exprimer
 sur un point précis.

 Aidez le journaliste à trouver l'information, mais
 n'essayez pas de le faire à sa place. Ne corrigez pas
 l'information d'hier, profitez de l'interview
 pour parler d'aujourd'hui, et surtout, pour préparer
 demain.

 Ne vous embarquez jamais dans une bagarre avec le
 journaliste. Répondez simplement et directement aux
 questions et évitez d'élargir vos réponses pour répondre
 en même temps à des points qui vous semblent importants.

 Évitez de faire des "confidences" à un journaliste.
 Assumez tout ce que vous dites, car cela paraîtra
 dans les médias.

 Si vous avez de mauvaises nouvelles à annoncer,
 faites-le, le plus tôt possible, il vous restera
 du temps pour faire votre commentaire et vous refaire
 "une image".

 Ne dites jamais : "Pas de commentaire !".
 Cela paraîtra évasif et aiguisera la curiosité
 du journaliste,il partira lui-même à la recherche
 de l'information, et là, elle ne sera peut-être pas
 toujours présentée à votre avantage.

 Parlez en tant qu'individu. Dites "moi" à la place
 de "nous" ou autres expressions qui suggèrent une grosse
 organisation anonyme.

 Le public veut vibrer avec vous, individu.
 Si vous êtes là pour représenter une entreprise,
 vous devez bien entendu la citer, mais ne vous exprimez
 pas tout le temps en son nom.

 Ne bluffez pas ! Si vous ne connaissez pas la réponse
 à une question, dites-le. Dites la vérité !

 S'il y a une question à laquelle vous ne voulez -
 ou ne pouvez pas répondre, expliquez pourquoi.
 N'en abusez pas toutefois. L'être humain a naturellement
 horreur du vide, et l'absence de réponse,
 pourrait être comblée par d'autres (et, là encore,
 pas forcément à votre avantage)...

 Soyez attentif à toutes les questions. Répondez aussi
 à celles qui paraissent évidentes ou naïves à vos yeux.
 Méfiez-vous des questions qui commencent par :
 "Ne pensez-vous pas que..."

 Évitez le jargon. Lorsqu'on a un peu le trac,
 on a tendance à retomber dans un langage familier,
 rassurant, utilisé quotidiennement.

 Si des mots techniques ou des mots de spécialistes vous
 échappent, cela n'est pas grave, à condition que vous
 les expliquiez et les traduisiez pour les non-initiés.
 Pensez aussi à faire des phrases courtes.

 Si le journaliste lance une affirmation fausse,
 ne lui répondez pas brutalement : "Non !" (sauf,
 s'il est vraiment de mauvaise foi et qu'il abuse
 de cette technique). C'est vous qui paraîtrez agressif.
 Adoucissez : "Pas exactement...", "Peut-être, mais...".

 Évitez à tout prix de répéter la fausse affirmation,
 cela n'aurait pour effet que de la renforcer.

 Et maintenant, à vos magnétoscopes ou magnétophones.
 Pour vous préparer à une interview, faites-vous poser
 des questions par des personnes de milieux aussi
 différents que possible.

 Travaillez aussi toutes les possibilités de questions
 agressives et difficiles. Mieux vaut être préparé
 à toute éventualité...

Le Cirque du Soleil

 

Connaissez-vous l'histoire du Cirque du Soleil?

   C'est une belle histoire...

   Guy Laliberté, jeune québécois, a un nom prédestiné. À 18 ans il part en Europe comme musicien ambulant. Il apprend le métier de cracheur de feu et se passionne pour les arts de la rue.

   Sous la pression de son entourage, il essaye brièvement de travailler dans une centrale électrique, puis se rend vite
compte qu'il est fait pour la liberté et la création.

   À 25 ans, il a l'idée du Cirque du Soleil, mais ne dispose pas des fonds. Il essaye de convaincre en vain le ministre des affaires culturelles de l'époque.

   La réponse est... non.

   Il ne se décourage pas. Il passe par dessus le ministre, arrive à rencontrer le Premier Ministre du Québec, René Levesque, à le convaincre, et trouve ainsi un financement de 1,5 millions de
 dollars.

   Le reste est devenu une légende.

   Aujourd'hui le Cirque du Soleil emploie 4.000 personnes, dont 1.000 artistes, et on évalue la fortune personnelle de Guy Laliberté à 2,5 milliards de dollars.

   Il finance de nombreuses associations, telles que le cirque social, qui permet à des jeunes de quartiers difficiles de
 s'initier aux arts du cirque.

   Comment un tel succès a-t-il été possible?

   Comment un garçon de 25 ans, sans fortune personnelle, a-t-il pu créer un tel empire?

   Je ne connais pas toutes les clefs de son succès. Mais en voici quelques-unes qui peuvent vous inspirer:

   1. Guy a été persévérant. De nombreux obstacles se sont      dressés sur son chemin, quantité d'investisseurs lui ont fait des propositions alléchantes, il y a eu des crises de croissance. Il n'a
jamais renoncé à son rêve.

   2. Ses spectacles ont des caractéristiques que l'on ne trouve dans aucun autre cirque: il y a une histoire, qui nous mène d'un bout à l'autre du spectacle, il y a du coeur. Par opposition à la grandeur et à l'épate des grands cirques américains à la      Barnum.

   3. La musique est créée pour chaque spectacle, et est omniprésente. Elle lie les scènes les unes avec les autres,      nous enveloppe, fait vibrer tout notre corps.

   4. Il n'y a pas d'animaux, juste des acteurs, des artistes - souvent sportifs reconvertis - et le Cirque du Soleil est une équipe, pas une succession de vedettes.

   5. Les costumes sont créés sur une ancienne décharge publique, dans un quartier difficile, et sont "maison". 

Ils sont magnifiques.

   6. L'organisation est parfaite, avec un grand souci du détail. Aujourd'hui la majeure partie des places sont réservées sur Internet, et leur logiciel est convivial et facile à utiliser.

   7. L'équipe est isolée du monde extérieur et se dévoue entièrement à sa tâche. Ils travaillent beaucoup, et avec      passion. Il y a un vrai esprit d'équipe et de corps.

   8. Il y a du mystère, des surprises, des entractes amusants, on ne s'ennuie jamais.

   Le succès de Guy Laliberté est la résultante d'une formule à succès. Il a peu à peu trouvé les éléments originaux qui font de son cirque quelque chose d'unique - et de réussi.

   Du haut de la Station Spaciale Internationale, où il s'est rendu en 2009, il a pu voir la Terre et repenser à son parcours.

   De saltinbanque à milliardaire, de rêveur à créateur, de chômeur à entrepreneur qui fait vivre plus de 5.000 personnes.

   Tout est possible à celui qui croit en lui.

   Bien amicalement,

2011 Année épanouie et Réussie

Quelques idées pour faire de 2011 une année épanouie et réussie :

   ·  Au lieu de regarder la télévision,
      écoutez votre musique préférée les yeux
      fermés.

   ·  Glissez-vous dans un bon bain
      moussant.

   ·  Faites une pause et prenez une
      grande et bonne inspiration abdominale
      régénératrice plusieurs fois par jour.

   ·  Prenez une longue et bonne douche -
      laissez l'eau chaude détendre les
      muscles de vos épaules et de votre dos.

   ·  Jour de pluie ? - Essayez de faire
      une sieste.

   ·  Jouez avec vos amis ou vos enfants
     - c'est le secret de la jeunesse.

   ·  Liez-vous d'amitié avec votre
      ordinateur. Ne le laissez pas vous
      rendre esclave, mais soignez-le.

   ·  Allez faire vos courses dans un
      vrai marché où les paysans vendent le
      fruit de leur travail.

   ·  Dansez -  même si vous vous
      considérez mauvais danseur - c'est une
      très ancienne façon d'exprimer la joie
      par le mouvement.

   ·  Relâchez vos tensions - soyez
      tolérant.

   ·  Permettez-vous une bonne mousse au
      chocolat comme dessert. Ma recette
      personnelle de mousse :

   ·  Prenez du temps pour vous - pensez
      - les pensées sont une source de pouvoir
      personnel.

   ·  Faites-vous plaisir de temps en
      temps en vous offrant un cadeau à
      vous-même.

   ·  Gardez de la distance par rapport
      aux problèmes - une bonne santé et un
      esprit serein sont les choses les plus
      importantes.

   ·  Ne vous complaisez pas dans le
      passé et les regrets. Vivez le présent,
      planifiez le futur.

   ·  Si vous ne vous sentez pas bien
      dans une situation, dites NON.

   ·  N'allez pas dans un hypermarché le
      samedi après-midi.

   .  Autorisez-vous à rêver. Imaginez
      des situations agréables et qui vous
      arriveront un jour.

   .  Laissez vos idées se développer.
      Prenez du temps pour elles. Et
      reportez-les sur une carte mentale:

   .  Associez les membres de votre famille
      à vos tâches quotidiennes : faire le ménage
      deviendra un jeu (surtout si vous le faites
      en musique, en riant et en dansant);
      préparer un repas une fête.

   .  Faites les choses avec amour, c'est
      le secret du bonheur :-)

   ·  Soyez patient avec les autres - et
      avec VOUS-MEME.

   ·  Restez en contact avec vos vieux
      amis et vos anciennes relations.
      Retrouvez-les avec facebook.
      Envoyez-leur des emails et des cartes de
      voeux.

   ·  Ne regardez pas trop les nouvelles
      à la TV - lisez plutôt un journal, vous
      pourrez ainsi sélectionner ce qui vous
      intéresse.

   ·  Portez de vieux jeans bien
      assouplis.

   ·  Allez au bord de la mer,
      spécialement en automne ou en hiver.
      Admirez, respirez à fond.

   ·  Essayez la peinture, la sculpture
      ou le dessin.

   ·  Lisez des histoires aux enfants,
      observez leurs expressions.

   .  Jouissez du silence. Le bruit est à
      l'origine de beaucoup de dépressions et
      de mal-être.

   ·  Améliorez votre sentiment de valeur
      personnelle - en passant plus de temps
      avec des gens qui vous apprécient.

   ·  Appréciez l'INTERDEPENDANCE dont ce
      monde est fait.

   ·  Faites un peu d'exercice avant
      d'aller au bureau pour vous sentir plein
      d'énergie toute la journée.

   ·  Si vous avez eu une journée
      difficile, mangez des pâtes et dînez
      tôt. Vous digérerez mieux.

   ·  Éloignez-vous des gens qui aiment
      trop la compétition et les défis.

   ·  Un dimanche, restez en pyjama
      toute la journée - et oubliez de vous
      raser ou de vous maquiller.

   ·  Gardez une attitude positive -
      pensez à toutes les bonnes choses qui
      vont vous arriver demain.

 

La Corde Invisible


Un paysan avec 3 de ses ânes se rendait au marché
 pour vendre sa récolte.

   La ville était loin et il lui faudrait plusieurs
 jours pour l'atteindre.

   Le premier soir, il s'arrête pour bivouaquer non
 loin de la maison d'un vieil hermite.

   Au moment d'attacher son dernier âne, il s'aperçoit
 qu'il lui manque une corde.

   Si je n'attache pas mon âne se dit-il demain, il
 se sera sauvé dans la montagne!

   Il monte sur son âne après avoir solidement attaché
 les 2 autres et prend la direction de la maison
 du vieil hermite.

   Arrivé, il demande au vieil homme s'il n'aurait pas
 une corde à lui donner.

   Le vieillard avait depuis longtemps  fait voeux
 de pauvreté et n'avait pas la moindre corde,
 cependant, il s'adressa au paysan et lui dit:

   "Retourne à ton campement et comme chaque jour
 fait le geste de passer une corde autour du cou de
 ton âne et n'oublie pas de feindre de l'attacher à
 un arbre."

   Perdu pour perdu, le paysan fit exactement ce
 que lui avait conseillé le vieil homme.

   Le lendemain dès qu'il fût réveillé, le premier
 regard du paysan fût pour son âne.

   Il était toujours là!

   Après avoir chargé les 3 baudets, il décide de
 se mettre en route, mais là, il eut beau faire,
 tirer sur son âne, le pousser, rien n'y fit.

   L'âne refusait de bouger.

   Désespéré, il retourne voir l'Hermite et lui
 raconte sa mésaventure.

   "As-tu pensé à enlever la corde?" lui demanda-t-il.

   "Mais il n'y a pas de corde!" répondit le paysan.

   "Pour toi oui mais pour l'âne..."

   "Le paysan retourne au campement et d'un ample
 mouvement, il mime le geste de retirer la corde.

   L'âne le suit sans aucune résistance.

 ..............................

.......................


   Ne nous moquons pas de cet âne. Ne sommes-nous pas,
 nous aussi, esclave de nos habitudes, pire, esclave
 de nos habitudes mentales?

   Demandez-vous quelle corde invisible vous empêche de
 progresser...
 
 

E F F I C A C I T E  19


5 moyens pour répondre à l'objection : "C'EST TROP CHER"
--------------------------


1. Fractionnez votre prix


Un vendeur de pelleteuses : "Ce modèle ne vous

coûtera que 32 centimes par mètre cube de terre enlevée".
Le vendeur de la présente  :
"Moins d'un euro par idée".
Un représentant de photocopieuses :
"Chaque copie vous coûtera moins de 5 centimes..."


2. Jouez sur les conditions de paiement


Paiement en 3 fois, crédit sur X mois, essai initial

gratuit, location qui peut se transformer en
location-vente...


3. Prouvez que cela coûte plus cher de ne pas acheter


Montrez les économies possibles et le fait que le

prix est inférieur aux économies réalisées.


4. Comparez avec un produit plus cher


"Si vous deviez réunir vous-même toute cette information,

cela vous coûterait des millions..."
"Un séminaire sur le même sujet coûte plus de
1.500 euros"...


5. Relativisez le prix


"60 euros, c'est le prix d'un plein d'essence, et regardez

tout ce que vous aurez pour cela :..."
"Avec ce crédit, cela vous coûtera 2 euros par jour,
moins cher qu'un paquet de cigarettes..."
"Pour le prix d'un timbre par jour, vous aurez..."


------------------------------
--------------------------

Une des conclusions de vente les plus faciles à utiliser


------------------------------
--------------------------

Connaissez-vous la "conclusion de supposition" ?

L'idée est de ne pas attendre la commande, mais de poser
une question dont la réponse sous-entend que l'accord
est donné.
En d'autres termes, vous ne demandez pas au prospect
s'il achète, mais quel modèle il choisit, comment
il veut sa livraison, quels moyens de paiement, etc.
Comme c'est facile à faire, vous avez plus d'assurance,
et la vente s'en porte mieux.
Attendez pour conclure un "signal d'achat" tel qu'une
question sur le fonctionnement, le prix, etc.
Il est préférable d'assortir la conclusion de supposition
d'une remarque positive ou d'un compliment et
d'ajouter un bénéfice.

Par exemple :


"Oui, on peut en faire un métier, votre remarque

est judicieuse, et le revenu moyen d'un copywriter
dépasse les 30.000 euros par an".
"Quelle formule de paiement préférez-vous ?"
"Vous avez raison de poser cette question, Monsieur Duval,
la garantie est à la fois une preuve de sérieux et
une économie importante. Nos télécopieurs sont garantis
2 ans, pièces et main-d'oeuvre. Vous n'aurez donc aucun
souci à vous faire, et aucune facture de réparation.
Quelle date de livraison vous convient le mieux ?"

------------------------------
----------------------------

Utilisez chaque prise de parole pour améliorer votre image


------------------------------
----------------------------

Voici 4 conseils pour tirer parti de vos prises de paroles

et soigner votre image et, en même temps, celle de votre
entreprise.

1. Si vous êtes invité à prendre la parole lors d'une

conférence, d'un séminaire, ou invité simplement
à la table des orateurs pour répondre à des questions,
assurez-vous que le nom de votre société et le vôtre
soient bien en vue.

Imaginez que vous soyez filmé par une caméra de

télévision, que vous soyez photographié.
Quelle formidable occasion de perdue pour vos relations
publiques, si votre nom ne figure nulle part !
En revanche, si votre nom et celui de votre société,
ou son logo, figurent en toutes lettres, cela vous offre
une bonne occasion de publicité gratuite.

2. Les hôtels ou lieux de réunions cherchent toujours à

se faire de la publicité gratuite. À la place du
prospectus de l'hôtel, mettez le vôtre; à la place de
la photo de l'établissement ou du sigle de la chaîne,
mettez une affiche de votre entreprise. Vous êtes là
pour faire votre publicité, pas celle d'un autre.

3. Vous organisez un séminaire, une réunion, pendant

lesquels les organisateurs remettent aux participants
des dossiers avec des feuilles blanches et des stylos.
Les hôtels les distribuent souvent généreusement
à chaque place. Leur nom est écrit en long et en large.
Remplacez ces dossiers et ces stylos par les vôtres.
C'est le nom de votre organisation qui doit rester gravé
dans la mémoire des participants.

4. Agissez toujours avec tact, en respectant les règles

de la politesse. Si vous êtes invité, mettez-vous d'accord
avec votre hôte. Ne le prenez pas au dépourvu, ne le
mettez pas devant le fait accompli, cela pourrait alors
se retourner contre vous et donner une bien mauvaise image
de vous-même et de votre entreprise.

Un Sac de Noeuds

Alexandre le Grand s'est trouvé devant le Noeud Gorgien, dont on a dit que celui qui arriverait à le défaire serait le conquérant de l'Asie.

   Certains historiens disent qu'il a trouvé les deux bouts de la corde et a pu défaire le noeud.

   D'autres - la plupart en fait - disent qu'après réflexion il a sorti son sabre et l'a coupé.

   Ce matin j'ai pris mon jet ski dans une corde, celle-ci s'est tendue un maximum... avant de faire caler le moteur.

   Comme Alexandre, j'ai coupé la corde enroulée autour de l'axe de la turbine. Pas grand choix de ce côté. Mais ensuite j'ai voulu défaire le noeud à l'autre bout qui avait été incroyablement serré.

   Impossible. Je me suis acharné en vain. Même avec une pince il me résistait.

   Allais-je le couper lui aussi?

   La minute où on est devant un noeud serré qui ne veut pas se défaire est décisive.

   Il est tellement facile d'abandonner... ou de couper...

   Je suis sans doute un peu masochiste.

   J'ai décidé de persévérer, dans une lutte à mort :) entre le noeud et moi.

   Au bout de longs efforts, il a cédé un millimètre, puis deux, et c'était la fin. Je savais que j'allais remporter la victoire.

   J'ai des courbatures dans les mains, mais j'ai défait le noeud.


 C'est ridicule, je vous l'accorde, mais ce sont des petites victoires de la sorte qui entretiennent la confiance en soi. Et le noeud est un sacré symbole des situations compliquées de notre vie.

   Bien amicalement,

     Zoheir  

   P.S. Ce noeud n'avait pas été fait par moi. Il y a des noeuds, comme le noeud de chaise, qui sont à la fois solides et faciles à défaire... Vous savez, "Le serpent
sort la tête du puits, monte faire le tour de la branche et redescend dans le puits"...

Un Petit Pois

Ron Sveden, un prof à la retraite du Massachusetts, avait du mal à respirer.

   On l'a examiné à l'hôpital, et ses radios ont montré un point
 opaque au poumon, sans doute une tumeur cancéreuse.

   Il a été opéré, et il s'est avéré qu'il avait "respiré" un petit pois
 qui, se trouvant au chaud et à l'humidité, avait commencé à
 pousser. Il avait même fait des feuilles.

   Pas de cancer, et le voici de nouveau en bonne santé.

   Ironie du sort, son premier repas après l'opération comprenait... des petits pois !

   Lorsqu'on a un problème de santé, on a souvent tendance à penser au pire.

   La première étape est toujours de trouver un spécialiste compétent, voire deux ou trois.

   L'art du diagnostic est difficile, et les médecins ne sont
 pas infaillibles.

   On parle souvent de "seconde opinion" comme une marque de
 sagesse.

   Il m'a toujours étonné de voir la plupart des gens demander plusieurs devis pour une réparation de leur maison, et se laisser convaincre par le premier diagnostic venu sur leur corps.

   Tout est possible... même un petit pois qui pousse dans un
 poumon !

E f f i c a c i t é  18

Les 4 pièges à éviter lorsque vous préparez une communication


1. Compliquer ce qui est simple

La plupart du temps, les communications professionnelles
n'atteignent pas ou mal leur objectif parce qu'elles
sont trop compliquées. En restant simple, vous serez
mieux compris et votre message sera mieux mémorisé.


2. Préparer une communication orale de la même façon
qu'une communication écrite

Ces 2 modes d'expression utilisent des mots, mais ils
les utilisent différemment. En parlant c'est votre
enthousiasme, votre expression du visage, votre voix,
votre contact visuel et vos gestes qui communiquent
avec presque autant de force que les mots que vous dites.
Pensez-y lors de la préparation de votre communication
orale.


3. Négliger l'importance des visuels

Une image vaut 10.000 mots !
-> 85 % de ce que nous apprenons passe par la vue !
-> 55 % de la crédibilité d'une présentation vient
de ce que les auditeurs voient.

La mémorisation augmente aussi considérablement
grâce aux visuels. Mais attention ! N'en faites
pas trop et ne les chargez pas (en gros, une idée
par transparent, 3 à 6 lignes par page !).
Pensez en images, graphiquement ! Et n'oubliez pas
que l'on vous voit vous aussi !


4. Négliger l'importance de la répétition

Une bonne répétition augmentera votre confiance.
Répétez votre présentation de A à Z. Faites-le
en face d'un public (amis, famille, collègues).
Enregistrez-vous. Répétez 3 à 6 fois, pas plus sinon
vous risquez de perdre votre spontanéité. Surtout,
n'apprenez rien par coeur !

Chronométrez-vous, mais souvenez-vous que le temps,
à la répétition, est toujours plus court que dans la réalité.

----------------------------

Comment relancer l'attention

----------------------------

Notre cerveau peut capter environ 600 mots par minute.
Un orateur dit, en moyenne, 150 à 200 mots par minute.
Notre esprit a donc largement le temps d'aller se balader
ailleurs pendant 2 mots. Parfois, il a du mal à revenir
au mot suivant, à la prochaine phrase ! C'est à l'orateur
de faire en sorte qu'il revienne, d'aller régulièrement
le recapter, de le fidéliser.

**Les "capteurs" d'attention**

Pour capter continuellement l'attention des auditeurs
et garder leur courbe d'intérêt au plus haut,
le communicateur doit utiliser toutes les armes possibles.

Pensez-y, dès votre préparation : vous devez,
au moins toutes les 3 à 4 minutes, inclure des
capteurs d'attention dans votre plan de communication.

Pensez à votre communication en termes d'ANIMATION
et non pas de discours. Observez les bons animateurs :
on ne s'ennuie jamais avec eux. Il se passe, à tout
instant, quelque chose.

Voici quelques armes d'animateur :

->La voix

Donnez de la vie à votre voix. Parlez plus fort, moins
fort, plus vite, plus lentement ; appuyez sur certains
mots. Évitez, à tout prix, la voix monocorde qui endort !

->L'attitude

Changez d'attitude physique, si vous êtes assis,
levez-vous, si vous êtes debout, asseyez-vous.
Allez vers les auditeurs, rentrez dans leur cercle.
Changez aussi l'expression de votre visage.
Souriez, mais sachez aussi être sérieux.

->Le contact visuel

Regardez vos participants. Ne les quittez pas des yeux :
c'est plus difficile de "s'échapper" lorsque l'on sent
un regard bienveillant sur soi.

->Faites participer

Rendez les gens actifs. Posez des questions, faites-leur
faire des exercices, laissez-les remplir des questionnaires.
Si une réunion est très longue, n'hésitez pas à les faire
travailler en sous-groupes.

->Les visuels

Ils vous forcent à vous déplacer, à bouger. Ils
introduisent naturellement un changement de rythme et une
variation.

->Les experts

Faites intervenir quelqu'un d'autre. Le nouvel orateur
bénéficiera d'une attention toute fraîche (et vous aussi,
lorsque vous reprendrez la parole après lui !).

->L'humour

Un bon rire détend toujours l'atmosphère et apporte un
changement.

Et, bien sûr, les mots de relance et d'attention :
les exemples, les analogies,...

Si vous "épicez" vos communications de la sorte,
vous mettez toutes les chances de votre côté.


------------------------------
------

    Dans le prochain numéro

------------------------------
------

-> 5 moyens pour répondre à l'objection : "C'EST TROP CHER"

-> Une des conclusions de vente les plus faciles à utiliser

-> Utilisez chaque prise de parole pour améliorer votre image

Le Vol Du Pélican

Sur la plage de Miami Beach, avant 10 heures, il n'y a personne
 dans l'eau - à part les pélicans.

   Hier, je les ai vus planer haut dans le ciel, sans un battement
 d'aile.

   Aujourd'hui, c'est la chasse aux poissons.

   Du ciel, ils se laissent tomber comme des flèches, long bec en
 avant, sur un poisson, puis l'avalent d'un coup de gosier.

   Pas un plongeon raté.

   Ils ne se disent pas : "je vais le rater" ou "je saisirai la
 prochaine opportunité". Non.

   Sans hésitation, ils plongent, merveilles d'efficacité.

   Ils sont de bons modèles.

   Que font-ils lorsque, repus, ils se laissent planer haut dans le
 ciel, majestueux et sereins?

   Sans doute méditent- ils sur la complexité des hommes, qui pour la plupart ne savent ni saisir les occasions, ni exécuter leurs plans
 à la vitesse de l'éclair.

   Dans leur livre sur l'intelligence émotionnelle, Travis
 Bradbrry et Jean Greaves conseillent :

   "Visez le SUCCÈS et non la PERFECTION."

   La perfection est un prétexte pour toujours remettre à demain. Au
 lieu de vous préoccuper de ce que vont penser de vous les médiocres, faites comme le pélican :

   Repérez votre objectif et... Plongez !

Antonio et les Gitans

C'était dans les annnées 1970. Antonio, le père de Mario, décide de retourner au pays.

   Il est en Angola, un pays qu'il adore mais qui est déchiré par la
 guerre.

   Impossible de récupérer ses biens, il débarque au Portugal avec quelques valises, propriétaire d'un lopin de terre qui lui a été   légué par sa tante.

   Il faut tout redémarrer à zéro.

   Antonio est courageux, il retourne la terre, la travaille, en fait un magnifique jardin potager. Il peut ainsi nourrir sa famille.

   Un jour, alors qu'à la tombée de la nuit Antonio racontait une
 histoire à son fils, ils entendent du bruit et voient des ombres dans le potager.

   Ils s'approchent, et se rendent compte que ce sont des gitans - une femme et ses deux enfants - qui s'emparent de salades et de légumes. Ils s'éclipsent à leur arrivée en courant.

   Antonio les suit tranquillement.

   "Hola! Je ne vous veux pas de mal! Venez, venez."

   Sa voix est douce, calme, presque envoutante. La femme hésite, voit son bon sourire, puis cesse de courir.

   Il la rattrape, et lui demande:

   "Venez, de quoi avez-vous besoin? Servez-vous!"

   Ils retournent au jardin potager, et se servent. "Prenez-en plus! ètes-vous sûr que vous en avez assez?"

   Mario est médusé. Il était certain que son père allait les
 punir et voilà qu'il les récompense!

   La nuit tombe, ils se séparent, les gitans courbés sous le poids de leurs trésors.

   Le lendemain, "toc toc toc", le mari de la femme vient s'excuser.


 Il remercie Antonio pour son geste, met sa main sur son coeur,
 explique.

   Ils se quittent bons amis.

   Et c'est là que le miracle s'opère.

   Depuis ce jour, Antonio a connu un respect incroyable parmi les gitans. Où qu'il soit, sa renommée le précédait. De quoi qu'il ait besoin, ses nouveaux amis l'aidaient. Il voulait acheter un
cheval, ils le mettaient en garde, fasaient baisser le prix, lui
trouvaient le meilleur.

   La communauté des gitans est incroyablement solidaire, et elle avait un nouveau membre.

   Belle leçon pour son fils Mario.

   Il n'a jamais oublié.

E f f i c a c i t é  17

Le pouvoir des «visuels» pour améliorer vos communications
----------------------------


Une enquête menée aux U.S.A. par une société
de réalisation de visuels pour avocats(Courtroom Graphics, à San Francisco), donne des résultats intéressants qui peuvent attirer l'attention de tous les communicateurs.

Voici les 3 points qu'il faut retenir de cette enquête :

1. Virginia Sargent dit passer la moitié
de son temps de travail à interviewer ses clients avocats. Ensuite, son travail consiste à les aider à rendre leurs plaidoiries plus convaincantes, plus vivantes, plus courtes et plus efficaces. Et cela par l'utilisation d'illustrations : montrer une photo d'un accident, par exemple, rend souvent une longue explication détaillée superflue.

2. Autre exemple : parfois, un avocat d'affaires
doit expliquer des montages financiers compliqués à des non-spécialistes. S'il perd son temps à expliquer, il ne lui reste plus beaucoup de temps pour convaincre.

Un bon visuel permet de simplifier les choses.

3. Toujours d'après V. Sargent, les 3/4 des avocats
qui utilisent des visuels (photos, transparents, films, etc.), ont gagné face à des adversaires qui n'en utilisaient pas ! Cette statistique plaide aussi en faveur de nos outils de communicateurs !

**Quelles aides visuelles choisir ?**


Si vous voulez que, par vos aides visuelles,
vos interlocuteurs :

-> « sentent » avec vous : vous devez utiliser
des "images", c'est à dire des photos, des vidéos,ou des diapos

-> « pensent » avec vous : vous devez utiliser des
graphiques, des camemberts ou des schémas !

**Sachez utiliser des objets comme aides visuelles**


Les transparents, c'est bien... mais trouvez
aussi d'autres moyens pour faire des effets visuels.

Un nouveau produit, un prototype, peuvent
formidablement attirer l'attention de vos auditeurs.

Et n'oubliez pas que, plus vous parlez à tous les sens, plus vous provoquez des effets puissants : faites toucher, goûter, voir, entendre, quand vous le pouvez.

Utilisez votre créativité pour trouver des moyens qui renforcent votre message.

------------------------------
--------------

11 conseils pour vos textes sur transparents


------------------------------
--------------

Plus de 70 % des transparents, ou diapositives
- ou encore en anglais "slides" - de présentation sont des textes (contre 20 % pour des graphes et 10 % pour des dessins et croquis). La plupart du temps, ils exposent les points clés commentés par le présentateur.

Lorsque vous concevez le texte de vos diapos,
suivez ces conseils :

- Établissez un style pour vos diapositives et
respectez-le tout au long de votre présentation. Une certaine uniformité contribue à une meilleure lecture et à une meilleure mémorisation.

- Le ou les titres doivent être courts et situés
dans la partie supérieure.

- Les éléments placés les uns en dessous des autres
sont alignés, et le début de chaque ligne commence par un même symbole.

- Pour faciliter la lisibilité du texte, n'employez pas
plus de 2 polices (Helvetica, Times,... ) et 3 corps de caractères.

- Laissez une ligne blanche entre chaque
ligne de texte.

- Si les titres peuvent éventuellement être en
majuscules, utilisez majuscules et minuscules dans le texte.

- N'exprimez qu'une seule idée par ligne
(réduisez vos phrases à quelques mots, pas plus de 6 ou 7 par ligne).

- Le message principal doit occuper le centre du visuel.


- Utilisez un maximum de 6 lignes de texte
(cela vous évitera de diffuser trop d'informations par transparent).

- N'oubliez pas que le visuel doit être lisible
du fond de la salle.

- Lors de la présentation, reprenez les mots clés
qui figurent sur votre transparent, en les intégrant dans une phrase.

- Contrôlez l'orthographe de vos mots.
Une faute attire l'attention des auditeurs et crée une distraction gênante.

(D'après un article d'Arnaud de la Pommeraye,
dans "l'Ordinateur Individuel")


E f f i c a c i t é  16

5 conseils pour mieux écrire

----------------------------



Voici 5 conseils efficaces qui peuvent vous
permettre d'améliorer votre façon d'écrire.

1. Entre 2 mots, privilégiez le plus court


N'utilisez pas un mot long lorsqu'un mot plus
court ferait tout aussi bien l'affaire. Visez toujours le plus court :

Au lieu de :

La satisfaction des six exigences préliminaires constitue une condition préalable au début de l'utilisation de la méthode.

Essayez :


Avant de pouvoir commencer à utiliser la méthode,
vous devez commencer à vérifier ces 6 points.

En communication, il vaut toujours mieux aller
droit au but.

2. Préférez la précision à l'abstraction


Les généralités rendent la lecture ennuyeuse.

Choisissez des mots pour leur précision.

Au lieu de :


Beaucoup de gens estiment que leur partenaire les trompe ou les a trompés un jour ou l'autre.

Essayez :


Une enquête menée auprès de 5.000 Français a révélé que 43 % des couples sont infidèles ou le seront !

3. Mettez des pierres, des tables, des hommes
et des femmes dans vos phrases

C'était la sage prescription d'Alain, l'un des
rares philosophes à ne pas pécher par excès d'hermétisme, ce qui explique sans doute pourquoi il fut autant lu et aimé !

Les auteurs utilisent des mots qui font surgir
des images dans l'esprit des lecteurs. Plus ils sont abstraits, plus les images sont floues. Les mots précis produisent un impact immédiat, tandis que les mots abstraits doivent être interprétés.

4. Évitez les antécédents vagues


Gardez-vous des pronoms vagues qui ne renvoient à rien
  de bien précis, surtout s'il s'agit du sujet de la phrase. Efforcez-vous de les remanier et d'utiliser des mots plus précis.

Au lieu de :


On a déterminé que la façon la plus facile

Essayez :


La façon la plus facile

Au lieu de :


Cela signifie que vous ne devez jamais commencer une négociation...

Essayez :


Ne commencez jamais une négociation

Enfin, gardez-vous aussi de terminer un long paragraphe
par un pronom vague.

    Les "on", les "je", les "nous"

    sont à éviter au maximum.
     Remplacez-les par "vous".

Si vous avez décrit plusieurs choses dans le paragraphe,
le lecteur ne peut pas savoir à quoi cela renvoie. Le dernier point mentionné ? Tous les points réunis ? Évitez la confusion et répétez le sujet, pour rendre la phrase bien claire.

5. Minimisez le nombre d'adjectifs et d'adverbes


Évitez les adjectifs et les adverbes, surtout lorsqu'ils
ont peu de poids ou d'impact. Utilisez plutôt des verbes et des substantifs plus forts, ou essayez d'être très spécifique.

Beaucoup d'adjectifs et d'adverbes peuvent être
  avantageusement supprimés. Laissez plutôt les verbes et les substantifs faire le poids. Reléguez les adjectifs
et les adverbes au rôle qui leur revient : des assistants occasionnels.

Enfin, et pour des raisons évidentes, évitez autant que
faire se peut les clichés et les évidences !


------------------------------
-----------------------


"Sentez" le temps qui passe lorsque vous communiquez


------------------------------
--------------------------------

Vous êtes-vous déjà aperçu que lorsque vous communiquez

devant un groupe, le temps devient élastique ? Si vous
avez le trac, si vous êtes mal à l'aise, une minute parait
une éternité. Si, au contraire, tout se passe bien,
le temps passe comme un éclair. Oui, beaucoup d'orateurs
perdent la notion du temps dès qu'ils sont sur le podium.

**Que doit faire un communicateur efficace ?**


- Il a calculé son temps et préparé un guide ou conducteur

très précis.

- Il a répété sa communication 3 ou 4 fois à haute voix,

avec un chronomètre à la main.

- Il a aussi ajouté 30 % de temps en plus à la répétition.

(Dans la réalité, il faut toujours plus de temps !
Vous devez inclure les interventions, le temps de manier
les transparents ou autres aides visuelles, etc.)

- Il a développé efficacement son sens du temps.


**Comment faire pour s'entraîner ?**


Il n'y a pas d'autres moyens que de le mesurer :


- Commencez par faire des exercices d'1 minute. Lorsque

vous téléphonez, mettez un signal à 1 minute - si vous êtes en famille ou avec des amis, faites des mini exercices de mesure du temps.

- Passez au stade de l'estimation, parlez - et, lorsque
vous avez le sentiment qu'1 minute est passée, vérifiez sur votre montre ou sur votre chronomètre.

- Allongez les temps des exercices. Petit à petit, vous
verrez que, comme par miracle, vous arriverez à "sentir" le temps qui passe avec exactitude.


------------------------------
------

    Dans le prochain numéro

------------------------------
------

- Le pouvoir des "visuels" pour améliorer vos communications


- 11 conseils pour vos textes sur diaporama

La Vieille Dame Au Restaurant

Une vieille dame s'arrête un soir dans un restaurant d'autoroute.

   Elle va au self et prend une soupe chaude, puis va s'asseoir toute seule à une table.

Elle se rend compte qu'elle a oublié de prendre du sel.

   Elle se lève, erre un peu dans le restaurant avant d'en trouver, et retourne à sa table.

 Mais en revenant, elle y trouve un noir assis, qui plonge sa cuillère dans le bol de soupe et la mange lentement.

   "Oh! Il a du culot ce noir! pense la brave dame. Je lui apprendrais bien les bonnes manières "

   Mais elle s'assied sur le côté de la table, et charitablement le laisse manger un peu de sa soupe. Tirant un peu le bol à elle, elle plonge sa cuillère elle aussi,cherchant à partager au moins cette soupe avec lui.

   Le noir retire doucement le bol vers lui, et continue de manger.

   La dame se remet à le tirer légèrement vers elle, pour pouvoir y avoir accès. Et ils finissent la soupe ainsi.

   Alors le noir se lève, lui fait signe de patienter, et revient avec une portion de
 frites énorme, qu'il partage avec elle, comme la soupe.

   Enfin ils se saluent, et la dame part aux toilettes. Mais quand elle revient, elle veut prendre son sac pour partir, et découvre qu'il n'est plus au pied de sa chaise.

   "Ah! J'aurais bien dû me méfier de ce noir!".

   Elle hurle dans tout le restaurant, criant au voleur, jusqu'à ce que finalement on retrouve son sac, posé au pied d'une table où repose un bol de soupe refroidie... SON bol auquel personne n'a touché.

   C'était elle qui s'était trompée de table et avait partagé le repas de l'homme!

...............................................


 "Le coeur de l'homme est son paradis ou son enfer."
 Jean-Jacques Rousseau

 ...............................................

La Guérison

Pierre était déprimé.

   Vraiment déprimé.

   Il avait perdu son job, n'en retrouvait pas d'autre, et sa femme
 se plaignait sans cesse.

   Il va voir un médecin pour qu'il lui prescrive du Prozac.

   "Avant de prendre du Prozac, seriez-vous d'accord pour vous
 livrer à une petite expérience?"

   "Ca dépend..."

   "Voilà. Vous allez, pendant 10  jours, matin et soir, réfléchir à
 50 choses pour lesquelles vous avez de la gratitude. Vous les listerez sur une feuille de papier.


 Attention, vous n'aurez pas le droit de citer deux fois la même
 chose."

   "Et si je ne note aucun résultat, puis-je arrêter l'expérience quand je veux?"

   "Oui, et je vais vous faire une prescription de Prozac, il vous
 suffira de passer la prendre si besoin est."

   15 jours plus tard, Pierre revient vois son médecin.

   "Je pense être guéri."

   "C'est à dire?"

   "Je n'ai pas besoin  de Prozac. Votre exercice a complètement
 changé ma vie."

   "Dites-m'en plus."

   "Au début, il me semblait impossible de trouver 50 choses
 pour lesquelles exprimer de la gratitude. Même en puisant dans mes souvenirs, tout me semblait négatif.

   Puis, peu à peu, j'ai retrouvé ces petites choses qui embellissent la vie. Un sourire, un regard, un contact avec un autre être, la vue d'une fleur, etc.

   Maintenant, je n'ai aucun mal à trouver 100 choses par jour. Mon regard sur la vie a changé... j'ai changé!"

   Ne sommes-nous pas tous un peu comme Pierre, incapables de nous rendre compte de toutes les incroyables bénédictions dont nous bénéficions?

   Pensez à ce qu'était la vie de nos ancêtres ou à celle de la
 majorité des gens dans le monde...

La Boulangerie

Ce matin, Dans Mon petit Village , je rentre dans une boulangerie.

   "Et pour Monsieur, qu'est-ce que ce sera?"

   "Je voudrais deux baguettes Festive, s'il vous plaît"

   "Et vous l'aimez comment votre pain, peu cuit, bien cuit, croustillant?"

   "Croustillant"

   Et voilà le boulangé qui fait craquer ses baguettes jusqu'à
 trouver les baguettes idéales.

   "Savez-vous, monsieur, que c'est la première fois de ma vie qu'on me demande comment je veux mes baguettes?"

   "Ben ça me semble normal, je ne vais quand même pas vous donner des baguettes peu cuites alors que vous les aimez bien cuites, quand même!"

   J'ai félicité cette Homme de prendre son métier à coeur et de
 vouloir ainsi faire plaisir à ses clients.

   IL en a rosi de plaisir.

   Si je repasse dans quelques années, il n'y aura peut-être plus
 qu'une boulangerie sur les 3 de ce village... et je sais laquelle
 aura toujours autant de succès!

Efficacité  15

Les trucs les plus connus pour vous mettre mal à l'aise et comment les déjouer :
------------------------------



Il y a des personnes qui, avant même que vous ayez dit un mot, sont de véritables spécialistes pour vous mettre volontairement mal à l'aise, lors d'un rendez-vous.

Voici les trucs les plus connus dont ils se servent,et quelques conseils pour réagir positivement:

** L'attente **

L'heure de votre rendez-vous est dépassée depuis une bonne demi-heure. Vous attendez, mais rien ne se produit. Même la secrétaire ne sait plus quoi vous dire !

- Objectif :

Vous mettre dans un état de nerfs qui vous fasse perdre vos moyens !

- Ce que vous devez faire :

Regardez calmement votre montre, puis levez-vous d'un air décidé et dites : "Écoutez, j'ai à faire, je reviens dans une demi-heure" (ou dans une semaine !)

**La chaise**

Lorsque vous pénétrez dans la salle d'attente, on vous installe sur une chaise trop basse et inconfortable. Ou, pire, un siège penché vers l'avant.

- Objectif :

En étant mal à l'aise, vous perdez votre confiance en vous.De plus, en étant plus bas que votre interlocuteur, vous devez lever la tête vers lui pour parler, ce qui vous enlève toute autorité.

- Ce que vous devez faire :

En sortant un document, ou, pour expliquer quelque chose à l'aide d'un geste, LEVEZ-VOUS. Au besoin, retournez votre siège et adossez-vous contre lui. Si possible, changez de chaise. Tout cela en restant parfaitement poli !

**Le contre-jour**

On vous place face à une source lumineuse (lampe puissante ou soleil). Ébloui, vous êtes obligé de cligner des yeux, de les fermer. Vous voyez mal votre interlocuteur puisqu'il est assis à contre-jour.

- Objectif :

Vous mettre mal à l'aise et vous empêcher de lire les expressions du visage. Vous êtes en situation d'infériorité.

- Ce que vous devez faire :

Déplacez votre chaise. Si vous ne pouvez pas le faire, dites que vous êtes gêné par la lumière et que vous souhaitez discuter ailleurs.

**Laisser tomber quelque chose**

Votre interlocuteur vous offre, par exemple, une cigarette. Dès que vous en prenez une, les autres tombent du paquet, roulent sur la table et se retrouvent par terre.

- Objectif :

Vous humilier en vous faisant ramier pour ramasser ce qui est tombé par terre.

- Ce que vous devez faire :

Ne pas accepter de cigarette I Si le mal est fait, alors allez-y très doucement : repoussez lentement et calmement votre chaise, comme si vous alliez vous baisser
 
- mais attendez que votre vis-à-vis se baisse lui aussi.

Vous vous affaiblissez en vous courbant tout seul par terre !


**Le désintéressement**

Il fouille dans ses dossiers, téléphone dans toute la maison, griffonne des notes

- Objectif :

Vous montrer combien vous êtes insignifiant à ses yeux, et, combien de choses plus importantes il a à faire, que de vous recevoir.

- Ce que vous devez faire :

Taisez-vous ! Votre silence finira par le mettre mal à l'aise. Il faudra qu'il le rompe, sinon la situation deviendra gênante. S'il téléphone, levez-vous discrètement et dites-lui : "Je vais vous attendre dehors pour ne pas
vous déranger !" et sortez, il arrêtera vite son "cinéma", puisqu'il n'aura plus de spectateur.

Quelle que soit la forme choisie par votre interlocuteur, vous devez toujours garder votre dignité et réagir avec fermeté, sans la moindre hésitation dans la voix ou dans votre attitude. Et n'oubliez jamais : ne faites pas à d'autres ce que vous n'aimeriez pas que l'on vous fasse.

------------------------------

Les 5 clés de l'écriture libre

------------------------------

La manière la plus facile et la plus efficace pour
améliorer sa façon d'écrire est l'exercice de l'écriture libre :

- Écrivez pendant 10 minutes (au moins 3 fois par
semaine), sans vous arrêter, et en faisant très vite.

- Ne pensez pas à l'orthographe, au style ou à la
grammaire.

- Ne réfléchissez pas à ce que vous écrivez et, surtout,
ne relisez pas ce que vous avez déjà écrit pendant
l'exercice.

- Si un mot ne vous vient pas, écrivez : je n'arrive
pas à trouver le mot (mais écrivez sans vous arrêter).

- Si vous restez bloqué sur un mot, écrivez-le plusieurs
fois de suite - continuez toujours à écrire ! Si
l'inspiration vous manque, écrivez que l'inspiration
vous manque ou autre chose...

La seule règle impérative est d'ÉCRIRE SANS S'ARRÊTER !
Avec un peu d'entraînement, vous augmenterez la durée de
l'exercice de 10 à 15 ou 20 minutes !

       ------------------------------

           Dans le prochain numéro

       ------------------------------

- 5 conseils pour mieux écrire et mieux parler

- "Sentez" le temps qui passe lorsque vous communiquez

Le Chameau

"Un chameau, c'est un cheval dessiné par un comité".

   Vous avez peut-être déjà entendu cette plaisanterie qui illustre le fait que les comités ont du mal à se mettre d'accord et ne sont pas toujours très efficaces.

   Mais peut-être pensez-vous que le chameau a des bosses dans lesquelles il stocke de l'eau?

   Il n'en est rien. Ses bosses sont de la graisse qui, effectivement, stocke de l'énergie mais pas de l'eau.

   En fait le chameau ne commence à transpirer que vers 40 degrés, et il transpire peu. Il urine aussi très peu. Il a un système qui est parfaitement adapté aux grosses chaleurs.

   Nous sommes un peu comme le chameau. Nous avons des réserves et des capacité intérieures formidables. Encore faut-il l'accepter et les faire fonctionner.

   Sinon, nous nous retrouvons comme les autres, à vouloir chercher partout ce que nous avons déjà, en grande partie... en nous-même..

Efficacité 14

Comment répondre aux questions difficiles ?
--------------


Quelques conseils pour vous aider à trouver les meilleures

réponses possibles, dans n'importe quelle situation !

**Comment faire si l'on vous pose une question :**


[] dont vous ne connaissez pas la réponse ?


Ne vous mettez pas sur la défensive. N'hésitez pas
à avouer très simplement :"Je ne connais pas la réponse !"
Tout vaut mieux qu'une réponse "bidon".
Proposez de chercher la bonne réponse et de la transmettre plus tard.

[] qui exige une réponse trop longue ?


Dites-le ! Réduisez votre réponse en ne répondant qu'à une
partie de la question mais, évitez d'omettre des détails essentiels à la compréhension. Surtout, n'accélérez pas votre débit pour en dire un maximum en un minimum de temps.

[] qui en comporte plusieurs ?


Apportez des réponses séparées, tout en utilisant des mots
  de liaisons tels que :

-"...le deuxième facteur important est...",

-"le troisième volet de ma réponse...",
-"après avoir pris en considération a), passons maintenant à b)".
Lorsque vous avez répondu à tous les points, faites un bref
résumé de la réponse. Cela marquera bien la fin de cette réponse en plusieurs volets.

[] à laquelle vous avez déjà répondu ?


Votre première réponse n'a peut-être pas été bien comprise !

Recommencez et demandez cette fois, à la fin de votre réponse :
"ma réponse vous satisfait-elle ?"
Si la personne qui a posé la question n'a toujours pas compris
votre réponse - mais le reste du groupe oui, proposez-lui de
La rencontrer après la réunion, pour éclaircir ce point.

[] que vous trouvez "stupide" ?


Essayez d'y répondre sans montrer votre impatience !


[] hostile ?


Anticipez ! C'est à la préparation de votre session de
questions/réponses que vous devez prévoir les questions hostiles ou difficiles.
Restez calme ! Respirez , et  revenez aux faits.
Puis, construisez votre réponse autour d'eux. Corrigez d'éventuelles affirmations injustes.
Surtout, n'attaquez jamais la personne qui pose la question :
La dynamique de groupe veut que tout le groupe risque de se mettre immédiatement de son côté.
(Parfois, il vaut mieux faire comme si vous ignoriez l'hostilité !)

[] à laquelle vous ne voulez pas répondre ?


Dites-le poliment ! Si les circonstances le permettent,
proposez à la personne de la rencontrer individuellement.
Si la personne insiste, demandez à tout le groupe s'il souhaite connaître la réponse à cette question. Si oui, vous devez par tous les moyens essayer de donner une réponse, sauf si des raisons légales vous en empêchent.

[] à laquelle on peut répondre par oui ou par non ?


Essayez d'en dire un peu plus, ou du moins essayez d'emballer

votre oui ou votre non en une phrase. Cela évitera de donner
l'impression que la question était inconsistante ou que votre
réponse est impolie ou brusque. Quoi qu'il en soit, restez toujours sincère. Votre capital de crédibilité est fragile.
Mieux vaut dire que l'on ne sait pas plutôt que de répondre
n'importe quoi.


-
Les 4 erreurs à éviter en répondant à une question


-

1. Réponse trop longue.


Vous voulez trop en dire ! La réponse à une question doit être

brève et précise, elle doit aller droit au but. Si vous répondez
à une question par un discours, vous lassez les auditeurs
(surtout ceux qui n'ont pas posé la question)
et vous les découragez d'en poser d'autres.

2. Réponse trop rapide.


Vous n'écoutez pas la question jusqu'au bout.

Souvent, lorsque quelqu'un pose une question, on croit avoir compris ce qu'il veut savoir avant qu'il n'ait terminé, et on se précipite pour lui apporter la réponse en l'interrompant.

2 conséquences à cela :


1) Vous pouvez avoir mal "deviné" ou n'avoir "entendu" qu'une partie
de la question. Vous apportez donc, soit une mauvaise réponse, soit une réponse incomplète (et en plus, vous êtes mal élevé !).

2) Vous privez les autres auditeurs de l'énoncé de la question.

Ils ont besoin d'entendre la question posée pour comprendre la réponse.

3. Engager le dialogue.


Vous commencez à discuter avec la personne qui a posé la question.

Donnez toujours une réponse à une question, à tout le groupe.
Ne vous laissez jamais enfermer dans un "dialogue" avec un seul auditeur.
Les autres s'ennuieraient très vite.
Lorsque vous avez apporté votre réponse, montrez clairement par votre regard,
votre langage du corps, que vous pensez maintenant à la question suivante.
Si cela ne suffit pas, proposez à votre interlocuteur de reprendre
la discussion à la pause.

4. Bluffer.


Vous ne connaissez pas la réponse à la question et vous vous embarquez
dans une réponse vaseuse; Si vous ne connaissez pas la réponse,
admettez-le en toute simplicité et, engagez-vous à trouver la réponse et à la faire parvenir dans les plus brefs délais aux auditeurs (et faites-le vraiment !).



          ----------------------------------

                 Dans le prochain numéro

          ------------------------------------


     --> Les trucs les plus connus pour vous mettre mal
         à l'aise et comment les déjouer,

     --> Les 5 dés de l'écriture libre

Efficacité 13

Les règles d'or pour faire participer vos auditeurs
---------------------



 Un des moyens très efficaces pour activer et faire participer vos auditeurs, c'est de leur poser une question et de leur demander de lever la main.

 Par exemple, en disant :
 "Qui a déjà fait cette expérience ?
 "Qui, parmi vous,... ?"
 "Combien d'entre vous... ?"

 "...Levez la main !"

 Méfiez-vous des quelques erreurs que, même des orateurs chevronnés, font fréquemment et, appliquez-vous à suivre ces conseils :

   - Ne l'utilisez pas trop souvent. Cela ne doit pas
     devenir une manie mais, réellement servir à
     quelque chose. Si vous l'utilisez sans raison
     valable, votre audience le sent et refuse
     instinctivement de participer.

   - Levez le bras vous-même. Tout de suite après
     avoir posé votre question, votre bras doit se
     lever. C'est vous, par l'exemple, qui déclenche
     le mouvement général.

   - Dites, à voix haute, combien vous voyez de mains
     levées : "Les 3/4 d'entre vous... une trentaine de
     personnes...". C'est une façon de reconnaître
     et de remercier tous ceux qui ont ainsi participé
     activement.(Et si votre conférence est enregistrée,
     cela permettra à la personne qui écoute la cassette,
     de connaître le résultat.)

   - Souvenez-vous que rester assis et écouter un
     orateur demande beaucoup de patience.
     Entraînez-vous à rendre vos auditeurs
     participants actifs. Au début, il faut un peu de
     courage, mais, très vite, vous allez vous rendre
     compte combien cela peut être utile et agréable.



-
Comment relancer l'intérêt de vos auditeurs ?

-



 Pour capter l'attention de vos auditeurs, utilisez des "relances".

 En voici quelques-unes :

     - "Pourquoi ?
     - Comment ?
     - Qui a fait cela ?
     - De quelle façon ?
     - Mais ce n'est pas tout..
     - Il y a beaucoup mieux encore...
     - Maintenant, vous devez savoir plusieurs
       choses...
     - C'est déjà beaucoup ?
     - Attendez un peu, le meilleur reste à venir...
     - Maintenant - et c'est le plus important...
     - Et vous allez voir pourquoi...
     - Vous vous demandez peut-être
     - Comme vous le savez sans doute...
     - Voici la réponse... ", etc.


 À vous de monter votre propre collection de relances et de les intégrer dans vos communications.


-
Les 6 sources de distraction

-


 Il y a de bons et de moins bons communicateurs, mais
 il y a aussi de bons et de moins bons auditeurs !

 En connaissant les sources de distraction, vous pouvez
 aider votre auditoire à mieux écouter. Et lorsque vous
 serez auditeur, il vous sera plus facile de rester
 concentré.

 Voici les principales :

     - Le style de l'orateur (ses tics, la manière de
       s'habiller, etc.).

     - N'écouter que ce qui nous plaît bien (ou ce
       que l'on connaît déjà et fermer les oreilles
       pour le reste).

     - S'attendre à  ce que toutes les
       communications soient brillantes (le fait de
       critiquer fait passer à côté de choses
       importantes).

     - Faire semblant d'écouter (pour éviter cela,
       l'orateur doit impliquer ses auditeurs par des
       questions ou toute autre technique de
       participation).

     - Créer des distractions par de petites choses
       (bâiller, toussoter, faire une mauvaise
       tête!). Se laisser aller à rêvasser.


--
 
 ** Quel type d'orateur êtes-vous ?**

 1) Celui qui évite

 Fait tout pour éviter de parler en public. Dans
 certains cas, ceux qui évitent cherchent des postes
 qui ne les obligent pas à faire des présentations.

 2)  Celui qui résiste

 Devient craintif lorsqu'il s'agit de parler en public.
 Cette peur peut être très forte. Celui qui résiste
 n'aime pas parler en public mais il n'a pas le choix.

 3) Celui qui accepte

 Peut faire des présentations mais n'est pas
 extrêmement motivé par la perspective de parler en
 public. Accepte de faire des présentations et en
 général se sent bien après une présentation, mais pas
 avant.

 4) Celui qui recherche

 Recherche en permanence des opportunités pour parler
 en public. L'anxiété est utilisée comme un stimulant,
 ce type d'individu est toujours confiant et construit
 lui-même ses capacités communicatives en prenant
 souvent la parole.


 **Préparez-vous à parler**

 Voici les règles principales de la prise de parole :

 - Connaissez-vous vous-même. Découvrez vos
 connaissances, capacités et potentiels.

 - Connaissez votre public. Vous devez savoir ce que
 l'audience attend de vous et ce qu'ils veulent
 attendre.

 - Connaissez la situation. Considérez votre
 environnement pendant le discours et comment celui-ci
 peut affecter votre présentation.

 - Anticipez la réaction de l'audience. Ayez des
 objectifs clairs à l'esprit pour que ceux qui vous
 écoutent réagissent d'une manière positive.

 - Recherchez d'autres sources d'information. Vous
 devez avoir le maximum d'éléments pour rendre votre
 présentation pertinente et intéressante.

 - Revenez toujours au bon sens. Soyez certain que
 votre conclusion sera acceptée et que vous conservez
 du bon sens dans chacun de vos arguments.

 - Structurez votre message. Organisez vos idées pour
 que votre cheminement intellectuel soit clair et
 limpide pour votre audience.

 - Parlez directement à votre audience. Vérifiez que
 votre niveau de vocabulaire est compréhensible et
 adapté à l'audience.

 - Devenez plus confiant en vous entraînant. C'est
 seulement en vous entraînant que vous arriverez à
 contrôler parfaitement votre présentation ainsi que la
 réaction de l'audience.




          ----------------------------------

                 Dans le prochain numéro

          ------------------------------------


     --> Comment répondre aux questions difficiles

     --> Les 4 erreurs à éviter en répondant à une question

Efficacité 12

Comment prendre la parole à l'improviste ?


 Vous ne vous y attendiez pas. Voilà que vous devez
 parler devant un groupe de personnes sans vous y être
 préparé, à l'improviste ! Pour vous entraîner à y
 faire face, voici un premier exercice à pratiquer seul
 ou en groupe.


     - Levez-vous ! Votre seul objectif : parler à
       haute voix pendant une minute ! Peu importe le
       sujet, parlez de la couleur des murs de la
       pièce dans laquelle vous vous trouvez,
       décrivez les objets qui s'y trouvent, les
       personnes, leurs vêtements. Tous les sujets
       sont les bienvenus.

     - Parlez, sans vous arrêter... Si vous faites un
       trop long silence, vous avez perdu.
       Recommencez ! (si vous vous entraînez en
       groupe, vous perdez votre tour c'est au
       suivant de jouer !). Allongez le temps de
       parole à 2 minutes.

     - Prenez un objet, n'importe lequel, ce qui vous
       tombe sous la main. Pendant une minute,
       trouvez tous les avantages de cet objet : il
       est élégant parce qu'il est noir, sa plume
       extrêmement fine permet d'écrire petit mais,
       malgré tout, lisiblement ne vous arrêtez pas
       de parler à haute voix.

     - Au bout d'une minute, sans transition, changez
       de position mentale : décrivez tous les
       désavantages de ce même objet. Prenez le
       contrepied de ce que vous avez dit
       précédemment : ce stylo noir est triste, il a
       une plume beaucoup trop fine pour bien
       écrire...

     - Enchaînez les idées sans jamais faire de
       silence. Prolongez les temps de parole pour et
       contre.

     - Faites le même exercice avec des idées plus
       abstraites. Trouvez des arguments pour le
       nucléaire, contre le nucléaire, la peine de
       mort, la limitation de la vitesse, etc. Peu
       importe votre opinion réelle. Il s'agit d'un
       exercice, d'une véritable gymnastique mentale.

 Pour faire ces exercices, faites-vous confiance.
 Détendez-vous et vous ferez l'expérience que, plus on
 est détendu, mieux les idées viennent. Plus vous vous
 entraînez, plus l'enchaînement des idées devient
 facile.

 Le meilleur entraînement à la prise de parole à
 l'improviste est la pratique. Plus vous saisissez les
 occasions de vous exprimer devant un groupe, plus vous
 vous sentirez à l'aise dans n'importe quelle situation
 d'expression.


------------------------------
-------------

Si l'on vous demande de prendre la parole :

------------------------------
-------------


     - Prenez tout votre temps pour rassembler vos
       idées.Pensez immédiatement à votre conclusion :
       Où est-ce que je veux en venir ? Cela vous aidera
       à rassembler vos idées dans ce sens. Si vous
       le pouvez, notez quelques mots clés.

     - Exprimez-vous avec assurance.
       Si l'on vous invite à prendre la parole, c'est
       que vous avez quelque chose à dire. Les autres
       vous font confiance, pourquoi pas vous ?

     - Parlez avec naturel. Faites des phrases
       courtes, sinon vous risquez de perdre le fil.
       Utilisez des mots simples. Vous avez tout
       votre temps : parlez lentement, faites des
       pauses. Cela vous permettra de remettre vos
       idées en place pour la suite.

     - Utilisez des exemples concrets, des histoires
       pour illustrer votre communication.

     - On n'attend pas de vous un long discours.
       Soyez bref et concis. Sachez vous arrêter à
       temps. Mieux vaut être trop court que
       d'ennuyer les gens !

     - N'oubliez jamais que, quand vous prenez la
       parole au pied levé, vous bénéficiez de la
       bienveillance du public. Soyez enthousiaste et
       tourné vers les autres, la partie sera gagnée !

------------------------------
-----------

L'humour vous rendrait-il plus efficace ?

------------------------------
-----------


 "Les personnes qui ont le sens de l'humour sont plus
 créatives, moins rigides et plus prêtes à accepter des
 idées et des méthodes nouvelles".

 C'est ce qu'affirme Robert Half, patron d'une agence
 new-yorkaise de recrutement.Sa société a fait une enquête:
 84 % des dirigeants interrogés déclarent que les employés
 qui ont de l'humour travaillent mieux que les autres !


 Une autre enquête, menée, elle, par l'Université de
 Massachusetts, révèle que les gens sans humour
 manquent :

     - de stabilité émotionnelle
     - de confiance en eux
     - de résistance au stress
     - Les autres, en revanche :
     - se connaissent bien eux-mêmes
     - acceptent de rire de leurs imperfections
     - se voient de façon objective et sont plus
       détendus


 Toutes ces constatations tendent à prouver que
 l'humour non seulement aide votre carrière, mais en
 plus vous apporte une ouverture d'esprit formidable et
 vous relaxe, vous et tous ceux qui vous entourent.



          ------------------------------
----

                 Dans le prochain numéro

          ------------------------------
------


     --> Les règles d'or pour faire participer vos auditeurs,

     --> Comment relancer l'intérêt de vos auditeurs,

     --> Les 6 sources de distraction.

Rendre Grâce

Un jour, le père d'une très riche famille amène son fils à la
 campagne pour lui montrer comment vivent les pauvres.

   Ils passent quelques jours sur la ferme d'une famille qui n'a
 pas beaucoup à leur offrir.

   Au retour, le père demande à son fils. : "As-tu aimé ton séjour?"

   "C'était fantastique papa!"

   "As-tu vu comment vivent les gens pauvres?" Demande encore le père.

   "Ah oui!" Répond le fils

   "Alors qu'a-tu appris?"

   Le fils lui répond "J'ai vu que nous n'avions qu'un chien alors qu'ils en ont quatre.

   Nous avons une piscine qui fait la moitié du jardin et ils vont
 dans une grande crique sur la mer.

   Nous avons des lanternes dans notre jardin et eux ont des étoiles partout dans le ciel.

   Nous avons une immense galerie à l'avant et eux ont l'horizon.

   Nous avons un domaine mais eux ont des champs à perte de vue.

   Nous avons des serviteurs alors qu'eux servent les autres.

   Nous achetons nos denrées et eux les cultivent.

   Nous avons des murs autour de la propriété pour nous protéger.


 Eux ont des amis qui les protègent."

   Le père en resta muet.

   Le fils rajouta, "Merci Papa de m'avoir montré tout ce que nous
 n'avons pas".

   Trop souvent nous oublions ce qui nous est acquis pour nous
 morfondre sur ce que nous n'avons pas.

   Ce qui est un objet sans valeur pour un peut très bien être un
 trésor pour un autre. Ce n'est qu'une question de perspective.

   C'est à ce demander ce qui arriverait si on rendait grâce
 pour tout ce que nous avons au lieu d'en vouloir plus.

   Apprenez à apprécier ce que vous "avez".

Le Petit Chat

J'avais 8 ans et j'étais chez mes grands-parents .

   Il y avait un jardin immense - en fait un tout petit jardin, mais
 pour moi il était immense - et, au milieu un très haut arbre.

   J'entends un miaulement, presque un cri de bébé.

   Je regarde à droite, puis à gauche, rien.

   Je cherche partout, le miaulement continue, mais impossible de
 localiser sa provenance.

   Soudain, je regarde au ciel, et là, tout en haut du sapin, que
 vois-je?

   Un petit chat cramponné au tronc, terrorisé, incapable de
 redescendre.

   "Minou, minou!"

   Ma voix le calme un instant et il miaule de plus belle.

   Je décide d'escalader le sapin à mon tour. Mais même si je suis
 léger, il arrive un moment où je ne peux plus progresser. Le petit chat est là, miaulant de plus belle.

   Je vais prévenir mes grands parents. Ils ne me croient pas. Je
 les tire par la manche dans le jardin, et ils finissent par voir
 eux aussi le petit chat.

   Ils disparaissent dans la maison et disent que l'on va sauver le
 petit chat. J'ai peine à le croire mais j'espère très fort.

   Et là, arrive un truc incroyable!

   Imaginez-moi, 8 ans, et voyant arriver UNE VOITURE DE POMPIER   

   AVEC LA GRANDE ÉCHELLE!

   Les pompiers on monté l'échelle jusqu'en haut du sapin, un pompier
 a grimpé et a sauvé le petit chat. Son coeur battait très fort.

   À peine mis à terre, il s'est enfui, sans doute pour rejoindre sa
 maman.

   J'étais tellement fier d'être celui qui lui avait sauvé la vie!

   Quand vous avez besoin d'aide, faites comme ce petit chat:
 demandez!

   N'attendez pas qu'il soit trop tard.

La Biche

Je n'ai jamais dit à qui que ce soit ce que je vais vous dire,

et cela va peut-être vous sembler ridicule. Mais peut-être aussi

cela va-t-il vous parler au plus profond de vous-même.

   J'ai un rapport spécial avec les biches.

   Elle apparaissent souvent dans ma vie, quelquefois même dans mon jardin. Et à chaque fois, c'est comme un immense cadeau.

   La dernière fois, j'étais avec mon fils Alex, et je voulais
 lui montrer une biche. Nous étions en voiture, et je lui ai dit:

   "Tu vois, ici j'ai déjà vu des biches. Nous aurons peut-être la
 chance d'en voir une."

   Ce n'était pas vraiment ce que je pensais. Je pensais très fort
 "Biche, viens à nous. J'ai besoin de toi."

   J'ai ralenti, notre voiture, qui est une hybride, est passée en mode silencieux électrique.

   Et là, elle est apparue, sereine.


 Une biche. Elle m'a regardée, a avancé un peu puis s'est éloignée tranquillement.

   Quel cadeau! Nous sommes restés, là, comme hypnotisés par la gracieuse apparition.

   Jusque-là je ne vous choque sans doute pas.

   Seulement voilà. J'ai une croyance qui me vient des indiens
 d'Amérique. Je pense que les animaux n'apparaissent pas comme cela par hasard. Il nous livrent des messages.

   Cette fois-là cette biche m'a livré un message de confiance. J'en avais besoin, et cela m'a fait un bien fou.

   Essayez, vous verrez. Lorsqu'un animal sauvage apparaît,
 demandez-vous ce qu'il veut vous dire.

   Il y a des niveaux de communication qui transcendent le
 langage.

l' E f f i c a c i t e  11

Comment réagir si quelqu'un vous impressionne ?


 Lorsque vous devez aller voir votre patron, votre supérieur hiérarchique,
 ou une personne qui vous impressionne, n'oubliez jamais que même la   plus impressionnante des personnalités a exactement les mêmes craintes et anxiétés que vous.
 
Comme tout être humain, il a besoin de reconnaissance, d'être compris et apprécié.

 Il n'aime pas, par exemple :

   - perdre la face,
   - avoir tort,
   - être critiqué ou ridiculisé,
   - ne pas être respecté en tant que personne,
   - ne pas voir ses efforts reconnus,
   - se sentir mal adapté à une tâche,
   - se sentir peu sûr de ses décisions,
   - avoir à faire à des gens agressifs,
   - etc.


 Finalement, il est comme vous êtes, plein de forces et de faiblesses. Tenez-en compte et vos relations ne pourront être que meilleures.


------------------------------
----

Maîtrisez l'art de la conversation

------------------------------
----

 Faites-vous partie de ces personnes qui se sentent très à l'aise
 lorsqu'elles parlent "boulot", mais dès qu'il s'agit de participer
 à une simple conversation ne savent plus quoi dire ?

 "Je ne sais pas parler pour ne rien dire".
 Alors, taisez-vous ! Le grand art de la conversation,
 c'est de savoir écouter.

 Pour quelqu'un qui a l'habitude d'être actif, d'aller droit au but, de réaliser ses objectifs, il est souvent difficile de se mettre en retrait et   d'écouter les autres.

 En plus, dans les affaires, on cultive l'image de "l'homme fort". C'est dangereux de montrer que l'on a des sentiments, que l'on est sensible et vulnérable !

 Les autres pourraient en profiter... Donc, la spontanéité d'une
 conversation le met encore plus mal à l'aise.

 Si cela vous arrive, réfléchissez aux conseils suivants :

    1.Intéressez-vous aux autres plutôt que de vous
      rendre intéressant vous-même.

    2.Habituez-vous à l'idée que laisser voir vos
      sentiments et vos émotions est une chose
      positive, cela vous rendra plus humain aux yeux
      des autres et vous rendra, du coup, plus
      sympathique.

    3.Comment voulez-vous que quelqu'un "profite" de
      vous parce que vous avez montré vos sentiments en
      l'écoutant parler ? Bien au contraire, c'est
      quand vous parlez que vous courez le risque de
      trop en dire.

--------------------------

Tirez profit des critiques

--------------------------


 À moins d'être la perfection même, il vous arrivera d'être critiqué ! 
 Personne n'aime vraiment cela mais, au moins, tirez-en profit !
 Voilà comment vous pouvez mieux accepter les critiques :


   [] Soyez honnête. Acceptez le fait que vous êtes
      perfectible, restez humble. Les critiques
      feront moins mal.

   [] Mettez-vous à la place de la personne qui vous
      critique. Auriez-vous réagi de la même façon ?
      (là encore, soyez honnête !)

   [] Si vous êtes convaincu que la critique n'est
      pas justifiée, discutez avec la personne qui
      vous la fait. Exprimez vos sentiments
      ouvertement. Si vous les gardez en vous, vous
      allez les ruminer. Un jour ou l'autre ils
      ressortiront, peut-être au mauvais moment.

   [] Ne vous excusez pas inutilement. Faites-le
      seulement si les circonstances l'exigent
      vraiment. N'oubliez pas : "Qui s'excuse,
      s'accuse !".

   [] Ne pleurnichez pas pendant ou après une
      critique. Personne n'aime travailler avec un
      pleurnichard.

   [] Arrêtez-vous de parler dès que vous sentez des
      émotions fortes. Respirez ! Faites n'importe
      quoi pour gagner du temps, pour réfléchir.
      Pensez à ce que vous voulez dire avant de le
      dire et vous éviterez des catastrophes.

   [] Désarmez les critiques et encouragez les
      conseils constructifs. Demandez : "Comment
      faire mieux la prochaine fois ?".
      Tout le monde aime donner des conseils.

 Et, surtout, appliquez les leçons que vous pouvez
 tirer d'une critique. Vous gagnez sur tous les points !



                 Dans le prochain numéro




     --> Comment prendre la parole à l'improviste ?

     --> Si l'on vous demande de prendre la parole...

     --> L'humour vous rendrait-il plus efficace ?

Saisir La Chance

Bill Cullen travaillait tard ce soir-là.

   Son patron surgit brusquement: "Ma secrétaire n'est pas là?"

   "Non, Monsieur, elle est partie, il est déjà 19 heures!
   Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous?"

  "Mon pauvre gars ça m'étonnerait que tu puisse m'aider.

   Je voulais lui dicter un courrier urgent!"

   "Je peux vous prendre en sténo, puis vous taper la lettre."

   "Toi? Tu connais la sténo? Et la dactylo? Mais tu es bien un de
   mes vendeurs, non?"

   "Oui. Mais vous m'avez payé 25% des cours que j'ai suivi, alors
   je vous dois bien cela..."

   "OK."

   Bill voyait bien que son patron ne le croyait qu'à moitié.

   Il le prit en sténo, puis tapa la lettre, sans une faute de frappe.

   Son patron regardait par-dessus son épaule.

   "Extraordinaire! Je n'en crois pas mes yeux. C'est parfait!
 Bravo mon gars, pas une seule faute!"

   Il prit son magnifique stylo Mont Blanc, apposa sa signature,
 et Bill ajouta, tout en mettant la lettre dans l'enveloppe qu'il
 venait de taper:

   "Je vois que c'est un courrier urgent. Si vous voulez, comme
 c'est presque sur mon chemin, je le dépose dans la boîte aux
 lettres de votre correspondant et il la lira demain dès la première
 heure."

   "Ce serait génial. Jeune homme je veux vous voir à mon bureau demain à la première heure."

   Le lendemain, il fut nommé assistant personnel du patron à
 mi-temps. En un an il devint assistant à temps plein. Il
 appris tout de son patron et devint un jour patron à son tour.

   Il est aujourd'hui millionnaire. A-t-il eu de la chance?

   Non, il a FAIT sa chance.

   Il travaillait plus tard que les autres. Il avait suivi des cours.

   Il a rendu service à son patron.

   Faite votre chance!

Le Parce Que...

"Marie, est-ce que tu as du vin rouge pour nos amis?

   C'est un bon anti-oxydant, cela favorise la circulation sanguine,
 et évite l'infarctus du myocarde."

   "Très bien, chéri, sauf que tu as oublié d'en acheter comme je
 te l'avais demandé..."

   "Bon, comme l'alcool est mauvais pour la santé, il peut rendre
 dépendant, il y a 45.000 personnes qui meurent chaque
 année des suites de leur consommation d'alcool, c'est donc
 très bien que nous n'ayons pas de vin."

   "Dis-moi Paule , tu viens de dire une chose et son contraire.
 Qu'est-ce qui est vrai?"

   "Si nous avons du vin à la maison, c'est ce que je t'ai dit
 en premier. Si nous n'en avons pas, c'est ce que je t'ai dit en
 dernier..."

   Notre esprit a la faculté de justifier n'importe lequel de nos
 comportements. Même les criminels les plus endurcis ont des raisons d'agir comme ils le font.

   Il est donc toujours bon de prendre de la distance, d'observer nos justifications avec prudence.

   "Je ne suis pas fortuné parce que..."

   "Je ne fais pas de sport parce que..."

   "Je ne prends que 4 semaines de vacances par an parce que..."

   "Je suis en location parce que..."

   "Je suis seul(e) parce que..."

   "Je n'ai que 2.000 clients parce que..."

   "J'ai du ventre parce que..."

   Ce qui suit le "parce que" est souvent une justification.

   Remettez vos justifications en question!

Les Secrets du Temps

C'était un viel homme, un paysan, qui prenait le soleil
 devant sa maison.

   Je lui ai souri, et nous avons parlé, comme la plupart des gens
 qui ne se connaissent pas, du temps.

   Il paraît que les anglais, en moyenne, passent 6 mois de leur
 vie à parler du temps :)

   Je m'attendais à une discussion banale.

   Mais cet homme savait plein de mystères de la nature sur le
 temps.

   "Savez-vous que si les oiseaux volent haut dans le ciel, il va
 probablement faire beau? Quand la pression de l'air baisse, les
 oiseaux volent plus bas pour ne pas avoir mal aux oreilles..."

   "Et si vous voyez plein d'oiseaux sur les lignes
 électriques, il va sans doute faire mauvais."

   "Écoutez le chant des oiseaux. S'ils se taisent, il y a de
 grandes chances pour qu'une tempête se prépare."

   Je dois avouer que j'avais observé que les hirondelles
 volaient bas avant la pluie, mais c'était tout. Mon compagnon
 continua.

   "Les chats se grattent derrière l'oreille avant la pluie."

   "On dit que si les oiseaux se nourrissent pendant la pluie,
 c'est parce qu'elle va durer longtemps."

   Il m'a parlé de la lune - un cercle autour d'elle prépare la
 pluie dans les 3 jours -, des nuages, de la couleur du ciel
 (rouge au soir, temps sec, rouge au matin, humidité à venir)...

   Celui qui prend le temps d'observer ce qui l'entoure.
 Celui qui observe le présent et le passé a de grandes chances
 de connaître l'avenir.

   Nous avons trop tendance à vivre dans notre tête.

   Bien amicalement,

   Zoheir

l' E f f i c a c i t e  10


Votre corps trahit vos pensées, que vous le vouliez ou non


 Identifier plus clairement les comportements corporels
 instinctifs des autres, mieux contrôler les vôtres,
 voici des armes précieuses pour un communicateur
 efficace. Chaque mimique et chaque geste transmet un
 message. Les observer et les décoder est un
 entraînement amusant, qui peut se faire n'importe où.

 Un exercice instructif : en regardant un débat à la
 télévision, coupez le son et n'observez que les gestes
 des débatteurs. En observant le langage des mains d'un
 orateur, utilisez la clé de lecture proposée par
 Desmond Morris (auteur du livre passionnant : La clé
 des gestes, Grasset).



    1. La main bourse ou pince pouce-index :
    Envie de s'exprimer avec délicatesse et exactitude.

    2. La prise du vide :
    Recherche de précision, plus que la précision
    elle-même, avec un élément d'interrogation et
    d'incertitude.

    3. La main enveloppe :
    Un orateur peu sûr de lui qui appuie un discours
    afin de convaincre son public de la vigueur de sa
    détermination.

    4. La prise de pouvoir :
    Orateur ambitieux qui tente de dominer son public.

    5. La main-tranchoir :
    Geste d'homme agressif qui désire couper court à
    une situation confuse et imposer une solution.

    6. Main-ciseau :
    Ce geste ajoute en plus une nuance de refus ou de
    rejet.




Votre attitude corporelle amplifie votre message



 Observez les personnes autour de vous et observez-vous,
 vous-même, dès que vous ne vous sentez plus en sécurité
 ou sur la défensive, dès que vous sentez le besoin de
 vous protéger : vous érigez des barrières naturelles
 entre vous et les autres.

 Vous adoptez une attitude corporelle de "fermeture".
 Vous croisez vos bras, vos jambes (ou les deux en même
 temps !). Ces attitudes sont des réponses spontanées
 de notre corps à l'agression.

 Ce sont des réactions archaïques.
 Elles étaient vitales chez nos ancêtres : en croisant
 les bras à la hauteur de la poitrine, ils protégeaient
 le coeur; en croisant les mains sur le bas ventre, ou
 en croisant les jambes, c'est la zone génitale qui
 était mise à l'abri. Même si, aujourd'hui, les dangers
 ne mettent plus toujours aussi directement nos organes
 vitaux en cause, les réactions de votre corps restent
 les mêmes. Si vous êtes attaqué verbalement, vos bras
 et jambes croisées indiquent clairement que vous êtes
 prêts à vous défendre.

 ** Observez les messages du corps : **

 Si, lorsque vous animez un groupe, vous observez que
 plusieurs personnes se mettent à croiser les bras,
 attention ! Là, il se passe quelque chose.
 Ne continuez pas comme si de rien n'était. Tenez compte
 de ce signal d'alarme. Surveillez votre propre
 attitude, adoptez vous-même une attitude "d'ouverture"
 (jambes, bras, mains décroisés) et arrangez-vous pour
 poser une question au groupe, par exemple :

 "Qu'en pensez-vous ?",
 "Est-ce que tout est bien clair ?"
 "Quelqu'un a-t-il une question ?"

 Laissez les gens s'exprimer, il y a de fortes chances
 qu'au bout d'un moment, les bras et les jambes se
 décroisent.

 Si, lorsque vous rejoignez un groupe de personnes et
 qu'à votre arrivée vous voyez des personnes croiser
 les bras, allez-y avec prudence. Vous n'avez peut-être
 pas que des amis dans le groupe. Peut-être se
 méfie-t-on de vous...

 ** Que faire s'il y a blocage ou fermeture ? **

 Dès que vous rencontrez ces signaux de blocage ou de
 fermeture, efforcez-vous de lever ces barrières avec
 patience et douceur. Posez des questions, activez les
 gens en les faisant parler. Faites les bouger
 physiquement : faites-les se lever, parler, s'asseoir,
 marcher un peu. Et surtout, mettez-les en confiance en
 adoptant vous-même une attitude ouverte, accueillante
 et souriante.
 Ne vous fiez pas non plus à tous les gestes de
 fermeture "atténués" : mains dans les poches, derrière
 le dos, tenir un objet tout contre soi, ou encore,


 Sachez lire et reconnaître ces signaux du corps, cela
 vous aidera à éviter des erreurs de communication.
 Apprenez aussi à contrôler vos propres attitudes, la
 communication avec les autres sera facilitée par votre
 attitude ouverte.

Si le langage du corps vous intéresse, ne manquez pas cet ouvrage :




Divisez par 2 vos factures de téléphone



 Saviez-vous qu'un cadre passe en moyenne 7 heures par
 semaine au téléphone ?

 Beaucoup de ces appels sont certainement nécessaires,
 utiles et rentables, d'autres le sont moins et
 représentent une grosse perte de temps donc d'argent.

 Gagnez du temps en :

   - Programmant vos appels téléphoniques comme un
     rendez-vous : demandez à votre secrétaire de
     contacter celle de votre interlocuteur et de
     fixer le jour et l'heure de votre appel.
     Précisez l'objet de l'appel pour qu'il puisse
     s'y préparer.

   - Soyez toujours précis.

   - Ne laissez jamais de message du style :
     "Dites-lui que j'ai téléphoné !" ou :
     "Demandez-lui de me rappeler !"

   - Indiquez l'heure à laquelle on peut vous
     joindre, ou dites exactement quel jour et à
     quelle heure vous allez rappeler, et si possible
     à quel sujet (pour qu'il ne s'inquiète pas
     inutilement).

   - Indiquez des dates-limites.
     Lorsque vous laissez un message, ajoutez :
     «s'il ne m'a pas téléphoné d'ici 24 heures,
     je considère :
       > que mon offre ne l'intéresse pas»
       > notre accord comme confirmé».




Gagnez du temps sur vos conversations téléphoniques



 Le téléphone sonne. Votre secrétaire répond.
 Assurez-vous que vous lui avez donné des consignes
 très précises.

 1. Indiquez-lui les périodes de travail pendant
 lesquelles vous ne voulez en aucun cas être dérangé,
 afin qu'elle puisse vous protéger avec diplomatie et
 fermeté.

 2. Donnez-lui une liste de correspondants auxquels
 vous êtes toujours prêts à répondre (patrons, clients
 importants, famille) et une autre de ceux auxquels
 vous ne répondez qu'à des périodes données ou encore
 dans des circonstances particulières.

 3. Ayez une "liste noire" : la liste des personnes
 pour lesquelles vous n'êtes jamais là. Donnez-lui
 éventuellement les éléments qui lui permettront
 d'expliquer les motifs de votre refus de répondre.

 4. Faites une liste des domaines où elle peut
 intervenir ou encore faire intervenir quelqu'un
 d'autre. Dans tous les cas, elle devra vous informer
 de ses démarches.

 5. Elle doit connaître votre agenda. Elle peut fixer
 des rendez-vous qu'elle se fera confirmer par la suite.

 6. Notez-lui les périodes précises de temps où vous
 pourrez recevoir vos appels : date et heure précises.




                 Dans le prochain numéro



     --> Comment réagir si quelqu'un vous impressionne,

     --> Maîtrisez l'art de la conversation,

     --> Tirez profit des critiques

Les 6 Points de Steve Jobs

Vous avez sans doute vu au mois de mai 2010 Apple dépasser en capitalisation boursière son concurrent Microsoft.

   Pas mal ! Surtout si on sait que l'action Microsoft a perdu 10 %
 en 8 ans...

   Il y a des tas de raisons à cela... mais aujourd'hui je
 voudrais vous parler des présentations de Steve Jobs.

   Elles sont importantes pour le succès d'Apple.

   Quels sont ses secrets?

   1. Son look. Il est relax, semble proche, avec son jeans
 sans ceinture, ses chaussures de tennis, son éternel tee shirt
 noir.

   2. Ses accroches. Il fait toujours attention d'avoir une
 phrase qui capte l'attention, genre "Un produit magique et
 révolutionnaire, à un prix incroyable", ou "L'ordinateur
 portable le plus fin du monde", et la martelle dans ses
 présentations.

   3. Des textes incroyablement courts, souvent 7 mots seulement, et beaucoup d'images.

   4. Un méchant. Steve Jobs nous propose toujours un méchant, IBM au début, Microsoft aujourd'hui.

 Il est plus facile de se mobiliser contre que pour...

   5. Des démonstrations. Steve Jobs montre ses produits en
 fonction, il nous permet de nous imaginer faisant la même chose.

   6. Un effet d'annonce. Par exemple, pour l'introduction de
 l'Iphone, voici ce qu'il a dit: «Aujourd'hui, nous présentons 3
 produits révolutionnaires. Le premier est un iPod à écran
 panoramique doté de commandes tactiles. Le second est un
 téléphone mobile révolutionnaire. Et le troisième est un dispositif
 de communication qui permet de surfer sur Internet n'importe
 où... un iPod, un téléphone, un communicateur Internet ... vous
 voyez où je veux en venir? Ce ne sont pas 3 appareils. C'est un
 seul appareil!"

   Évidemment tout le monde a applaudi.

   Ces présentations sont répétées, perfectionnées, chaque
 détail est pensé.

   La prochaine fois que vous devez faire une présentation,
 pensez aux 6 points de Steve Jobs...

l' E f f i c a c i t e  9

Comment écrire plus facilement?


 ** Comment surmonter la peur de la feuille blanche **

 Si vous avez du mal à vous mettre à écrire, vous
 souffrez peut-être du défaut qui est à l'origine de la
 plupart des blocages devant l'écriture : la
 précipitation ou aussi, prendre la plume en main avant
 d'être prêt.Avant d'écrire, il y a la phase de la réflexion.
 Vous devez avoir une idée claire de ce que vous voulez
 écrire. Autrement dit : "bien écrire = bien penser"
 (avant de se mettre à écrire).

 ** Commencez par réfléchir à ce que vous voulez écrire **

 La prochaine fois qu'écrire vous paraîtra difficile,
 essayez de commencer par une étape de «brainstorming».
 Prenez le temps de jeter sur le papier toutes vos
 idées sur le sujet, en vrac. Peu importe l'ordre ou la
 qualité de ce qui vous vient à l'esprit.

 ** Organisez-vous **

 Reprenez ces notes et classez-les par ordre
 d'importance de ce que vous voulez dire. Là, vous
 faites déjà un premier tri, vous éliminez tout ce qui
 ne vous sert pas directement.

 ** Classez vos idées **

 Pour vous éviter de tomber dans le piège de la
 rédaction, dessinez maintenant une série de
 rectangles. Rangez-y les idées restantes par chapitre,
 en les notant dans les rectangles. Donnez un titre à
 chaque rectangle.

 ** Construisez votre message **

 Réfléchissez de nouveau à votre message :
 - quel est votre objectif ?
 - que voulez-vous dire exactement?

 ** Écrivez votre plan **

 Classez maintenant vos rectangles dans l'ordre de ce
 que vous voulez dire. Votre plan naîtra presque sans
 douleur. Vos idées vont s'enchaîner d'elles-mêmes et
 il vous suffira de trouver des phrases et des mots de
 liaison.

------------------------------
--

Les 8 commandements du rédacteur

------------------------------
--

      1 . Pensez toujours au lecteur.

      Demandez-vous toujours de quelles informations
      il a besoin.

      2. Si vous ne comprenez pas, n'écrivez pas.

      N'écrivez jamais avant de bien comprendre et
      connaître votre sujet. S'il vous manque des
      informations, si vous n'êtes pas sûr de quelque
      chose, faites des recherches, munissez-vous
      d'une documentation la plus complète possible.

      3. Réfléchissez avant d'écrire.

      Préparez ce que vous voulez écrire avant de
      commencer, consacrez plus de temps à la
      préparation qu'à l'écriture.

      4. Quand vous écrivez, écrivez !

      Ne vous laissez pas distraire. Ne vous demandez
      pas : «Qu'y a-t-il à la télévision ce soir ?»
      ou «Et si j'allais faire un tour ?». Écrivez
      d'abord, votre distraction sera votre
      «récompense» après.

      5. Oubliez les détails.

      Ne vous concentrez pas sur l'orthographe ou sur
      le style, cela réduit la concentration.

      6. Revoyez la fiche après la rédaction.

      Quelle était la question ?
      Quel était mon objectif ?
      Le lecteur a-t-il la réponse désirée?

      7. Planifiez votre rédaction.

      Prenez du temps pour laisser reposer votre
      texte afin de le revoir avec un œil neuf
      quelques jours plus tard.

      8. Ne vous laissez pas prendre par la routine.

      Abordez chaque texte comme si c'était la
      première fois que vous l'écriviez.

          ------------------------------
-----

                 Dans le prochain numéro

          ------------------------------
------


     --> Votre corps trahit vos pensées, que vous le
         vouliez ou non.

     --> Votre attitude corporelle amplifie votre
         message.

     --> Divisez par 2 vos factures de téléphone,

     --> Gagnez du temps sur vos conversations
         téléphoniques.
 
 

L'argent Trouve par Terre

Nous étions en Allemagne,  J'avais 10 ans.

   Mes parents sortaient d'un restaurant et pour rejoindre la
 voiture. Il fallait emprunter un sentier boueux.

   D'autant plus boueux qu'il pleuvait à torrent.

   Mes parents me tenaient par la main et me tiraient pour que
 j'aille plus vite.

   Soudain, je vois à mes pieds des pièces de monnaie.

   Je veux m'arrêter, ils me tirent, je m'exclame:

   "Il y a de l'argent par terre !"

   "Arrête de raconter des âneries, Zo !"

   "Mais si c'est vrai, je le jure !"

   Là ils sont hésitants, reviennent sur leur pas, découvrent non seulement des pièces mais plein de billets par terre.

   C'est ainsi que j'ai vu, de mes yeux vu, mes parents patauger
 dans la boue, s'en mettre plein les mains... pour de l'argent.

   Je me suis retenu de rire... eux qui me reprochaient sans
 arrêt de regarder par terre quand je marchais, puis de ne pas
 vouloir avancer...

   J'ai vu ce jour là la fascination que peut exercer l'argent sur les adultes.

   Ne vous méprenez pas sur le sens de ce que je dis. Je ne
 méprise pas l'argent. Mais pour moi c'est un symbole, un moyen,
 une mesure, pas une fin en soi.

   Et l'argent, on s'en rend de plus en plus compte, peut devenir
 une "monnaie de singe".

   La seule vraie richesse est la richesse intérieure.

   On ne vous enlèvera pas ce que vous savez ni ce que vous
 ressentez.

   Bien amicalement,

     Zoheir

L'habitude d'un Patron

Aimez-vous le soleil?

   Préférez-vous le soleil au brouillard et à la pluie?

   En 1969, mon patron de l'époque, John Green, un australien, avait une bien curieuse habitude.

   Sa secrétaire avait pour misson, tous les matins, de lui dire:

   "Aujourd'hui il fait beau!"

   Je lui ai demandé la signification de cette déclaration.

   Voici sa réponse:

   "S'il fait beau, c'est bien de s'en réjouir. S'il fait mauvais,
 c'est bien de penser qu'au même moment, à un autre endroit de la
 terre il fait beau, et qu'au-dessus de la couche des nuages, il fait beau.

   On se laisse trop facilement altérer par le temps. C'est comme
 lorsqu'on se laisse impressionner par les mauvaises nouvelles de la
 radio. Il y A des mauvaises nouvelles, mais tellement plus de
 BONNES nouvelles!

   Notre esprit est comme un appareil photo. On peut le diriger vers un endroit ou vers un autre. Prendre un détail et l'agrandir ou prnedre la totalité du paysage. C'est notre choix.

   J'ai choisi de diriger mon esprit vers le soleil, même si je
 ne le vois pas à cause des nuages. Je sais qu'il est là."

   Pensez que le soleil, même si vous ne le voyez pas, est là.

   Pensez que la chance, même si vous ne voyez pas encore sa
 manifestation, est là.

   Pensez que l'amour de ceux qui comptent pour vous, même s'il
 n'apparaît pas, est là.

   Pensez que les opportunités, même si des nuages les cachent,
 sont là.

   Pensez que vos idées créatrices, que les solutions à vos problèmes, sont là.

   Choisissez de voir le soleil là où les autres ne voient qu'un
 temps maussade.

   Bien amicalement,

   Zoheir


   P.S. Selon une étude récente de l'institut de sondage ICM sur
 2.018 britanniques, un anglais prle en moyenne 49 minutes par an
 de la pluie et du beau temps, soit 6 mois de sa vie!

La depression

À la suite d'une déception sentimentale et d'un travail
 dans l'hôtellerie qui l'épuisait, André fit une dépression.

   Il pleurait jour et nuit. Il s'alimentait à peine. Ses parents
 craignaient pour sa vie.

   Finalement, on lui prescrivit du Prozac.

   Sous médicament, sa vie allait un peu mieux mais il avait
 l'impression de vivre la vie d'un autre. Il était "à côté de ses
 pompes" comme on dit.

   Pas vraiment heureux.

   Un jour, une de ses amies, Sandra, lui fit rencontrer un
 vieux sage indien qui était de passage à Paris.

   "Ne me dis rien mon garçon. Ton âme est malade. Mais je sais
 comment te guérir."

   André était abasourdi. Juste en le regardant, ce vieil homme
 avait posé un diagnostic? Et quelle solution allait-il proposer?

   "Voici ce que tu vas faire. Chaque jour, avant de dormir, tu
 vas revoir ta journée, ce que tu as fait de bien, ce que la vie
 t'a apporté, et tu vas exprimer ta GRATITUDE."

   Gratitude, gratitude... André connaissait à peine le mot. Il
 plongea dans un dictionnaire.

   "Sentiment de gré qu'on a à l'égard de celui qui a rendu
 service. "Mais pour vous expliquer toute ma gratitude".
 [Corneille, Héraclius, empereur d'Orient]

   SYNONYME GRATITUDE, RECONNAISSANCE.

La gratitude est le sentiment de gré qu'on éprouve pour un service
 rendu. La reconnaissance est l'action de reconnaître un
 service. La gratitude indique donc plutôt le sentiment
 personnel de celui qui est obligé ; et la reconnaissance, le
 sentiment qui pousse celui qui est obligé à témoigner ce qu'il
 ressent. Mais, dans l'usage, les nuances se confondent beaucoup ;
 seulement reconnaissance est d'un usage plus habituel que
 gratitude."

   Quel rapport avec une dépression? se demanda-t-il?

   Il s'efforça de commencer l'exercice. Les premiers jours,
 ce fut difficile, parce qu'il ne trouvait rien dans sa vie qui
 justifie de la gratitude. Et peu à peu progressivement, il
 découvrit de petites choses dont il commença à se réjouir.

   Un sourire échangé dans la rue, un met délicieux, une discussion
 enrichissante, une lecture, la spontanéité d'un enfant...

   En une semaine, il ne pouvait plus se contenter de l'exercice
 du soir et commençait à ressentir de la gratitude même pendant la
 journée. Au bout de 15 jours il abandonna le Prozac. Depuis, il
 est définitivement libéré de sa dépression -- mais continue à
 exprimer de la gratitude.

   "Merci". " شكرا"

   Et vous, Mon Ami(e),  exprimez-vous de la gratitude?
 Ou cherchez-vous dans votre vie l'inverse, ce qui ne va pas?

   La gratitude vous apporte le bonheur...

   ...le regret, la critique, le ressentiment vous apportent
 les soucis, le mécontentement de soi et de la vie...

   Bien amicalement,

     Zoheir

Le S o u c i

   Ma belle-mère a une activité de prédilection: se faire du souci.

   Si une de ses filles est en retard, elle a sans doute eu un accident.

   Si un avion tombe, elle pense tout de suite que quelqu'un de sa
 connaissance était dedans.

   Si elle tombe malade, c'est une maladie grave, etc.

   Elle se prénomme Henriqueta, et dès que ma femme entre en mode
 "Se faire du souci inutilement", je sais que je ne parle plus à
 Emilia, je parle à Henriqueta.


 Alors je lui dis "Henriqueta, arrête de te faire du souci inutilement. Attend d'être dans la situation pour voir s'il y a un problème et le résoudre!"

   Vous avez peut-être vous aussi l'habitude de vous faire du souci?

   Une personne sur 7 passe plus de la moitié de son temps, chaque
 jour, à se faire du souci!!!

   C'est une sorte de dépendance.

   On a BESOIN de broyer du noir.

   Que faire?

   La première chose, c'est de vous procurer "Gagnez !" et de
 pratiquer l'exercice qui casse le lien entre évocation d'un
 problème et réaction émotionnelle. Au moins cela ne
 vous donnera pas de problèmes de santé et d'obsessions.

   Ensuite, il y a des astuces.

   Winstan Churchill écrivait ses soucis pour ne pas avoir à y
 penser de peur de les oublier.

   Les psychologues de l'université de Pennsylvanie on mis au point une  thérapie très efficace: ils ont pris des personnes atteintes de ce mal et
 leur on assigné chaque jour une demi-heure pour se faire du souci.

   Un souci vous préoccupe? Vous le notez pour vos 30 minutes
 quotidienne de soucis.

   Vous pouvez même organiser des séances familiales de soucis.
 Chacun peut aider l'autre à trouver une solution.

   En fait cette stratégie repose sur le processus de base de la
 résolution des soucis: les remettre à plus tard.

   Procrastiner vos soucis.

   Vous allez me dire: "Mais procrastiner les soucis n'est pas
 responsable!"

   Ne confondez pas les soucis avec les problèmes. Un problème
 est un truc à résoudre. On agit, et il n'y a plus de problème. Un
 souci est par définition un problème qui n'en est pas un, une
 anxiété sans solution possible.

   Henriqueta imagine des scénarios qui lui permettent d'avoir des soucis: sa petite fille risque de perdre son travail, le réparateur ne va pas arriver à temps, il va faire mauvais et on va attraper froid, la terre va se réchauffer et le Portugal devenir un désert, etc.

   Tout cela est à noter pour la séance de soucis.

   Allez, organisez votre séance de soucis quotidienne, et soyez
 heureux le reste du temps. Selon une étude très sérieuse, 99 % de
 nos soucis ne se réalisent... jamais!

   Bien amicalement,

     Zoheir

La bete dangereuse

Terry adore se promener au bord d'un grand lac où il passe ses
 vacances, avec son chien.

   En face de lui, il y a une île boisée qui le nargue, et il décide donc de construire un radeau pour aller sur cette île.

   La chose n'est pas facile. Il faut trouver des rondins, les
 lier avec des câbles entre eux, trouver des rames, et il y passe
 une bonne partie de son après-midi.

   Quand enfin c'est fini, il doit laisser son chien, Yaka, sur le
 rivage car il risquerait de se casser une patte entre les rondins.

   Le radeau est à l'eau, il flotte, et Terry le dirige tant bien que mal vers l'île.

   Quand il accoste, les arbres lui semblent moins sympathiques.
 Il sent comme une présence. Oui, c'est bien cela, il y a un animal
 sur cette île.

   Il l'entend au loin dans le bois.

   Ami ou ennemi? C'est sans doute une animal sauvage qui va
 l'attaquer, il entend une course qui se rapproche, et le bruit des
 arbustes qui s'écartent pour laisser place à la bête!

   Il s'apprête à courir vers son radeau pour prendre la fuite,
 lorsqu'il se rend compte que l'animal qui apparaît n'est autre
 que...

   Yaka!

   Il a cru accoster sur une île, mais c'est en fait une presqu'île
 dont il ne pouvait pas voir d'où il était l'attache à la terre.
 Yaka a tout simplement contourné le lac pour rejoindre son
 maître...

   Combien de fois ainsi nous lançons-nous dans des actions
 compliquées alors que la solution est mille fois plus simple?

   Pensez à Terry et à sa presqu'île.

   Contournez l'obstacle.

   Bien amicalement,

     Zoheir

L' e f f i c a c i t e  8


Les 3 précautions à prendre avant un déjeuner d'affaires
 
 1. Choisissez soigneusement le restaurant.

 Ayez une bonne liste de numéros de téléphone de
 restaurants, que vous connaissez bien et où l'on vous
 connaît, dans votre carnet, ou PDA.
 Vérifiez également les points suivants pour chaque
 restaurant sélectionné :

 - Peut-on se garer ?
 - Comment y est l'acoustique ?
 - Les tables sont-elles suffisamment écartées les unes
   des autres ?
 - Les tables sont-elles assez grandes ? (pour étaler
   vos papiers, prendre des notes...)

 Certains restaurants ont des salons particuliers que
 vous pouvez réserver si vous avez vraiment besoin
 d'être au calme.

 2. Choisissez des mets qui se mangent facilement.

 - Évitez le homard, les poissons pleins d'arêtes, la
   salade de pissenlit,...
 - Évitez de choisir des plats trop lourds - réfléchir,
   écouter, décider devient plus difficile le ventre
   plein.
 - Évitez de boire de l'alcool. Mais si votre invité a
   une passion pour le Bordeaux, ne lui faites pas
   l'affront de ne boire que de l'eau. Faites-vous servir
   un verre au début du repas et buvez-le lentement.
 - Demandez toujours de l'eau. Mettez plutôt votre verre
   à eau à portée de main plutôt que votre verre à vin.

 3. Décidez de l'ensemble du menu au début du repas.

 Faites en sorte que vous soyez le moins possible
 interrompus par le service. Si les circonstances le
 permettent, fixez le menu à l'avance.
 La tension, lors d'une discussion d'affaires, est
 souvent forte. Autant "la chaleur communicative" d'un
 repas pris en commun peut être bénéfique, autant l'on
 peut parfois se demander s'il ne vaut pas mieux
 discuter avant et déjeuner de façon décontractée et
 amicale après ! La digestion de tout le monde se fera
 mieux et le repas peut réellement vous faire mieux
 connaître votre partenaire.


------------------------------
------------------------

11 règles à respecter pour réussir un repas d'affaires


------------------------------
------------------------

 1. Il vaut souvent mieux "régler les affaires" avant
 le repas.

 Mais si vous ne pouvez pas faire autrement, fixez-vous
 un objectif clair : je veux en savoir plus, créer un
 lien de sympathie plus étroit, conclure l'affaire,
 fortifier les relations.

 2. Préparez-vous à un repas d'affaires comme vous vous
 préparez pour une réunion.

 Ce n'est pas parce qu'un repas est une réunion plus
 informelle que vous ne devez pas préparer (dans votre
 tête, du moins) un ordre du jour.

 3. Notez les points importants évoqués pendant le
 repas.

 Il ne s'agit pas de sortir votre bloc de direction dès
 que vous êtes installés à table. Mais, prendre
 quelques notes pendant le repas est moins mal élevé
 que d'oublier la suite à donner ou les points d'accord.

 4. Soyez discret.

 À la table à côté de la vôtre se trouve peut-être un
 concurrent ! Il y a toujours des oreilles et des
 bouches indiscrètes pour rapporter ce qu'ils ont
 entendu ! Souvent, ils entendent de travers et c'est
 ainsi que naissent les rumeurs qui peuvent faire mal.

 5. N'allez pas à un repas d'affaires si vous n'êtes
 pas d'accord avec votre hôte.

 Si vous risquez de vous "engueuler", mieux vaut faire
 cela à l'abri du regard des autres. Le risque de
 perdre le contrôle de vous-même est grand et se donner
 en spectacle à ce moment-là n'a jamais été une bonne
 publicité.

 6. Attention à l'alcool

 Si un petit verre détend l'atmosphère, il délie aussi
 les langues. Vous risquez de trop parler. Si votre
 partenaire supporte mieux l'alcool que vous,
 laissez-le boire. Boire n'est pas un sport, vous ne
 devez pas forcément être le premier ! De toute façon,
 c'est vous qui serez à la mode ! Les repas d'affaires
 modernes sont de moins en moins arrosés !

 7. Méfiez-vous aussi de la cigarette !

 Bien que la cigarette soit maintenant exclue de la
 plupart des repas, vous pouvez avoir envie d'en
 "griller" une. Si votre partenaire ne fume pas, ne
 fumez pas, même s'il vous dit que votre fumée ne le
 dérange pas. Peut-être vient-il juste d'arrêter de fumer
 et vous le mettez au supplice ! De toute façon,
 un non fumeur n'aime jamais beaucoup les fumeurs !

 8. N'oubliez pas les règles de la bonne communication.

 Regardez bien la personne qui vous parle, quand vous
 écoutez, comme quand vous parlez. Votre voix doit être
 ajustée à l'environnement. Ne parlez ni trop fort ni
 trop bas, articulez bien et parlez à un bon rythme.
 Veillez à avoir une attitude physique ouverte, un
 sourire engageant.

 9. Ne paraissez jamais pressé.

 Lorsque vous acceptez ou invitez quelqu'un pour un
 repas d'affaires, vous savez que cela va durer au
 minimum 1 heure. Alors, ne vous précipitez pas.

 l0. Acceptez les interruptions calmement.

 Pendant un repas, vous serez interrompu par le
 service, les commandes, etc. Votre partenaire vous
 posera certainement des questions pendant ces
 moments-là. Soyez réceptif. Soyez aussi diplomate, si
 vous voulez ramener la conversation sur le droit
 chemin.

 11. Trouvez une action de suivi.

 Convenez d'une action qui vous permettra de continuer
 à dialoguer : une documentation, une confirmation,
 convenir d'une date, d'une prochaine rencontre, d'un
 appel téléphonique.



          -----------------------------------

                 Dans le prochain numéro

          ------------------------------------


     --> Comment écrire plus facilement?

     --> Les 8 commandements du rédacteur.

L' e f f i c a c i t e   7

 

5 types de pouvoirs : lequel voulez-vous développer?


 1. Le pouvoir de l'autorité naturelle.

 C'est l'expression libre d'une personnalité forte qui
 donne généralement ce pouvoir. Le "charisme" de
 certains leaders procède de ce pouvoir.

 2. Le pouvoir de position.

 Pouvoir légitime - donné par la "loi", il résulte de
 la position hiérarchique. Cependant, nombre d'employés
 rebelles ne se soumettent pas - ou mal - à ce pouvoir,
 s'il est mal exercé.

 3. Le pouvoir de la connaissance.

 La connaissance spécialisée donne du pouvoir. Lorsque
 vous rencontrez une difficulté et que vous ne savez
 pas comment vous en sortir, vers qui vous tournez-vous ?
 Vers celui qui sait. Ce dernier peut très bien
 n'avoir aucune autorité naturelle.
 Le contrôle de l'information et sa rétention donnent
 aussi ce pouvoir.

 4. Le pouvoir de récompense.

 La récompense peut être un compliment, une
 augmentation, une prime, un congé  ou plus de pouvoir!
 Si vous êtes en position de fournir quelque chose à
 une personne qui le désire, vous avez ce pouvoir.

 5. Le pouvoir de punir.

 Utilisé pour obtenir des choses des gens par la force.
 Il est souvent lié au pouvoir de position. C'est le
 pouvoir le plus dangereux, car il suscite des
 réactions fortes, il est à utiliser avec parcimonie.


----------------


7 moyens pour avoir plus de pouvoir


----------------


 1. Soyez crédible.
 Tenez parole. Faites que l'on puisse compter sur vous.
 C'est une des façons de développer votre pouvoir
 naturel.

 2. Établissez le plus de rapports possibles avec les
 autres.
 Plus vous rendez les gens dépendants de vous, plus ils
 se sentent vos obligés, plus vous avez de pouvoir.

 3. Travaillez dur et donnez toujours bonne impression
 Cela permet d'obtenir du pouvoir de position.

 4. Contrôlez le plus d'informations possibles
 ... Si possible des informations que les autres n'ont
 pas.

 5. Contrôlez le plus de choses possibles.
 Argent, espace, fournitures, personnel, etc. Cela vous
 donne le pouvoir de récompenser.

 6. Évitez le pouvoir de punir.
 C'est celui, qui, à terme, risque le plus de vous
 enlever tout pouvoir. Il est associé, dans l'esprit de
 beaucoup de gens, au pouvoir discrétionnaire et
 coercitif.

 7. Trouvez toutes les sources de pouvoir dans votre
 société.
 Elles ne sont pas toujours où elles devraient être.
 Les localiser et les utiliser à bon escient vous donne
 aussi plus de pouvoir.

------------------


Les formules qui vendent


------------------


 22 heures dans un grand restaurant bordelais, un soir
 d'été. 4 groupes attendent, debout au bar, qu'une table
 se libère pour dîner.

 Le maître d'hôtel demande à la première personne qu'il
 aborde :
 "Vous ne voulez pas d'apéritif?..." "Non merci",
 répond en coeur le premier groupe.

 Le maître d'hôtel change de langage avec le second
 groupe :
 "Voulez-vous prendre un apéritif ?" Une personne
 répond : "Oui".

 Encouragé, il se présente au troisième groupe :
 "Que voulez-vous comme apéritif ?" Réponse : 2
 personnes choisissent du Champagne.

 Enfin, face au quatrième groupe, il essaye une autre
 formule :
 "Comme apéritif, vous prendrez un cocktail maison ou
 vous préférez autre chose ?"
 Réaction : les 3 personnes du groupe, ravies, choisissent
 le cocktail.

 *Moralité* : Le maître d'hôtel d'un grand restaurant
 bordelais a découvert, un soir d'été, le langage de la
 vente.

 *Conclusion* : Certaines formules repoussent le client
 et l'incitent à refuser. D'autres formules, au
 contraire, l'incitent à accepter.

 Extrait de "Les mots qui font vendre plus" D. Gilbert,
 Christophe Compan/EGICO.




          -----------------------------------

                 Dans le prochain Coseil

          ------------------------------------


     - Les 3 précautions à prendre avant un
         déjeuner d'affaires,

     - 11 règles à respecter pour réussir un repas
         d'affaires.

L ' e f f i c a c i t e   6

Êtes-vous timide?


 Manquer d'assurance, de confiance en soi, être "timide", est un handicap considérable pour réussir sa vie.

 ** Les points caractéristiques des timides sont :**

 Le point le plus important est l'analyse excessive de ses propres réactions, la préoccupation de soi. Cette autocritique permanente provoque l'inhibition, le freinage des facultés mentales et créatrices, surtout en groupe.

 Cela vous empêche de communiquer efficacement, donc cela fausse l'impression qu'ont les autres de vous.

Cela vous empêche de défendre vos droits et d'exprimer votre opinion et votre personnalité.

 Toutes ces difficultés vous empêchent d'apprécier des moments qui auraient dû être des moments agréables, et il en résulte la peur de rencontrer de nouvelles personnes, de se faire des amis.

 Une enquête, menée par le Standford Research Institute (EU) auprès de 5.000 personnes, a    montré que 80 % des gens ont été ou sont timides, et que 40 % de la population se considère comme actuellement timide.

Vous le voyez, vous n'êtes pas seul.

 ** Le mythe de la personnalité immuable **

 Pour ne plus être timide, le premier pas consiste à vaincre le "mythe de la personnalité immuable". Ce mythe, profondément ancré dans notre culture, veut que nous ayons une personnalité immuable, soi-disant "naturelle", acquise dès notre naissance, ou dans la petite enfance, et qui constitue notre essence même.

 Les dictons regorgent de phrases telles que "Chassez le naturel, il revient au galop". Or, les travaux de la psychologie moderne nous montrent que tout cela est un mythe. Les cas célèbres de multiples personnalités nous démontrent, si c'est nécessaire,  qu'en chacun de nous le potentiel de changement existe.

 Le mot "personnalité" vient de "persona", masque. La personnalité n'est qu'un masque, un rôle, et nous pouvons en changer à volonté. Nous avons bien une nature profonde, un potentiel, un acquis génétique, mais celui-ci est beaucoup plus vaste que la personnalité que nous exprimons. Les mêmes mécanismes d'influence parentale, de suggestion, d'autosuggestion, d'habitudes qui ont créé notre personnalité, peuvent être utilisés pour la modifier.

 Le plus important est d'admettre cette possibilité de changement. Sans changement, il n'est pas de progrès possible.

 ** Agissez! **

 La deuxième étape que vous devez franchir pour atteindre l'assurance et la confiance en soi, est d'agir. Lire ce conseil est bien, mais si vous ne faites que cela, cela ne servira pas à grand chose. Prenez l'engagement vis-à-vis de vous-même d'agir, sinon votre effort ne servira à rien.

 ** Changez votre Image de vous **

 Avoir confiance en quelqu'un, c'est le connaître, l'apprécier, voir ses qualités, ses côtés positifs, se fier à lui. Mais pourriez-vous avoir confiance en quelqu'un que vous critiquez tout le temps, dont vous ne voyez que les aspects négatifs, les défauts ?

 Certes pas.

 Cette personne c'est vous. Par votre dialogue intérieur, vous remplacez les injonctions de vos
 parents : "Ne fais pas ci, ne fais pas ça" - "Tu aurais dû..." - "Que vont-ils penser de toi ?". Vous avez un gendarme et un critique dans votre tête. Le rôle de gendarme est la répression, le rôle de la personnalité est juste le contraire : l'expression. La répression empêche vos possibilités latentes de s'exprimer.


Apprenez à dire NON


 Dire NON, cela n'est pas toujours facile, mais cela s'apprend. Si vous voulez bien gérer votre temps, établir un véritable climat de communication entre vous et les autres, vous devez vous y entraîner.

 Les psychologues nous disent que ne pas savoir ou oser dire "non" est lié à une peur profondément ancrée en nous depuis notre enfance : "Si je dis non, on va moins m'aimer !".

 La conséquence directe de refuser quelque chose à quelqu'un serait de perdre son affection, son amitié. Donc, pour "faire plaisir", je dis "oui". Et c'est là où tout se gâte:  le résultat de mon acceptation malgré moi sera du ressentiment.  Le climat de communication sera troublé.

 ** Voici 5 conseils pour apprendre à dire NON : **

    1. Écoutez attentivement la requête de l'autre, et prenez votre temps avant de donner votre
    réponse.

    Si quelqu'un, par exemple, vous téléphone pour vous demander de l'accompagner à un rendez-vous, et que vous n'êtes pas certain d'avoir envie d'y aller, répondez simplement:
''Il faut que je réfléchisse, je te rappelle dans quelques minutes". 

    Ne décidez qu'après avoir réfléchi.

    2. Dites la vérité.

    Ne vous empêtrez pas dans des excuses vaseuses, inventées à la seconde et oubliées aussitôt. Un mensonge peut avoir des conséquences bien pires sur les relations qu'un NON franc.

    3. Dites "non" avec tact et ne blessez jamais.

    Refuser, dire "non", n'est pas synonyme d'assommer, de faire mal. Si quelqu'un vous invite à assister à une réunion qu'il organise et que vous n'avez pas envie d'y aller, dites :


    Merci d'avoir pensé à moi, mais je n'ai vraiment pas le temps!".
    Plutôt que : "Tes réunions me font toujours perdre du temps.
    Je n'y vais pas!".

    4. Ne vous laissez pas embarquer dans une
    argumentation.

    Si quelqu'un est surpris par votre refus et essaie de vous faire changer d'avis, évitez de vous lancer dans une explication compliquée du pourquoi de votre refus.


    Regardez la personne gentiment, souriez et redites-lui : "NON".
Sinon, vous risquez de partir dans une discussion interminable qui risque de mal tourner.

    5. Ne vous excusez pas.

    Rien ni personne ne vous oblige à vous excuser parce que vous avez dit "non". Dire "non" est votre droit le plus absolu. Tout ce que faites en vous excusant, c'est de vous placer en situation   d'infériorité.

------------------------------


Extrait de "Comment vous Débarrasser du Stress et de l'Anxiété"

 "Dites juste NON !

 Voulez-vous savoir comment ?
 C'est plus facile que vous ne le croyez !

 - Premièrement, entraînez-vous à dire NON.

 C'est un mot très important ! Dites-le aussi souvent que possible, juste pour l'entendre sortir de votre bouche. Dites-le à haute voix lorsque vous êtes seul.

 - Exercez-vous avec des phrases contenant le mot NON comme : "Non, je ne peux pas faire ça" ou "Non, je ne veux pas y aller".

 - Arrêtez de dire OUI tout le temps.

 Essayez de faire une pause ou de prendre votre respiration avant de répondre à la demande de quelqu'un. Vous pouvez par exemple répondre aux demandes par : "J'ai besoin d'y réfléchir d'abord et je te rappellerai" ou "Laisse-moi vérifier mon emploi du temps et je te rappelle".

 - Utilisez toute phrase avec laquelle vous vous sentez confortable et qui vous laisse du temps avant que vous ne répondiez  automatiquement par OUI.

 - Vérifiez comment vous vous sentez et ce que vous pensez.
 (...)

 La plupart de ces personnes, qui veulent toujours plaire, pensent que plus personne ne les aimera s'ils arrêtent de rendre service à tout le monde.

 Les gens vous aiment pour ce que vous êtes et non pas juste
 pour ce que vous faites.

 Vous méritez de prendre du temps pour vous-même, de dire NON et de prendre soin de vous sans vous sentir coupable.

 Vous êtes capable de changer - petit à petit !"
 
Amicalement Votre
 
Zoheir
 
                                     Edition www.Gratuitement.webs.com

Maitre  OU Esclave

 

J'ai fait la connaissance de cet homme sur un stand d'expo de
produits naturels.

   Il était élégant, sympathique et semblait savoir tout de mon
métier mieux que moi.

   Il y a des gens qui prétendent savoir, et d'autres dont on sent
tout de suite qu'ils SAVENT.

   Ils imposent le respect.

   C'était d'autant plus surprenant que dans le domaine des produits naturels, personne, à cette époque, ne s'y connaissait vraiment bien en vente par corrrespondance.

   Comment cet homme, qui devait avoir 35 ans maximum, pouvait en savoir autant?

   Il m'avoua au bout que quelques minutes qu'il était le directeur
du Marketing Direct de Philips, et qu'il avait racheté avec son
frère une entreprise centenaire dans le domaine des produits de
santé.

   Nous avons sympathisé, sans doute parce que nous avions des
goûts communs, et parce que chacun de nous avait son domaine
d'expertise.

   Mais il avait d'autres savoirs.

   Un jour, nous parlions d'argent, de dettes, et de liberté.

   Il faut savoir qu'à l'époque j'étais passablement endetté.

   1. Je devais de l'argent sur ma maison, j'avais un emprunt de 25
       ans sur le dos.

   2. J'utilisais des cartes de crédit pour décaler mes paiements.

   3. J'étais en découvert à la banque.

   4. Je laissais traîner des factures.

   Il a prononcé une phrase que je n'ai plus jamais oubliée depuis et que j'ai fait mienne.

   Une phrase qui a changé ma vie.

   Pourtant, je ne suis pas sûr de la véracité de cette phrase, mais
je m'en fiche. Je l'ai adoptée. Elle a largement contribué à mon
indépendance financière.

   Alors quelle est cette phrase si importante pour moi?

   Il faut que vous sachiez que je suis épris de liberté.

   Alors voici cette phrase. Elle peut aussi changer votre vie, qui
 sait?

 "La liberté, c'est la différence entre ce qu'on

gagne et ce qu'on dépense".

   Avant d'avoir entendu cette phrase, il était NORMAL pour moi
de dépenser plus que ce que je gagnais. Après l'avoir entendue,
à chaque fois que j'étais tenté de dépenser plus que ce que je
gagnais, je pensais au mot:
   ESCLAVE

   Car l'argent peut être votre esclave ou votre maître.

   Si vous dépensez plus que vous ne gagnez, l'argent sera votre
maître.

   Si vous gagnez plus que vous ne dépensez, l'argent sera votre
esclave.

   Bien sûr, il y a des gens pour qui l'accumulation de biens
devient aussi un esclavage...


 mais croyez-moi: j'ai connu la pauvreté et la richesse, la
richesse vous donne un sentiment de liberté incomparable.

   Vous pouvez décider de partir n'importe où dans le monde
sans bagage à tout moment.

Alors que la pauvreté réduit le champ de vos possibles.

"La liberté, c'est la différence entre ce que

vous gagnez et ce que vous dépensez".

   La société essaye par tous les moyens de vous rendre esclave.

   La laisserez-vous faire?

   Bien amicalement,

    Zoheir

 

                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 

Le Cordon Violet

      Un prof avait l'habitude, en fin d'études, de donner un cordon violet sur lequel on pouvait lire "Qui je suis fait toute la différence" imprimé en lettres dorées.

      Il disait à chaque étudiant à cette occasion pourquoi il
l'appréciait et pourquoi le cours était différent grâce à lui.

      Un jour, il a l'idée d'étudier l'effet de ce processus sur la
communauté, et envoie ses étudiants remettre des cordons à ceux qu'ils connaissent et qui "font la différence".

      Il leur donne 3 cordons en leur demandant ceci :

    "Remettez un cordon violet à la personne de votre choix en lui disant pourquoi elle fait la différence pour vous, et donnez-lui deux autres cordons pour qu'elle en remette un elle-même et ainsi de suite. Faites-moi ensuite un compte-rendu des résultats."

      L'un des étudiant s'en va, et va le remettre à son patron
(car il travaillait à mi-temps) un gars assez grincheux, mais
qu'il appréciait.

      "Je vous admire beaucoup pour tout ce que vous faites,
pour moi vous êtes un véritable génie créatif et un homme juste. Accepteriez-vous que j'accroche ce cordon violet à votre veste   en témoignage de ma reconnaissance ?"

        Le patron est surpris, mais répond "Eh bien, euh, oui, bien sûr..."

      Le garçon continue "Et accepteriez-vous de prendre ces 2 autres cordons violets pour les remettre à quelqu'un qui fait toute la différence pour vous, comme je viens de le faire ? C'est pour une

   enquête que nous menons à l'université."

      "D'accord"

      Et voilà notre homme qui rentre chez lui le soir, son cordon la veste. Il dit bonsoir à son fils de 14 ans, et lui raconte : "Il m'est arrivé un truc étonnant aujourd'hui. Un de mes employés m'a donné un cordon violet sur lequel il est écrit, tu peux le voir,  "Qui je suis fait toute la différence". Il m'en a donné un autre à remettre à quelqu'un qui compte beaucoup pour moi.

      La journée a été dure, mais en revenant je me suis dit qu'il y   a une personne, un seule, à qui j'aie envie de le remettre.

      Tu vois, je t'engueule souvent parce que tu ne travailles pas  assez, que tu ne pense qu'à sortir avec tes copains et que ta chambre est un parfait foutoir... mais ce soir je voulais te dire que tu es très important pour moi. Tu fais, avec ta mère, toute la différence dans ma vie et j'aimerais que tu acceptes ce cordon  violet en témoignage de mon amour. Je ne te le dis pas assez, mais tu es un garçon formidable !"

      Il avait à peine fini que son fils se met à pleurer, pleurer,
son corps tout entier secoué de sanglots.

      Son père le prend dans ses bras et lui dit "Ca va, ça va...
est-ce que j'ai dit quelque chose qui t'a blessé ?"

      "Non papa... mais.. snif... j'avais décidé de me suicider
demain. J'avais tout planifié parce que j'étais certain que tu
ne m'aimais pas malgré tous mes efforts pour te plaire.
Maintenant tout est changé..."

-------------------------------------------------

   "Un enfant qu'on approuve apprend à s'accepter."
                                            Dorothy Nolte

   "Un mot prononcé avec bienveillance engendre la confiance.

Une pensée exprimée avec bienveillance engendre la profondeur.
 
   Un bienfait accordé avec bienveillance engendre l'amour."
                                                   Lao Tseu
 
-----------------------------------------------

   Passez cette histoire à vos amis, à votre père, à vos enfants, racontez-la et abonnez ceux à qui vous voulez du bien au Club.

La Chance

Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval. Le cheval était si beau que les seigneurs du   château voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours.

      "Pour moi ce cheval n'est pas un animal, c'est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ?" demandait-il.

    Un matin, il se rend à l'étable et le cheval n'est plus là.

      Tous les villageois lui disent : "On te l'avait bien dit ! Tu
aurais mieux de le vendre. Maintenant, on te l'a volé... quel
malchance !"

  Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire?"

    Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec tout une horde de chevaux sauvages. Il s'était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.

      "Quelle chance !" disent les villageois.

    Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l'entraînement.

     "Quelle malchance !" disent ses amis. "Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t'aider !"

    Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire?"

    Quelques temps plus tard, l'armée du seigneur du pays arrive  dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles.

    Tous... sauf le fils du vieil homme, qui a sa jambe cassée.

   "Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer..."

   Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"


    Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu'il nous réserve. Mais une acceptation positive permanente nous ouvre les portes de la chance, de la créativité, et nous rend
plus heureux.


  "Souvenez-vous que le bonheur dépend non pas de ce que vous êtes ou de ce que vous possédez, mais uniquement de votre façon de penser."   Dale Carnegie

 "Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté.
Le mécontentement apporte la pauvreté même dans la richesse."                    Confucius
 
 

L' e f f i c a c i t e  5

 

Comment améliorer votre voix ?

 Connaître sa voix n'est pas une chose facile. Pour des raisons physiologiques, nous nous entendons différemment des autres.

 Mais la principale raison pour laquelle nous n'avons que peu conscience de notre voix, c'est que nous ne prenons que rarement le temps de l'écouter vraiment.

 Lorsque nous entendons, par hasard, un enregistrement de notre voix, nous avons souvent du mal à nous reconnaître.

 Pour une communication efficace, se familiariser avec sa voix est très important.

 Même si l'approche psychologique d'un auditoire où le fond de la communication est une élément plus essentiel qu'une "jolie" voix, elle reste tout de même un des canaux par lequel passe le message.
 
  Ce n'est pas une fois que l'orateur est devant le groupe, prêt à commencer sa communication, qu'il doit penser à sa voix. C'est trop tard ! À ce moment là, sa principale préoccupation doit être de projeter son énergie au maximum et d'établir un contact avec ses
auditeurs. La voix se travaille avant.

 Si vous voulez prendre davantage conscience de votre voix, essayez la technique suivante :

     - Ayez toujours un enregistreur mp3 à portée
       de la main. Dès que vous parlez, appuyez sur
       le bouton et enregistrez-vous : au téléphone,
       lors d'une discussion, lors d'une
       communication. Vous vous y habituerez très
       vite et retrouverez le naturel devant ce
       nouveau compagnon.

     - Trouvez un moment calme et écoutez-vous. Ne
       vous préoccupez pas de savoir si vous avez une
       jolie voix, mais soyez attentif:

       [] aux parasites (les euh - je veux dire -
          humm - etc.)
       [] à l'articulation
       [] au rythme (trop vite ? trop lent ?)
       [] au volume (assez fort ? trop bas ?)
       [] à bien garder le tonus jusqu'au bout de la
          phrase.


 Posez-vous la question de l'impression générale que
 vous fait votre voix !

 Est-elle le reflet de l'image que vous souhaitez
 donner aux personnes qui vous écoutent ?

 Si vous lui trouvez des défauts, prenez-les un par un
 et travaillez-les. Éventuellement, posez un petit
 panneau "aide-mémoire" sur votre bureau :

       *Ralentir*      *Articuler*

       *Respirer*      *Pause*

 En quelques jours, vous les aurez éliminés.



Comment éviter de fatiguer votre voix ?




 Votre voix se fatigue-t-elle, lorsque vous parlez longtemps ? Vous arrive-t-il d'avoir des maux de gorge ou une extinction de voix ? Si c'est le cas, votre voix est peut-être placée trop haut ou trop bas.
Autrement dit, vous forcez vos cordes vocales à faire une gymnastique qui ne leur est pas naturelle et qui peut entraîner, à la longue, des lésions. Essayez l'exercice suivant que pratiquent les
chanteurs pour se détendre et, en même temps,
renforcer leur voix :


     - Tenez-vous debout, la colonne vertébrale bien
       droite (sans cambrer le dos !). Les bras le
       long du corps, paumes des mains vers
       l'intérieur. Tout en inspirant lentement par
       le nez, laissez monter vos bras jusqu'à ce que
       vos mains se touchent, bras tendus, au-dessus
       de votre tête. Sentez l'étirement du haut de
       votre corps.

     - Tout en maintenant l'étirement de la région de
       vos côtes, du dos, de l'ensemble de votre cage
       thoracique, laissez maintenant redescendre vos
       bras. Expirez en même temps tout en émettant
       un son (par exemple, ohhh ou ahhh). Prenez
       conscience des vibrations qui se produisent
       dans le haut de votre corps, dans votre visage.

     - Recommencez cet exercice plusieurs fois tout
       en variant l'intensité du son que vous
       émettez, en expirant. Restez très attentif aux
       vibrations. Sentez quelle note produit la
       vibration la plus agréable. En principe, c'est
       là que votre voix se fatigue le moins.


 Essayez aussi la variante suivante:


     - Cessez de lever les bras à l'inspiration et de
       les baisser à l'expiration, tout en gardant en
       vous la sensation de l'étirement de la cage
       thoracique.

     - Lorsque vous parlez, essayez de recréer cette
       même vibration. Votre voix sonnera "juste" (ni
       trop haute, ni trop basse) et, vous pourrez
       parler pendant des heures, sans fatiguer vos
       cordes vocales.



Organisez des réunions de 10 minutes




 Les réunions trop longues ne sont souvent pas très productives. Trop de sujets abordés, lors d'une même réunion, n'intéressent pas tous les participants en même temps.

 La solution : coupez votre grande réunion en 3 petites d'une durée maximum de 10 à 20 minutes chacune ! La réunion courte, concentrée, au cours de laquelle l'on ne traite qu'un sujet à la fois, semble apporter plus d'idées, être plus riche et efficace. N'y
participent que les personnes vraiment concernées par le sujet.
 
Amicalement .
 
Zoheir
                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 

l'Emotions

J'avais 24 ans. J'habitais Paris.

   C'était l'automne, et j'étais malheureux.

   Rien ne fonctionnait dans ma vie, comme si le sort s'acharnait sur moi.

   Un de mes amis me parle d'Étienne Jalenques, un thérapeute du "Cri Primal". Il m'invite à suivre une séance.

   Sceptique, je me rends dans une salle du 16e arrondissement, pleine de gens bon chic bon genre.

   Après quelques minutes de discussions, la première personne se met à hurler:

   "Pourquoi m'as tu abandonné?" avec force pleurs et colère.

   Wouaaah! Je n'avais jamais vu cela de ma vie. Je me demande si j'avais jamais entendu mes parent crier - sauf contre moi -.

   Quelle drôle d'idée de se mettre dans des états pareils...

   Et il y a eu une autre personne qui s'y est mis, puis une autre, et j'ai commencé non pas à comprendre, mais à RESSENTIR.

   Certaines personnes exprimaient des sentiments similaires à ceux qui étaient enfouis en moi. J'entrais en résonance avec eux, et je découvrais des émotions refoulées tout au fond de moi, au quelles je n'avais jamais fait face.

   Quelques séances plus tard est arrivé la séance la plus
 fabuleuse et la plus importante de ma vie.

   Je ne sais pas ce qui l'a déclenché, mais j'ai brusquement
 crié:

   "Pourquoi est-ce que tu m'aimes seulement quand je suis dans la MERDE?"

   Je m'adressais à mon père. Étienne m'a demandé de m'adresser à un coussin comme sil s'agissait de mon père. Puis je prenais la place du coussin, le coussin prenait ma place, et je répondais au coussin comme si j'étais mon
père.

   Cela n'a duré qu'une séance.

   J'ai brusquement compris que mon subconscient me poussait à échouer pour que mon père me montre son amour. Ce qu'il faisait immanquablement UNIQUEMENT quand tout allait mal pour moi.

   Un déclic s'est opéré en moi. J'ai changé ma relation avec mon père.

   Je n'ai plus jamais eu besoin de me mettre dans les ennuis pour mériter son amour.

   Nous croyons être des "cerveaux" qui fonctionnent comme
des ordinateurs. Nous oublions notre cœur. Nous oublions les virus que nos émotions sèment dans nos programmes bien rodés.

   Au fond, nous sommes de petits animaux animés d'émotions très fortes, même si elles ne s'expriment pas dans notre quotidien. Ces émotions réprimées peuvent nous pourrir la vie, voire nous détruire en s'exprimant sous la forme de maladies graves.

   Avoir un meilleur rapport avec ces émotions est une des clefs du bonheur. Ce n'est pas en les réprimant qu'on arrive à la sérénité, mais en les acceptant et en leur donnant une chance de passer la barrière de la conscience.

   Quelles émotions laissez-vous au fond de votre cœur, Mon ami(e)?

   Bien amicalement,

   Zoheir

                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 

La Sympathie

Certaines personnes attirent la sympathie, d'autres moins ! Certaines sont-elles nées sympathiques et d'autres non ? Pouvons-nous faire quelque chose pour nous rendre plus aimable ?

 Si vous rencontrez ce problème, essayez donc l'exercice suivant :

 Faites la liste de 5 personnes que vous ne trouvez pas
 particulièrement sympathiques. Dans la deuxième colonne,à   côté des noms, notez les caractéristiques qui vous déplaisent le plus.

 Noms            Caractéristiques peu sympas

 [] ....          -> -----------------------
                  -> -----------------------
                  -> -----------------------

 [] ....          -> -----------------------
                  -> -----------------------
                  -> -----------------------

 Faites maintenant la même chose pour ceux que vous
 aimez, que vous trouvez sympathiques.

 Noms            Caractéristiques sympas

 [] ....          -> -----------------------
                  -> -----------------------
                  -> -----------------------

 [] ....          -> -----------------------
                  -> -----------------------
                  -> -----------------------


 Maintenant, étudiez la liste des qualités, ou des
 caractéristiques positives qui rendent ces personnes
 aimables. Vous parlent-elles ?

 Choisissez un point que vous aimeriez développer chez
 vous et pensez-y.

 Imitez les gens aimables et vous le deviendrez !


 ** En règle générale, on peut dire que l'on n'aime pas :**

 [] Les personnes qui se plaignent tout le temps.

 [] Les personnes qui disent n'importe quoi sur
    n'importe qui.

 [] Ceux qui se prennent trop au sérieux.

 [] Ceux qui ne pensent qu'à eux.

 [] Ceux qui parlent de façon monotone et ennuyeuse
    (les grands timides ou les déprimés).

 [] Ceux qui fuient leurs responsabilités.

 [] Ceux qui utilisent des expressions telles que :

   -> "Vous ne comprenez jamais rien ! Indiscutablement !
       Mais faites donc un effort pour comprendre !"

   -> "Bon, je reprends encore une fois depuis le début,
       exprimé simplement... Vous ne suivez certainement
       pas... je vais vous expliquer", etc.


 ** On aime : **

 [] Ceux qui s'intéressent sincèrement aux autres (et
    n'essaient pas de faire semblant). Souvenez-vous
    de ce qu'a dit Ralph Emerson : "Ce que tu es
    parle si fort que je n'entends pas ce que tu
    dis". On ne trompe jamais son monde longtemps !

 [] Les optimistes. En effet, les pessimistes
    dépriment tout le monde. Par exemple, lorsque
    quelqu'un vous demande comment vous allez et si
    vous lui déballez à chaque fois tous vos
    malheurs, il n'aura pas vraiment envie de vous
    voir souvent ! S'il vous arrive de voir souvent
    le côté noir des choses, répétez-vous la phrase
    du Président Lincoln : "Les pessimistes voient
    une difficulté dans chaque opportunité. Les
    optimistes voient une opportunité dans chaque
    difficulté."

 [] Ceux qui sourient et rient facilement, surtout
    d'eux-mêmes!

    Ce qui est certain, c'est qu'en imitant les gens positifs, souriants et aimables, vous augmentez votre capital sympathie et, du même coup, vous devenez un meilleur communicateur.

 

Amicalement 

Zoheir

                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 

L ' e f f i c a c i t e 4

Rien n'est plus inégal, d'un individu à l'autre, que la capacité de concentration ! En plus, elle varie suivant l'humeur, suivant le sujet,...

 En moyenne, il nous faut 10 minutes avant d'atteindre un niveau de concentration profond et efficace. Cet état productif dure environ 20 minutes, puis vient l'envie d'interrompre. Cette pause est d'une durée d'environ 10 minutes. Sur 40 minutes, 20 seulement sont donc effectivement efficaces alors que les 20 autres sont relativement improductives.

 Pour vous concentrer mieux et plus longtemps, entraînez-vous à la gymnastique quotidienne, très simple, de la concentration :

 ->  Commencez par repérer vos habitudes de concentration. Combien de temps tenez-vous le coup avant que l'envie d'interrompre ne se manifeste ? Notez le temps, mesurez-le à
plusieurs occasions pour établir une durée moyenne.

 ->  À la prochaine occasion, dès que l'envie d'interrompre (elle prend des formes différentes : boire un café, aller discuter avec quelqu'un, passer un coup de fil, etc.) vous prend, concentrez-vous 1 minute de plus, puis 2, puis 3.

 ->  Augmentez progressivement et volontairement la durée et, au bout de quelque temps, vous constaterez avec surprise que rester concentré, même 2 à 3 heures, n'est pas un exploit    extraordinaire. Vous vous sentirez moins fatigué, vous gagnerez du temps et serez plus efficace.

                   ------------------------------

              10 conseils pour avoir plus de mémoire

                  ------------------------
-------

 1. Il  faut vouloir se souvenir et avoir confiance en
     sa propre mémoire.

 2. Plus la concentration dans l'étude sera grande,
     mieux vous vous souviendrez; et d'autant mieux si vous
     associez ce que vous apprenez à ce que vous savez déjà.

 3. Après chaque paragraphe important, réfléchissez et
     cherchez à le répéter et à le résumer.

 4. Une fois l'étude terminée, mettez en relation entre
     eux les résumés et les paragraphes. Constatez leur
     interdépendance et leur utilité. Faites un schéma
     général.

 5. Utilisez tous les sens : vue, ouïe, toucher.
     Répétez à voix haute, si possible dans un endroit où
     il y a un écho.

 6. Cherchez des exemples et des comparaisons.
     Expliquez ce que vous avez appris à quelqu'un,
     discutez-en avec lui.

 7. S'il s'agit d'apprendre une langue ou de se
     remémorer un texte, profitez surtout du temps qui
     précède ou qui suit immédiatement le sommeil.

 8. Après 3 ou 4 lectures, essayez de "réciter".

 9. Faites une révision 1 heure plus tard, 1 jour plus
     tard, le mois suivant.

 10. Soutenez l'intérêt évoquant les motivations :
       utilité, nécessité, but, idéal.


(D'après "Efficacité mentale sans fatigue",
                                         N. Irala, éd. Paulines, 1968)
 
 
                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 
 
 

Aigle Ou Poule

    Une vielle légende indienne raconte qu'un brave trouva un jour un oeuf d'aigle et le déposa dans le nid d'une « poule de prairie ».

    L'aiglon vit le jour au milieu d'une portée de poussins de prairie et grandit avec eux.

    Toute sa vie l'aigle fit ce qu'une poule de prairie fait normalement. Il chercha dans la terre des insectes et de la nourriture. Il caqueta de la même façon qu'une poule de prairie.

Et lorsqu'il volait, c'était dans un nuage de plumes et sur
quelques mètres à peine.

    Après tout, c'est ainsi que les poules de prairie sont censées
 voler.

    Les années passèrent. Et l'aigle devint très vieux. Un jour,
il vit un oiseau magnifique planer dans un ciel sans nuage.
S'élevant avec grâce, il profitait des courants ascendants,
faisant à peine bouger ses magnifiques ailes dorées.

    "Quel oiseau splendide !" dit notre aigle à ses voisins.
    "Qu'est-ce que c'est ?"

    "C'est un Aigle, le roi des oiseaux," cacqueta sa voisine.
    "Mais il ne sert à rien d'y penser à deux fois. Tu ne sera jamais un aigle."

    Ainsi l'aigle n'y pensa jamais à deux fois.

    Il mourut en pensant qu'il était une poule de prairie.

    Vous est-il arrivé de penser, Mon Ami, que vous étiez une poule de prairie ?

    Pensez-y à deux fois...

    Avec mes sentiments amicaux,

    Zoheir

 

                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 

L'ile aux Sentiments

       Il était une fois, une île ou tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les
autres, l'Amour y compris.

     Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler.

     Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.

     Seul l'Amour resta.

     L'amour voulait rester jusqu'au dernier moment.
   Quand l'ile fut sur le point de sombrer, l'Amour décida d'appeler à l'aide.

     La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau.

     L'Amour lui dit, "Richesse, peux-tu m'emmener?"

     "Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon bateau. Je
n'ai pas de place pour toi."

     L'Amour décida alors de demander à l'Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau, "Orgueil, aide-moi je t'en prie !"

   "Je ne puis t'aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais
   endommager mon bateau."

     La Tristesse étant à côté, l'Amour lui demanda, "Tristesse,
 laisse-moi venir avec toi."

     "Ooh... Amour, je suis tellement triste que j'ai besoin d'être
   seule !"

    Le Bonheur passa aussi à coté de l'Amour, mais il était si
heureux qu'il n'entendît même pas l'Amour l'appeler !

    Soudain, une voix dit, "Viens Amour, je te prends avec moi."

    C'etait un vieillard qui avait parlé.

    L'Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu'il en
oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s'en alla.

     L'Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir

     "Qui m'a aidé ?"

     "C'était le Temps" repondit le Savoir.

     "Le Temps ?" s'interrogea l'Amour.

     "Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé ?"

      Le Savoir, sourit plein de sagesse, et répondit :

     "C'est parce que Seul le Temps est capable de comprendre
combien l'Amour est important dans la Vie."

                                          o O o


   "Demander ne coûte qu'un instant d'embarras; ne pas demander, c'est être embarrassé toute sa vie."
                                                             Proverbe japonais

Amicalement
 
Zoheir
 

Le Cric

 

Un représentant crève un pneu en rase        campagne.

     Il ouvre son coffre cherche son cric... en vain.

     Pas de cric.

Comme il est sur une petite route de campagne, en plein mois de juillet il se dit que personne ne va passer par là pour le secourir.

     Il décide de se rendre au village le plus proche, dont il voit
le haut du clocher au loin, pour emprunter un cric.

      Le chemin est long, il fait chaud, et en route, il se dit:

      "Est-ce qu'il vont seulement avoir un cric à me prêter ?"

      Il avance encore, et, tout transpirant, se dit :

      "Et je connais les gens du coin, ils n'aiment pas les
 étrangers !"

      Il marche encore, et se dit :

      "Ils ne me connaissent pas, vont-ils seulement vouloir me le
 prêter, ce cric ?"

      Et il continue ainsi, s'imaginant les scénarios les plus
désagréables, étant pris à parti par les villageois qui trouvent louche qu'il veuille emprunter un cric, proposant de l'acheter, personne ne voulant lui en vendre un, etc. etc.

      Il s'approche du village, de plus en plus énervé
 intérieurement, se met sur la place du village, et hurle :

      "Eh bien, puisque c'est comme ça, votre cric, vous  pouvez
 vous le garder !!!"

                                              o 0 o

    Combien de fois nous imaginons-nous ainsi des objections qui ne seront jamais levées, des craintes sans fondement, et combien de fois, Mon amis, n'osons-nous pas demander par peur d'être rejeté ?

                              --------------------------


"Beaucoup de gens croient qu'ils pensent alors qu'ils remettent
 seulement en ordre leurs préjugés."      William James
 
 
Amicalement
 
Zoheir
 

Les Marins Et Les Marchands

   De riches marchands embarquent à bord d'un navire avec leurs biens, leurs esclaves et leur orgueil d'hommes à l'abri de tout besoin.

    Les marins portent leurs malles remplies de bijoux, d'or et de

   riches étoffes alors qu'eux n'ont pour tout bagage qu'un méchant sac vide et une vieille couverture.

Mais la mer se fait d'huile et le vent n'est pas décidé à se lever.

      A bord, les marchands se conduisent comme s'ils commandaient aux 

  Dieux eux-mêmes en pestant contre les astres, en regrettant que le vent ne souffle pas avec plus de force et en humiliant les
marins qui ne "connaissent rien à l'art de la navigation".

  Tant et si bien que les Dieux finissent par les entendre et
décident de répondre à leurs voeux en envoyant une terrible tempête pour les punir.

  Les nuages noirs s'amassent à l'horizon et le vent s'annonce
par petites rides de plus en plus rapprochées sur la surface de la
mer.

   Les marins comprennent qu'ils vont vivre de terribles heures et se tiennent prêt à leurs postes, tandis que les riches marchands, heureux que les Dieux les aient entendus, raillent la couardise de l'équipage.

   Au pire de la tempête, les marins s'aperçoivent qu'ils ne
pourront pas s'en tirer sains et saufs sans larguer du lest.

   Soucieux de sauver leur navire, ils n'hésitent pas à passer
les bagages les plus lourds par-dessus bord. Mais les riches ne
l'entendent pas de cette oreille et s'accrochent à leurs malles comme si c'était elles qui allaient les sauver.

   Ils supplient les Dieux de les épargner et pleurent comme des
enfants.

   Le capitaine du bateau est forcé de menacer d'en jeter
quelques-uns à l'eau avec leurs coffres pour qu'ils acceptent de se séparer de leur or.

   L'énorme poids ainsi libéré, le navire retrouve sa stabilité.

   La tempête se calme aussitôt et l'équipage est sauvé. Les
marins sont heureux mais les riches marchands restent silencieux : avec leur richesse,

   c'est leur vie qu'ils croient anéantie.

   Qu'est-ce qui est le plus important : nos biens ou notre vie?
Trop souvent, pour nos biens matériels nous mettons notre santé en péril.

   Nous consacrons notre vie à l'argent, et la vie nous file trop
vite entre les doigts.

   Comment gagner notre vie... sans la perdre?

   A l'image de ces marchands, moins nous avons de bagages à
porter, plus notre fardeau sera léger... et moins la tempête sera
redoutable.

                                
..............................


« Celui qui perd la richesse perd beaucoup. Celui qui perd un ami perd davantage. Mais celui qui perd courage perd tout. »
                                                               Cervantes
Amicalement
 
Zoheir
 
 

l'Arbre Magique

"Un voyageur très fatigué s'assit à l'ombre d'un arbre sans se douter qu'il venait de trouver un arbre magique, "l'Arbre à Réaliser des Souhaits".

    Assis sur la terre dure, il pensa qu'il serait bien agréable de se retrouver dans un lit moelleux. Aussitôt, ce lit apparut à côté de lui.

    Étonné, l'homme s'y installa en disant que le comble du bonheur serait atteint si une jeune fille venait masser ses jambes percluses. La jeune fille apparut et le massa très agréablement.

    « J'ai faim, se dit l'homme, et manger en ce moment serait à
coup sûr un délice. » Une table surgit, chargée de nourritures
succulentes.

    L'homme se régala. Il mangea et il but. La tête lui tournait un peu. Ses paupières, sous l'action du vin et de la fatigue, s'abaissaient. Il se laissa aller de tout son long sur le lit, en pensant encore aux merveilleux évènements de cette journée extraordinaire.

    « Je vais dormir une heure ou deux, se dit-il. Le pire serait
qu'un tigre passe par ici pendant que je dors. »

    Un tigre surgit aussitôt et le dévora."

    Vous avez en vous un Arbre à souhait qui attend vos ordres.

    Mais attention, il peut aussi réaliser vos pensées négatives et vos peurs. En tout cas, il peut être parasité par elles et se bloquer. C'est le mécanisme des soucis.

                             ........................................


    "L'archer est un modèle pour le sage. Quand il a manqué le milieu de la cible, il en cherche la cause en lui-même."
                                                    Confucius

    "Adoptez la devise du cadran solaire : je ne marque que les
heures ensoleillées."                   O.S. Marden

Bien amicalement,


    Zoheir
 

Un Sourire 

Avez-vous remarqué comme certaines personnes sont antipathiques ?

Et ce, sans leur adresser la parole.

Je suis certains que ça vous est déjà arrivé.

D'où vient ce ressenti ?


Comment pouvez vous faire pour que les autres vous trouvent sympa et qu'ils aillent vers vous ?


La réponse est le SOURIRE.
          Les gens vous regardent, souriez.

Vous êtes invité, souriez.
     

C'est l'élément magique qui agit comme un aimant et permet les contacts faciles.

Pour preuve, même au téléphone un sourire se ressent. Le contraire aussi.

Quelqu'un de déprimé se ressent aussi.

Alors vous allez me dire que vous n'avez pas envie de sourire.


Ce n'est pas une excuse même si vous avez des problèmes personnels.


Mon père était ouvrier, ma mère sans emploi.


Mai 1968 et les grèves, plus de nourriture à me donner alors que j'avais 2 ans.


Mais ils ont toujours eu le sourire et entourés d'amis mêmes dans les

moments très difficiles et croyez-moi ils en ont eu .

Le rire est même reconnu maintenant comme la meilleure source anti-stress, anti-déprime etc.


Alors habituez-vous à regarder les films comiques, les comédies, etc. Ne tombez pas dans le piège du catastrophisme : les prix augmentent, qu est ce que l on va devenir, etc.


Et retenez ceci : plus vous regarderez, écouterez des informations qui vous

abaissent le moral, plus vous serez pessimiste et plus les autres le

ressentiront et vous fuiront.

 

Amicalement

Zoheir

 

Les 3 Portes de La Sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

    "Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda le Prince.

    "Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi."

    Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.

    Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire "CHANGE LE MONDE".

    "C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas." Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre,
à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent.

 Bien des années passèrent.

    Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :
 "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" "J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas". "C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise." Et il disparut.

    Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire "CHANGE LES AUTRES". "C'était bien là mon intention, pensa-t-il.

 Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration." Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts.

Ce fut là son deuxième combat.

Bien des années passèrent.

    Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" "J'ai appris, répondit le Prince,
que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses." "Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir." Et le Vieil Homme disparut.

    Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots "CHANGE-TOI TOI-MEME". "Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire," se dit-il.
Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :

    Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser."

    "C'est bien," dit le Sage.

    "Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de
 cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise." "C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple
le chemin parcouru." Et il disparut.

    Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait

           "ACCEPTE-TOI TOI-MEME."

    Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens. "Quand on combat on devient aveugle, se dit-il." Il vit aussi,
gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer.

Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

    "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement,
inconditionnellement."

    "C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte."

    A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut

           "ACCEPTE LES AUTRES".

    Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

    Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" demanda ce dernier. J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à
reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux.

J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement." "C'est bien," dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse.

Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

    Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut

            "ACCEPTE LE MONDE".

    Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé
par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard ?

 Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

    "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

    "J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement."

    C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde." Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le
Prince. Le Silence l'habita. "Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de
la plénitude à la Plénitude du Silence".

    Et le Vieil Homme disparut.

Amicalement 

Zoheir

 

La Pause Magique : Le Silence

Le grand pianiste, Arthur Schnabel, disait :

  "Je n'utilise pas les notes de façon différente d'un autre pianiste mais j'utilise mieux les pauses entre les notes, et c'est là que se cache l'art".

 Il en va de même pour la parole, ce sont les pauses entre les mots qui font la différence entre un bon communicateur et un communicateur moyen.

 Les silences et les pauses nous permettent de "respirer" une communication. La tension du début fait que, souvent, nous nous jetons littéralement dans les mots. Nous oublions
 même de respirer, tellement nous "enchaînons les wagons".

 Le résultat : nous tombons dans le piège des mots
 "bouche-trous" : euh ... emm... je veux dire ... bon ...
 bien..., etc. Nous parlons trop vite et, ce qui est le plus
 grave, nous rendons à nos auditeurs la tâche d'écouter,
 déjà difficile, encore plus compliquée.

 ** Utilisez le poids du silence dès le départ.**

 -> Ne commencez jamais à parler avant que vous-même et la
Salle ne soient prêts.

 -> Installez-vous calmement devant le groupe. Pendant que
vous vérifiez si tout est en place (rétroprojecteur,  markers, vos notes) et que vous jetez un dernier coup d'oeil sur vos notes, le public, lui, s'installe aussi et s'habitue déjà à votre image.

 -> En respirant calmement et en regardant les auditeurs avec un grand sourire, attendez que le silence s'installe. Vous ne commencez à parler qu'à partir de ce moment-là. Cela vous assure une meilleure attention du public et, pour vous, c'est une bonne base de départ.

 -> Vous avez bâti une bonne introduction, vous avez choisi
des mots "choc". Ne gâchez pas vos effets ! Une fois que vous les avez "balancés", taisez-vous! Comptez  1.2.3.4.5.6.7.8, 9.10 dans votre tête, et ne reprenez la parole qu'après.

 -> Les silences permettent aux concepts de se poser au fond
de la mémoire des auditeurs et les préparent à entendre la suite. À l'aide des silences et des pauses, bâtissez des plateformes de compréhension. Laissez aux esprits le temps d'absorber les idées 

  -> Utilisez les silences avant et après l'annonce d'une idée importante ou d'une nouvelle. Avant : ils alertent le public. Attention ! Quelque chose va arriver : vous laissez l'effet se faire.

 -> Si vous posez une question, faites un silence ! Attendez!
Cette pause fera participer les auditeurs, verbalement ou non.

 -> Attirez l'attention sur vous après une discussion, ou bien, tout simplement, calmez les esprits en vous taisant. Il suffit souvent de faire un silence au milieu d'un mot, d'une phrase. L'effet du "et maintenant, écoutez-moi" provoqué par le silence prolongé se fera très vite sentir.

 -> Entraînez-vous à jouer avec les silences et les pauses, et vous verrez, comme par miracle, la qualité d'attention de vos auditeurs s'améliorer, vos communications prennes vie. Vous vous sentirez mieux et vos auditeurs aussi !

 

Amicalement Votre

Zoheir

Personne n'Est Une ile

Au début, ce fut le chaos. La terre s'est mise à gronder et je fus arrachée, transportée, éloignée de mon père, de ma mère, du reste de l'archipel.

     J'ai longtemps dérivé sur les océans sans fin. Les tempêtes étaient fréquentes et encore aujourd'hui je ne sais comment j'ai pu m'en sortir sans me désagréger.

     Puis ce fut le silence. Les éléments se calmèrent. Pas immédiatement : cela prit des milliers d'années, des ères peut être.

     Je ne dérivais plus. Je m'étais fixée sur une crête, au milieu des eaux puisque c'est mon milieu naturel. J'étais seule. J'avais eu le temps de pleurer toutes les larmes (salées) de mon corps de sable mais je goûtais maintenant la solitude.

     J'avais été coincée dans le petit groupe d'îlots de mon enfance et j'avais souvent souhaité un cataclysme pour rompre cet attachement. Enfin c'était chose faite...

 J'étais seule et bien contente de l'être.

     Les jours s'étiraient lentement au soleil. Une barrière de corail s'était accumulée et protégeait ma grève des assauts de la mer. Je me laissais dorer la côte. Nonchalamment. Les rares pluies suffisaient à combler ma verdure et la faune naissante en mon centre : des rongeurs, quelques invertébrés et beaucoup, beaucoup d'oiseaux.

     Ils m'intriguaient : s'ils avaient pu voler jusqu'à moi en si grand nombre (certains jours, j'en étais couverte et leurs cris perturbaient mon sommeil tellurique), c'est que je n'étais pas si éloignée que cela d'une autre terre. Peut être même d'un archipel, comme celui de mon enfance. Mais je me gardais bien de me détacher pour m'en approcher. Je n'allais pas renoncer si facilement à ma quiétude.

     Je me fiais ainsi aux éléments pendant des centaines, des milliers d'années encore jusqu'à ce qu'un changement dans le comportement des oiseaux m'alerte. Moins de pépiements, moins de caquètements, moins de plumes, moins de graines, moins de nids, moins d'oeufs... Moins d'oiseaux ! Mais pourquoi s'étaient-ils tous enfuis ?

     J'ai mis un certain temps à comprendre que j'avais vieilli seule... et, hum ! pas très bien vieilli... Ma faune m'avait fuie, parce que ma flore, plus aussi luxuriante que dans ma jeunesse ne suffisait plus à sa subsistance. J'étais pelée, sèche, pas très avenante.

     Mon appétit pour la solitude m'avait trahi. Depuis quelques temps d'ailleurs, je me voyais partir : ma grève s'était rétrécie, mangée par le ressac que les coraux n'arrêtaient plus. Mes cocotiers n'avaient plus de têtes... décapités par les cyclones !

     La sécheresse avait tari mes sources. Je devais faire piètre figure au milieu de l'océan. Et maintenant que j'y songeais : aucun marin aventureux n'avait jamais foulé mes plages d'un pas conquérant. Ah ça ! Je la payais chère ma solitude !

   Papa, maman, mes chers frères, mes petits îlots chéris, où êtes-vous ?

     Le chagrin était si fort que je résolus de partir à la recherche de mon archipel perdu. Et même si je ne devais pas retrouver mes proches, je m'arrêterais au premier atoll que je croiserais... je leur demanderais de l'aide, je m'intègrerais sagement dans leur écosystème, sans faire de vagues, comme une gentille petite île du tertiaire que je suis.

     Mais je devais apprendre à mes dépens qu'on ne se débarrasse pas de ses sédiments aussi vite. Malgré tous mes efforts pour m'arracher à mon milieu, je suis restée figée sur mon talus, rivée à ma crête. En exactement 15 789 ans, j'ai bougé de 23 centimètres... et encore, pas par mes propres moyens : un tremblement de terre sous-marin. Il paraît que ça arrive parfois. Enfin,tous les 30 000 ans environ.

     Alors j'attends. Seule.


                                                  .............................................


     Personne n'est une île. Nous avons besoin des autres pour
survivre. Même si nous apprécions parfois l'éloignement et la solitude, nous restons des animaux politiques, c'est-à-dire des êtres qui s'épanouissent au milieu de leurs semblables. Ceux qui renoncent au commerce des hommes finissent souvent comme cette petite île : ils ne sont plus ravitaillés, dépérissent, se sentent frustrés, tentent de vivre sur leurs propres ressources... et les épuisent. Contre l'ennui, contre l'affaiblissement : ressourcez vous auprès de vos proches, amis ou famille.

                                ............................


 " Il y a dans le cœur de chacun un aimant qui attire les véritables amis. Cet aimant, c'est l'altruisme, la disposition à s'intéresser d'abord à autrui. "
 
amicalement
 
Zoheir
 

L' E f f i c a c i t e 3

 Nous avons tous besoin de ces marques d'affection, d'appréciation et  d'encouragement qui viennent des autres et que l'on appelle un compliment. Tous les managers savent que faire un compliment à un employé peut produire des miracles.

 Pourquoi ne le font-ils pas plus souvent ? Parce que cela ne nous est pas toujours facile de bien faire ce cadeau.

 C'est vrai qu'il vaut mieux ne pas faire de compliment qu'un compliment "bidon" ou "manipulateur". Ce serait «le sucre» qui prépare une demande future !

 ** Voici quelques conseils pour dire des compliments qui touchent et font leur effet : **


 [] Un compliment doit être spécifique, personnalisé et adapté au besoin.

    Au lieu de dire :
   "Vous avez fait un bon travail !" Dites :
   "Sylvie, la présentation de votre rapport a été excellente, surtout le passage..."


 [] Apprenez à faire des compliments indirects.

    Même si recevoir un compliment vous fait plaisir, nous sommes souvent embarrassés au moment où nous entendons des choses agréables sur nous.

    Pour éviter cette gêne, dites :

"Paul, pourrais-tu m'aider à préparer cette communication ? Tes idées d'introduction et de conclusion sont tellement originales..."

 [] Sentez si vous devez faire le compliment en public ou en privé.

    Faire un compliment en public peut aider à motiver les autres. Mais certaines personnes préfèrent recevoir un compliment en privé et seraient très gênées d'être félicitées en public. À l'inverse, d'autres ne se sentent valorisées que lorsque le compliment est fait en public. Soyez donc un peu psychologue. Dans ce cas, vous devez «partager» le
compliment. C'est-à-dire, le faire devant des personnes qui ont de l'importance pour celui à qui s'adresse ce compliment.

 [] Faites-le par écrit.Les mots s'envolent, les écrits restent !

 [] "Rapportez".

    Si vous avez entendu quelqu'un dire quelque chose d'agréable sur quelqu'un d'autre, rapportez-le à la personne concernée. Surtout si
celui qui est à l'origine de ce compliment a de l'importance pour elle.

 [] Soyez généreux.

    Entraînez-vous à faire tous les jours des compliments SINCÈRES.  Ce sont ceux-là qui font le plus de plaisir et d'effet.


-----------------------------------------------


8 conseils pour bien s'entendre avec les autres


------------------------------
-----------------

    [] Ne dites pas tout ce que vous pensez ! Mais
       seulement ce qui est indispensable dans la
       conversation que vous menez.

    [] Surveillez votre langage du corps qui peut
       induire ce que vous ne vouliez dire avec des mots !

    [] Faites peu de promesses. Mais tenez celles que
       vous faites si vous voulez que l'on vous fasse
       confiance.

    [] Apprenez à faire de vrais compliments et à louer
       un travail bien fait. Même si c'est votre "ennemi"
       qui l'a accompli.

    [] Développez votre empathie. Souffrez avec ceux qui
       souffrent et réjouissez-vous avec ceux qui sont
       joyeux !

    [] Gardez l'esprit ouvert. Apprenez à discuter
       plutôt qu'argumenter.

    [] Ne parlez pas des faiblesses des autres. Sauf, si
       c'est vraiment nécessaire.

    [] Laissez vos mérites parler d'eux-mêmes. Mais
       n'hésitez pas à expliquer vos réussites. Partagez
       vos succès, mais n'en parlez que lorsqu'on vous le
       demande.

    [] Traitez chaque personne comme quelqu'un
       d'important!
 
Amicalement 
 
Zoheir
 

Comment Changer

La grande question que tout le monde se pose est comment changer ?

  - Comment changer de caractère
  - Comment changer de travail
  - Comment changer de vie sentimentale
  - Etc.

  IL n y a pas de recette miracle ou plutôt, il n existe qu'une réponse.

  La différence entre quelqu'un qui réussit tout ce qu'il veut et quelqu'un de passif est l'obsession.

  J ai étudié attentivement les personnes qui "abattent" tous les obstacles devant eux.

  Et bien lorsqu'ils ont un problème à régler, ou un objectif à réaliser, ils n en dorment plus la nuit. Ils y pensent nuit et jour.

  - Ils mangent avec leur but
  - Ils dorment avec leur but
  - Ils travaillent avec leur but

  L image qu'ils veulent devenir est si intense qu'elle est déjà réalisée dans leurs esprits.

  Pensez-y . Si vous n avez pas cette obsession, c est que vous n avez pas vraiment les motivations.

  Alors si vraiment vous voulez changer quelque chose. Trouvez les motivations et pensez-y chaque minute de la journée et le miracle se produira. C est inéluctable.

Amicalement


Zoheir

l'Attitude des Vainqueurs

Vous le savez sans doute, les jeux olympiques d'hiver de
Vancouver se déroulent actuellement.

J'aimerais partager dans avec vous quelques " techniques " de champion.

Au fait, ces techniques ne s'appliquent pas
seulement au sport, elles s'appliquent à TOUT ce que vous pouvez faire dans la vie : que vous soyez un employé de bureau, un chef d'entreprise, un entrepreneure, un financier, etc.

Vous savez, " gagner " ne s'improvise pas, la chance ou le hasard n'a rien à faire là-dedans.

Gagner ou réussir dépend surtout de CE QUE L'ON FAIT et de CE QUE L'ON SAIT.

1) La concentration


Pour faire simple, être concentré veut
dire : éliminer de son esprit toute pensée qui n'est pas en rapport avec ce qu'on fait actuellement.

D'après une étude, beaucoup de gens ont
du mal à se concentrer - surtout s'ils évoluent dans un milieu où leur attention est souvent sollicitée et détournée (présence de bruits ambiants, conditions extérieures instables, fréquentes interruptions, etc).

Les grands champions (et les hommes
d'affaire à succès) atteignent un haut niveau de concentration mentale et savent comment y arriver  même dans les pires conditions.

2) La visualisation


Le skieur qui décroche la victoire
l'a déjà fait avant même qu'il prenne le départ. Le gagnant est celui qui l'est déjà dans sa tête, c'est celui qui croît fortement qu'il en est capable.

L'imagination joue un rôle non
négligeable dans les performances.
Imaginez la victoire et vous l'aurez, peut-être pas tout de suite, mais vous y arriverez à coup sûr.

Avant même qu'une course soit lancée, on
peut déjà savoir qui va gagner et qui va perdre si on pouvait lire dans les pensées des concurrents.

3) L'agressivité


De l'intensité du désir de vaincre dépend la
victoire. Attention, il ne s'agit pas ici de transgresser les règles et tomber dans des pratiques déloyales - ou de " saboter " carrément ses adversaires.

Il faut désirer ardemment son objectif - tout
en étant convaincu qu'on peut y arriver par des moyens admirables.

4) L'énergie


L'échec arrive à ceux qui ne savent pas
contrôler leur énergie. Si un skieur, avant de prendre le départ, gaspille une partie de son énergie à se disputer avec quelqu'un, à penser à de mauvaises choses, il compromet fortement ses chances pour la victoire.

Les champions savent canaliser leur
énergie pour ne servir qu'à l'acquisition de la victoire. En plus, ils savent récupérer rapidement l'énergie dépensée par les techniques de relaxation.


Ces 4 " techniques " ne sont pas seulement
utilisées par les sportifs de haut niveau - en fait, elles sont aussi utilisées par tous ceux qui ont du succès dans la vie.

Je veux vous inviter à les maîtriser, pour
votre plus grand bien - et votre plus grand profit - avec la méthode

" Comment s'aider soi-même par l'auto-hypnose ".


L'auto-hypnose est une pratique séculaire qui
vous permet de libérer totalement votre potentiel intérieur, comme l'a dit l'auteur :

" Réveillez le géant qui sommeille en vous "


C'est une pratique qui ne vous fait que du
bien, vous contrôlez tout, vous n'avez besoin de rien - à part vous-même - pour la mettre en
pratique, et vous obtenez des résultats extraordinaires !

Rappelez-vous :


" la différence entre un champion et un simple joueur,
c'est ce qu'IL SAIT, et ce qu'IL FAIT "

A votre succès,

 Zoheir

Lecon De Vie

  Un jour, un vieux professeur de l'École Nationale d'Administration Publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines.

    Ce cours constituait l'un des 5 ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour "faire passer sa matière".

    Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout
 ce que l'expert allait lui enseigner), le vieux prof les regarda
 un par un, lentement, puis leur dit : "Nous allons réaliser une
 expérience".

    De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof
 sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu'il posa
 délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine
 de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça
 délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut
 rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou
 de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :

   "Est-ce que ce pot est plein ?".

   Tous répondirent : "Oui".

   Il attendit quelques secondes et ajouta : "Vraiment ?".

   Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un
 récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur
 les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de
 gravier s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot.

   Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et
 réitéra sa question  :

   "Est-ce que ce pot est plein ?". Cette fois, ses brillants élèves
 commençaient à comprendre son manège.

   L'un d'eux répondît : "Probablement pas !".

   "Bien !" répondît le vieux prof.

   Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table
 un sac de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot.
 Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le
 gravier. Encore une fois, il redemanda : "Est-ce que ce pot
 est plein ?".

   Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves
 répondirent :

   "Non !".

   "Bien !" répondit le vieux prof.

   Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le
 pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras
 bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda :

   "Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?"

   Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce
 cours, répondit : "Cela démontre que même lorsque l'on croit que
 notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment,
 on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire".

   "Non" répondît le vieux prof. "Ce n'est pas cela. La grande
 vérité que nous démontre cette expérience est la suivante :

    "Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot,
 on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite".

   Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de
 l'évidence de ces propos.

   Le vieux prof leur dit alors : "Quels sont les gros cailloux
 dans votre vie ?"

   "Votre santé ?"

   "Votre famille ?"

   "Vos ami(e)s ?"

   "Réaliser vos rêves ?"

   "Faire ce que vous aimez ?"

   "Apprendre ?"

   "Défendre une cause ?"

   "Vous relaxer ?"

   "Prendre le temps... ?"

   "Ou... tout autre chose ?"

   "Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS
 CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas
 réussir... sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier,
 le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus
 suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants
 de sa vie.

   Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même, la question :

   "Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ?"

   Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)"

   D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son
 auditoire et quitta lentement la salle.

 

Amicalement votre

Zoheir

L' e f f i c a c i t e 2

Comment montrer votre enthousiasme? Si vous voulez que les
 autres vous écoutent avec enthousiasme, vous devez apprendre à
 le projeter. Comment ?
 En vous entraînant avec votre enregistreur, MP3 ou caméscope!

 1. D'abord, vous devez apprendre à vous motiver vous-même.

 L'enthousiasme c'est aussi une question de décision interne.
 Enthousiasmez-vous, vous-même, en vous disant intérieurement  des choses qui vous chargent en énergie positive, telles que :
 "Je suis heureux de leur dire"... "Aujourd'hui c'est une occasion formidable de leur expliquer...", etc. Dites-vous bien que si vous arrivez à vous motiver vous-même, vous êtes sur la bonne voie pour parvenir à motiver les autres !

 2. Servez-vous de votre voix.

 Apprenez à dire les mots-clé dans une phrase avec plus d'intensité. Changez le rythme de votre débit ainsi que le volume. Enregistrez-vous sur votre enregistreur. Entendez-vous l'enthousiasme dans votre voix ? Est-ce difficile de vous enthousiasmer tout seul dans votre chambre ? Dites-vous bien que si vous arrivez à mettre l'enthousiasme dans votre voix dans ces conditions, cela vous sera facile devant un public réel. Amusez-vous à jouer un peu la comédie !

 3. Et maintenant, ajoutez les mouvements !

 Parlez et bougez en même temps. Exagérez les mouvements.
 Amusez-vous à faire des gestes amples, à laisser sortir votre
 enthousiasme pour ce que vous avez à dire, avec votre corps.
 Osez en faire trop ! Ne vous inquiétez pas : dans la situation
 réelle, vous ferez juste ce qu'il faut (mais certainement un peu
 plus qu'avant).

 4. Souriez et amusez-vous à ajouter des expressions à votre
    visage.

 Vous voulez convaincre ? Alors dites-vous bien qu'un sourire
 fait des miracles.

 Ces exercices s'adressent à des personnes qui ont vraiment
 beaucoup de mal à montrer leur enthousiasme face à un public.
 Dites-vous bien que ce n'est pas facile de transformer des
 attitudes qui sont bien ancrées en nous, peut-être depuis notre
 enfance !

 Mais dites-vous aussi que, lorsque vous avez une mission de
 communication importante à réussir, le fait de savoir montrer
 votre enthousiasme peut considérablement aider à persuader les
 autres.

------------------------------

Comment décider vite et bien ?

------------------------------

 Prendre une décision coûte souvent beaucoup de temps et
 d'énergie. Voici quelques conseils pour rendre les choses un peu
 plus faciles :


    - Prenez rapidement les décisions qui concernent des
      problèmes mineurs. Les repousser à plus tard est une
      source de stress inutile.

    - Sachez que certains problèmes n'ont pas de solution !
      Parfois, il vaut mieux laisser les choses se passer
      d'elles-mêmes plutôt que de perdre du temps à vouloir
      décider à tout prix.

    - Lorsqu'une décision est prise, ne revenez pas dessus.
      L'indécision engendre l'indécision !

    - Écrivez votre problème. En le regardant, il deviendra
      plus facile à analyser (le lire à haute voix peut rendre
      le même service !).

    - Si une décision est difficile à prendre, partez à la
      recherche d'informations supplémentaires. Peut-être
      trouverez-vous un détail négligé ou ignoré qui apporte la
      solution. Attention ! Ne devenez pas une victime de la
      paralysie de l'analyse : dès que vous avez suffisamment
      d'informations,
    - décidez !

    - Cherchez plusieurs solutions, ou des bouts de solutions.
      Trouvez la meilleure alternative ou combinez-les.

    - Ne cherchez pas la solution parfaite ! Elle existe
      rarement. Choisissez la meilleure dans les circonstances
      données.

    - Veillez à ce que vos décisions soient appliquées et à ce
      qu'elles aboutissent.

------------------------------


Comment faire pour ne pas laisser s'échapper les bonnes idées ?

------------------------------

 Les idées nous viennent quand elles veulent - souvent aux
 moments les plus inattendus. Écrivez-les toutes et toujours.
 Faites-vous une note, deux/trois mots suffisent. Ayez toujours
 de quoi écrire sous la main. Même dans votre salle de bains et
 dans votre voiture. Sinon, n'importe quel bout de papier fera
 l'affaire : une pochette d'allumettes, une serviette en
 papier, votre pda ou votre téléphone...

 Plus tard, à votre bureau, reprenez votre bout de papier et
 reprenez vos mots pense-bête. Écrivez votre idée avec un peu
 plus de détails votre carnet de notes personnel, dans microsoft
 office one note, google note ou un programme de ce genre.


 Relisez vos notes régulièrement. Le fait de les transcrire dans
 votre carnet de notes vous oblige à clarifier vos idées ; le
 fait de les écrire vous les fera mieux mémoriser.

 Enfin, gardez vos carnets et archivez vos notes informatiques:
 vous pourrez retrouver vos idées lorsque vous en aurez besoin,
 même après plusieurs années.
 

Amicalement votre

Zoheir


La Jarre Abimee

Un porteur d'eau indien avait 2 grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d'une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules.

  
L'une des jarres avait un éclat, et, alors que l'autre jarre conservait parfaitement toute son eau de source jusqu'à la maison du maître, l'autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route.

   Cela dura 2 ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d'eau
 ne livrait qu'une jarre et demi d'eau à chacun de ses voyages.

   Bien sûr, la jarre parfaite était fière d'elle, puisqu'elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille.

   Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu'elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable.

   Au bout de 2 ans de ce qu'elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s'adressa au porteur d'eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.

   "Je me sens coupable, et je te prie de m'excuser."

   "Pourquoi ?" demanda le porteur d'eau. "De quoi as-tu honte ?"

   "Je n'ai réussi qu'à porter la moitié de ma cargaison d'eau à notre maître, pendant ces 2 ans, à cause de cet éclat qui fait fuire l'eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et, à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l'eau. Tu n'obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts", lui dit la jarre abîmée.

   Le porteur d'eau fut touché par cette confession, et, plein de compassion, répondit : "Pendant que nous retournons à la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs magnifiques qu'il y a au bord du chemin".

   Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit du baume au coeur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu'elle avait encore perdu la moitié de son eau.

   Le porteur d'eau dit à la jarre "T'es-tu rendue compte qu'il n'y avait de belles fleurs que de TON côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite ? C'est parce que j'ai toujours su que tu perdais de l'eau, et j'en ai tiré parti.

   J'ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et,
 chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin.

   Pendant 2 ans, j'ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais je n'aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses."

   Morale de l'histoire : Nous avons tous des éclats, des blessures,
 des défauts. Nous sommes tous des jarres abîmées.

   Certains d'entre nous sont diminués par la vieillesse, d'autres
 ne brillent pas par leur intelligence, d'autres trop grands, trop
 gros ou trop maigres, certains sont chauves, d'autres sont diminués
 physiquement, mais ce sont les éclats, les défauts en nous qui rendent nos vies intéressantes et exaltantes.

   Il vaut mieux prendre les autres tels qu'ils sont, et voir ce qu'il
 y a de bien et de bon en eux. Il y a beaucoup de positif partout.
 Il y a beaucoup de bon en vous,

   Ceux qui sont flexibles ont la chance de ne pas pouvoir être
 déformés. Souvenez-vous d'apprécier tous les gens si différents
 qui peuplent votre vie ! Sans eux, la vie serait bien triste.

   Merci d'apprécier amicalement mes imperfections - et, plus
 important pour vous - d'apprendre à aimer les vôtres,

 

Amicalement votre

Zoheir

 

                                     Edition www.Gratuitement.webs.com

                       Les Forces Contradictoires?

Sur son lit de mort, le roi des Scythes réunit ses fils, et leur tendant un faisceau de nombreuses branches, leur demanda de le rompre.

Malgré leur jeunesse, malgré leur vigueur, malgré leur acharnement,
nul de ses fils n'y parvint. Le vieux père défit alors le faisceau,
et en brisa une à une les branches avec une facilité déconcertante.

Il dit alors à ses fils intrigués: "Tant que vous serez unis, nul ne pourra vous vaincre. Mais le jour où vous ne serez plus solidaires sera le commencement de votre chute."

 Ce conseil vaut, je crois, pour toute entreprise. Mais il vaut aussi et encore plus pour chaque être.

 Car c'est connu l'homme est légion.

 Nous avons en nous une multitude de personnalités. Et la plupart
du temps elles sont contradictoires.

 Une partie de nous sait qu'il est mauvais de fumer, qu'un jour
nous en contracterons peut-être le cancer (de la bouche, du pharynx,des poumons), et pourtant une autre partie de nous-même ne peut résister à la tentation d'allumer une nouvelle cigarette, même si fumer ne nous apporte pas vraiment de satisfaction...

 De même nous souhaitons être mince, par coquetterie, ou par un
souci tout légitime de conserver notre santé, et pourtant nous
faisons des excès qui compromettent notre idéal.., et notre tour
de taille!

 De manière plus subtile, nous désirons ouvertement le succès,
mais lorsqu'une occasion en or se présente enfin, nous faisons
tout en notre pouvoir pour la saboter, comme si nous ne nous
croyions pas digne de réussir, comme si le succès n'était que pour les autres...

 Il faut donc tenter d'être solidaire... avec soi-même!

 D'éliminer la partie obscure de nous, la haine, la peur, l'ennui,
et faire triompher la lumière qui nous habite, l'amour, la joie
dont nous sommes faits: la Vie en somme.

 Avoir un idéal, et le garder en tête, malgré les contrariétés,
malgré les déceptions, malgré les retards...

 Avoir un but et le poursuivre avec volonté, avec patience, avec
foi et discipline.

 Comme il a été dit des centaines de fois avant moi - ce qui n'enlève rien à la sagesse de cette vérité: "Qui sème une action récolte une habitude. Qui sème une habitude récolte un caractère. Qui sème un caractère récolte un destin".

 "Caractère égale destinée", a dit Héraclite.

 Et me rappeler que le bonheur lui aussi est une habitude.

 Parce qu'il est un état d'esprit.

 Pour être heureux, je dois être solidaire avec moi-même.

 

Amicalement votre

Zoheir

Un Ami 2

 

Ceci est un test très sérieux :

Un ami...


 

 A ime que vous lui disiez ce que vous ressentez

B énit le jour où vous êtes rencontrés

C alme vos craintes

D onne sans attendre en retour

E st toujours prêt à donner un coup de main

F ait une différence dans votre vie

G arde ses amis dans son coeur

H armonise vos pensées quand elles se bousculent

I nvite ses amis à se connaître entre eux

J ubile quand vous réussissez

K laxonne devant pour que vous passiez

L it cette liste et pense à vous

M aximise vos qualités

N e juge jamais

O ffre son support

P arle si on vous cache quelque chose

Q uestionne vos certitudes

R emonte votre moral

S ait dire des choses sympas sur vous

T éléphone juste pour dire "Comment ça va?"

U tilise les mots justes au bon moment

V ous accepte tel que vous êtes

W eek-end ou pas, il ne vous abandonne jamais

X -trêmement indulgent, il pardonne vos erreurs

Y a-Qu'à, il ne connaît pas, il agit

Z éro problème, il vous aime!


Ceci est un test pour voir combien d'amis vous avez

Passez-le à tous ceux que vous considérez comme des amis
- ou que vous aimeriez avoir pour amis et voyez combien vous retournent ce message !!!

 

Amicalement votre

Zoheir

Histoire Vraie

   Dans une petite ville de l'Indiana,Tom, un garçon de 15 ans, fut atteint d'une tumeur au cerveau. La chimiothérapie lui fit perdre tous ses cheveux, et il appréhendait beaucoup de revenir au lycée… chauve.

       Il imaginait déjà le regard des autres, les filles qui le montraient du doigt, les moqueries.


       Ses parents l'accompagnèrent jusqu'au lycée en voiture.
En s'approchant, il vit un de ses copains qui arrivait, lui aussi… chauve.  Puis un autre. Et encore un autre.

       En arrivant au lycée, il finit par comprendre :


       Tous les élèves de sa classe s'étaient fait tondre! D'un coup, l'appréhension, la honte, la peur s'envolèrent comme par
enchantement. Des larmes de joie et de bonheur lui vinrent aux yeux.

       Qu'allez-vous faire aujourd'hui pour donner du bonheur
à une autre personne?


       Les camarades de Tom lui ont fait un cadeau qui valait bien plus que tous les « cadeaux » habituels possibles.


Pourquoi? Parce que la gêne et la honte sont des émotions très lourdes à porter. Et que plus le poids est lourd, plus il est agréable d'en être soulagé.


       Mais ce cadeau demandait une qualité rare : la faculté de se mettre à la place de l'autre, l'empathie.


       Il est toujours agréable de faire des cadeaux, mais difficile de les réussir.

       Cela demande comme le dit un dicton indien, de "mettre les mocassins de l'autre", de s'imaginer ce qui lui fera plaisir.


       Il ne suffit pas d'entrer dans un magasin de cadeaux.


       Souvent, nous offrons un cadeau qui nous ferait plaisir
à nous-même, mais dont l'autre n'a que faire.


       "On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux" dit le Petit Prince. C'est avec le cœur qu'il faut choisir ses cadeaux.


       Un "merci" est un cadeau. Un compliment sincère est un cadeau. Un encouragement est un cadeau. Et la bonne nouvelle est que plus vous donnerez de cadeaux, plus vous en recevrez!

       Tous ces cadeaux demandent d'ouvrir notre esprit aux autres de manière positive. Pour dire merci, il faut se rendre compte que l'autre a fait quelque chose pour vous alors qu'il n'y était nullement obligé. Pour complimenter, il faut poser un regard positif sur l'autre, voire un regard d'amour. Pour encourager, il faut apprécier ce que l'autre a fait de positif et écarter le négatif de notre vision.


       Le meilleur cadeau: offrir du bonheur. Partager son bonheur. Rendre l'autre heureux. Cela demande de se rendre disponible, en se sortant de nos préoccupations, de ressentir, au risque d'être blessé, d'aimer, en prenant le risque d'être rejeté.


       Il y a cependant un risque aux cadeaux. Si vous donnez sans jamais demander, l'autre se sentira votre débiteur, et il vous le fera peut-être payer un jour. C'est l'image du fils adoptif de César, Brutus, qui lui porte un coup de poignard, et de la célèbre réplique de César : "Toi aussi mon fils!?"

       Une des solutions consiste à demander l'autorisation d'offrir un cadeau. Cela peut sembler bizarre, mais essayez-le. Si la personne vous donne son accord, elle ne peut pas vous en vouloir.

       Faut-il surprendre? Pour moi le cadeau réussi est une surprise. C'est un double cadeau. Si quelqu'un me dit "Je ne savais pas quoi t'offrir pour ton anniversaire la semaine prochaine, alors j'ai choisi ceci, j'espère que ça te plaira", il m'enlève une bonne partie de mon plaisir.


       En fait, dévoiler à l'avance le cadeau que l'on veut faire est un acte d'impatience et d'égoïsme. Celui qui donne veut avoir de la reconnaissance le plus vite possible, il pense plus à lui qu'à celui à qui il veut faire plaisir.


       "Vous donnez peu lorsque vous donnez de vos biens. C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez vraiment.

       Est-il seulement quelque chose que vous ne pourriez donner?

       Tout ce que vous possédez un jour sera donné; Donnez donc maintenant afin que votre heure de générosité soit et que ce ne soit celle de vos héritiers.

       Vous dites volontiers: "Je veux bien donner, mais seulement à ceux qui le méritent."


       Ce n'est pas ce que disent les arbres de vos vergers ni les troupeaux de vos pâturages. Ils donnent afin de vivre, car tout garder pour soi, c'est périr.

       Croyez-vous que celui qui est assez digne de jouir du jour et de la nuit ne soit pas assez digne de jouir de tout ce que vous pourriez lui donner?


       Et que celui qui a mérité de boire à l'océan de la vie, ne mérite pas d'emplir sa coupe à votre petit ruisseau?


       Et n'est-ce pas un plus grand mérite encore que le courage et la confiance, voire même la charité, de recevoir?


       Et qui croyez-vous être pour que les hommes mettent leur cœur à nu et laissent tomber leur fierté afin que vous puisiez les voir dans leur vraie valeur et dans leur dignité intouchée ?

       Assurez-vous d'abord de mériter d'être celui qui donne et d'être l'instrument du don.

       Car c'est la vie qui donne à la vie; vous, qui prétendez être celui d'où provient le don, n'êtes qu'un témoin.


       Quant à vous qui recevez  - et vous tous recevez -, ne portez surtout pas le poids de la gratitude, de crainte qu'elle devienne un joug sur vos épaules et sur celles de celui qui donne.

       Au contraire, considérez ces dons comme des ailes avec lesquelles vous pourrez vous élever avec celui qui donne"

       "Je vous redis la promesse des forts : les malheurs
passent, et le bonheur demeure. Tout échec est promesse.
Patience obtient tout."

                                                             Jean Guitton

 

Amicalement votre

Zoheir


Le Secret du Succes                              

        Dans une réunion de grands vendeurs, le grand crac, celui qui fait, depuis 20 ans, plus de chiffre que tout le monde et gagne plus en commissions que le patron, fait un exposé :

      "Et maintenant, je vais vous livrer le secret de mon succès.
   Je l'ai écrit sur une feuille et mis dans cette enveloppe.

      Mais le succès se mérite. Je vais donc vendre cette enveloppe,
   qui contient, vous en avez ma parole, tous le secret de ma réussite non seulement dans la vente mais aussi dans la vie, aux enchères."

      Les enchères commencent, d'abord timidement... 5 euros, puis 10 euros, puis 50, 100, 130, 150, 200... finalement, un de ses collègues remporte les enchères avec un peu plus de 1.000 euros.

      L'heureux gagnant prend l'enveloppe. Il la garde précieusement, et le soir, dans sa chambre, il ouvre l'enveloppe pour savoir enfin LE SECRET DU SUCCES.

      A votre avis, qu'y a-t-il sur cette feuille de papier ?

      Réfléchissez un instant. Notez mentalement ce qui vous vient
à l'esprit, avant de lire la réponse. Car je vais vous révéler,
effectivement, plus bas , ce qui était écrit sur cette feuille de   papier -- et qui vaut, à mon avis, bien plus que 1.000 euros.





                                                  ...



                                                  ...



                                                  ...



                                                  ...




      Le gagnant de l'enchère déchire l'enveloppe, tire la feuille,
   la déplie, et il y a seulement ces quelques mots manuscrits :





                           ===============


                                            IL

                                                  FAUT

                                                SAVOIR

                                             DEMANDER


                          ================

 

Amicalement votre

Zoheir


L ' E f f i  c a c i t e  1          

Avoir le sens de l'humour est un don extrêmement précieux
et utile dans de nombreuses situations de la vie
quotidienne du manager, il l'aide à :

    -> dédramatiser un problème
    -> diminuer des tensions ou l'effet négatif des
       contrariétés
    -> transmettre un message difficile
    -> faire accepter une critique
    -> accepter / ou à faire accepter une nouvelle
       surprenante
    -> créer et maintenir un bon climat d'équipe
    -> soutenir le moral et la motivation de l'équipe
    -> comprendre et assimiler une formation
    -> rendre une communication plus personnelle
    -> mieux accepter les agressions
    -> servir de paratonnerre pour se libérer de ses
       propres tensions
    -> créer un bon climat de communication, etc.

   C'est vrai que nous ne naissons pas tous avec de l'humour,
 et surtout avec un humour adapté à la situation de manager.
 Mais, tout le monde peut développer son sens de l'humour.

 Voici comment :

 1. Apprenez à prendre les choses avec plus de décontraction
 et de sérénité

 L'humour est affaire d'optimisme. Habituez-vous à ne pas
 voir que les choses négatives, il y a toujours une pointe
 d'humour dans chaque situation. Voyez les problèmes d'un
 double point de vue. Élargissez votre champ d'imagination.
 Commencez, par exemple, par ce petit exercice : Prenez un
 objet très quotidien (un crayon, un verre, etc.) et trouvez-lui les possibilités d'utilisation les plus diverses et les plus folles (vous pouvez jouer à cela avec vos enfants, vous verrez qu'ils s'amusent beaucoup et sont très doués). Après, transposez cette technique à vos problèmes quotidiens. Voyez-les sous un aspect nouveau,
plus créatif. Qui sait, vous allez peut-être leur découvrir des aspects positifs, et même de l'humour !

 2. Partez à la découverte !

 Devenez plus attentif à tout ce qui vous entoure. À force
 d'être plongé dans nos propres soucis et problèmes, nous
 rétrécissons notre champ de conscience.

 En étant plus présent aux autres, aux événements, vous
 allez découvrir plein de choses amusantes. Approchez donc
 les autres et la vie en général avec plus de curiosité ;
 l'humour en découlera automatiquement.

 3. Laissez-vous aller

 Le conseil : "ne parle pas avant d'avoir réfléchi" est certainement excellent dans de nombreuses situations, mais pas avec l'humour. Les hésitations, les craintes, sont des poisons pour l'humour. La spontanéité, elle, est un élément vital.

 Si vous avez des craintes, exercez votre humour d'abord en
petit groupe, avec des gens en qui vous avez confiance et qui vous aiment bien. Ainsi, vous prenez moins de risques de faire un "bide", de choquer ou de heurter la sensibilité des autres.

Avancez à petits pas !

 4. Observez les autres

 Qu'est-ce qui les fait rire ? L'effet de leur humour est-il vraiment constructif ? Après une phrase humoristique ou une plaisanterie, les gens doivent se sentir bien, heureux, en confiance.

 La sensibilité de sentir quelle sorte d'humour blesse ou est difficilement acceptable par les autres, s'affine par l'observation. Si, lors d'une remarque amusante, il n'y a qu'une personne du groupe qui rit, l'humour n'était certainement pas adapté et n'avait pas un objectif positif.

 Essayez aussi de découvrir quel style d'humour est le plus
 adapté à votre personnalité.

 5. Tenez votre "livre d'humour"

 Notez-y des anecdotes amusantes, des histoires drôles ou,
parfois même, juste une phrase. Nous avons tous la mémoire
courte et, lorsqu'il s'agit de trouver une histoire drôle
pour illustrer un point, nous ne la trouvons plus.

 Prenez l'habitude de noter aussi dans votre pda ou votre PC,
par exemple, des titres de journaux amusants, des publicités
ou des slogans. Ces notes deviendront vite une mine  précieuse pour  préparer vos discours, écrire une lettre, etc.

 Il vous sera facile de les adapter à votre langage et à votre
propre sens de l'humour.

   Si vous développez votre sens de l'humour, vous allez vous
apercevoir très vite que vous attirez davantage les autres.

Les gens se sentent attirés par des personnes gaies, positives et amusantes. Et surtout, vous attirerez des gens amusants : les gens qui aiment rire sont attirés par ceux qui les font rire... et
même les gens tristes aiment qu'on les sorte de leur morosité par un peu de gaieté et de joie de vivre.



-----------------------------


Pourquoi apprendre à négocier ?

-----------------------------


   Sans le savoir, nous passons notre temps à négocier. Qu'on
 le veuille ou non, nous sommes tous des négociateurs, il est indispensable d'apprendre à mieux négocier, pour plusieurs raisons :

 a) Pour cesser d'avoir l'impression que c'est l'autre qui
 "s'en est le mieux tiré"

 Que ce soit dans les affaires ou dans la vie de tous les jours, que vous vous trouviez ou non en position de faiblesse, quand vous manquez d'assurance ou de savoir-faire, vous risquez de vous en faire imposer par d'autres. Ils profitent parfois du fait que vous ne connaissez pas toutes les "astuces" de la négociation.

 b) Pour obtenir le maximum d'une situation

 Les techniques de négociation sont précieuses pour exploiter au mieux les atouts dont vous disposez. Plus d'assurance et de savoir-faire se traduisent autant par des avantages matériels tangibles que par des avantages plus difficiles à quantifier : prestige, charisme, etc.

 **Quelle est la meilleure approche ?**

   Chaque négociation est l'occasion, pour les 2 parties, de
s'enrichir, à tous points de vue. L'approche qui consiste à aborder une négociation avec la ferme intention de prendre le plus possible et de donner le moins possible, n'est pas la meilleure.

 De temps en temps, on fait une très bonne affaire (aux dépens de quelqu'un d'autre). Mais le plus souvent, peu importe ce que nous donnons, nous avons l'impression de recevoir peu en retour, il est plus agréable de donner beaucoup et de recevoir beaucoup ! C'est le principe de la négociation win-win.
 

Amicalement votre

Zoheir

Le Secret de la Communication                    

Quelle est la personne qui vous intéresse le plus ?

Quelle est la personne que vous aimez le plus ?

   Ce que vous lirez à la fin est le plus grand secret de toute la psychologie humaine.

   La réponse est dans l'échelle de Maslow, vous vous souvenez ?

   La reconnaissance de soi. La personne qui vous intéresse le plus, c'est vous! Et toutes les personnes qui vous diront,
Pierre, Paul, Jacques sont des menteurs.

   Je vais illustrer par l'exemple.

   Tous les ans je revoyais les mêmes clients régulièrement, je me déplaçais dans les sociétés et j'avais à chaque fois les mêmes contacts.

   Un certain client que je connaissais depuis 5 ans n'était pas aimable.


 On parlait professionnel, bonjour bonsoir et c'était fini.

   Un jour alors que je tendais l'oreille, j'entendis 2 employés qui parlaient de lui. Ils faisaient de l'humour sur sa passion, le golf.

  Lorsque je le vis, je lui dis " il parait que vous aimez le golf ? " Mon dieu, son visage changea. Il ne s'arrêta plus de parler et m'invita même à déjeuner. Depuis 5 ans c'était la première fois!

   Avant que je ne parte, il me dit, vous êtes très sympathique, j'aime votre conversation.

   Et là vous allez me dire que c'est normal vu que j'avais des connaissances en golf.

   Et bien non, je ne connaissais même pas les règles et aucun champion!

   Pendant toute la durée de la conversation, je n'ai pratiquement pas parlé, j'avais dit des choses comme " Ah bon, incroyable, c'est vrai, etc. "

   En revanche, lui a cru que j'avais dit pleins de choses, pourquoi ? Car nous avons parlé de lui, j'étais devenu sympa à ces yeux, je m'étais intéressé à lui.

   Voici le grand secret de la communication :

   => Le secret pour ne pas paraître timide

   => Le secret pour engager la conversation

   => Le secret pour avoir des amis

   etc.

   Retenez bien ceci :

   " Ce ne sont pas les personnes qui parlent le plus qui ont de vrais amis, ce sont les personnes qui s'intéressent aux autres "

   Si vous connaissez la passion ou l'intérêt d'une personne, vous allez faire sauter toutes les barrières qui existent entre vous et cette personne, et ce, même si vous parlez peu.

   Faites l'expérience lors de diners, vous allez voir comme cette règle est quasiment magique.

  Bien amicalement,

    Zoheir


Le Test des 3 Passoires                           

  Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu'un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit :

  "Sais-tu ce que je viens d'apprendre sur ton ami?

-Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j'aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires :

  - Les 3 passoires?

  Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses  sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l'on aimerait dire.

  C'est ce que j'appelle le test des 3 passoires. La première
passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai?

  - Non. J'en ai simplement entendu parler...

  - Très bien. Tu ne sais donc pas si c'est la vérité.

  Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m'apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

  - Ah non ! Au contraire.

  - Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n'es même pas certain si elles sont vraies. Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l'utilité. Est-il utile que tu m'apprennes ce que mon ami aurait fait ?

  - Non. Pas vraiment.

 Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter
 n'est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?"

                      ...............
............................

  La valeur du temps

  Pour apprendre la valeur d'une année, demande à l'étudiant
qui a raté un examen.

  Pour apprendre la valeur d'un mois, demande à la mère qui a mis un enfant au monde trop tôt.

  Pour apprendre la valeur d'une semaine, demande à l'éditeur d'un journal hebdomadaire.

  Pour apprendre la valeur d'une heure, demande aux fiancés qui attendent de se revoir.

  Pour apprendre la valeur d'une minute, demande à celui qui a raté son train, son bus ou son avion.

  Pour apprendre la valeur d'une seconde, demande à celui qui a perdu quelqu'un dans un accident.

  Pour apprendre la valeur d'une milliseconde, demande à celui qui a gagné une médaille d'argent aux Jeux Olympiques.

  Le temps n'attend personne. Rassemble chaque instant qu'il
te reste et il sera de grande valeur. Partage-les avec une personne de choix et ils deviendront encore plus précieux.

  La source de ce poème est inconnue (traduction d'un extrait allemand).

  "L'amitié l'emporte sur les liens du sang en ce qu'il peut y avoir parenté sans bienveillance et non point amitié.
 
   L'amitié n'est autre chose qu'un accord parfait de sentiments joint à une bienveillance et une tendresse mutuelles...

  Parmi les nombreux et solides avantages de l'amitié, le plus
 précieux, à mon avis, est de nous donner confiance en l'avenir, et de ne point laisser les esprits se décourager et s'abattre.
 
  Avoir un ami, c'est avoir un autre soi-même."  Cicéron

    Votre ami, Zoheir
 
 
                                     Edition www.Gratuitement.webs.com 

Pret a Recevoir    

Aujourd'hui c'est une chose très importante que je vais vous transmettre.

Des formateurs en développement personnel délivre ce secret dans des séminaires où les places s'achètent à des milliers d'euros - vous, vous avez la chance de l'avoir gratuitement, sur le site du club des livres.

Et c'est une chose très simple, enfantin même.

Voici de quoi il s'agit :

J'ai un ami, il s'appelle David, on rencontre très rarement des personnes comme lui.

David n'est pas un fervent adepte du développement personnel. Il n'a pas fait de hautes études et il n'a pas une énorme rangée de diplômes, il n'est pas d'une intelligence exceptionnelle (qu'il me pardonne de dire cela :-)), et il est même assez paresseux.

Pourtant, beaucoup envierait sa vie : il gagne énormément d'argent. Tout lui sourit. Il peut s'amuser quand il le veut, où il veut - il travaille quand il veut, sans aucun souci.

Et le meilleur : il ne possède pas (encore) d'entreprises ! Mais sa vie est déjà comme s'il possède un empire financier.

Son secret ? c'est bien plus tard que je l'ai compris :

IL S'ATTEND TOUJOURS AU MEILLEUR

C'est tout, et rien d'autre.

C'est un optimiste-né. Il s'attend toujours à ce que tout marche bien, et effectivement, tout marche bien 9 fois sur 10 !

interrogez un peu les gens autour de vous, qu'est-ce que vous
constatez ? Généralement, c'est du genre :

* J'épargne de l'argent pour les moments difficiles (on s'attend donc à des moments difficiles)

* Je préfère ne pas prendre des vacances, l'argent pourrait être utile au cas où ...

* Je ne mange pas ce dont j'ai envie - mon estomac peut ne pas le supporter

* Je n'ose pas partir à l'aventure - s'il m'arrivait quelque chose ?

* Je n'ose pas prendre la parole en public - si je fais une gaffe ?

* Je n'ose pas approcher la personne qui me plaît - et si je ne lui plais pas ?

Etc etc

Il y a une loi fondamentale de l'existence :

ON REÇOIT TOUJOURS CE QU'ON EST PRÊT A RECEVOIR

Vous économisez farouchement pour les périodes difficiles ? Vous êtes donc PRÊT pour les périodes difficiles ? Hé bien, les
périodes difficiles VONT ARRIVER !

Et inversement :

Vous vous préparez à l'abondance et à la richesse ? vous êtes sûr et certain que l'argent va couler à flot ?


Hé bien, L'ARGENT VA VRAIMENT COULER A FLOT !

Vous n'êtes pas obligé de me croire là, tout de suite, je ne vous le demande pas aussi, mais :

Je vous demande simplement de faire l'expérience.

Essayez, pendant une journée, une semaine, un mois ou une année - "switchez" un peu votre esprit, oubliez les mauvaises situations qui peuvent arriver - et n'envisagez que les bonnes.

Ayez un optimisme poussé à son paroxysme - bouchez-vous les oreilles quand des personnes vous parlent d'issues malheureuses - ne voyez plus qu'un seul résultat :

LE MEILLEUR !

Et même si de mauvaises choses vous arrivent, trouvez toujours le bon côté de la situation, le "côté positif".

Comme l'histoire de l'homme qui a raté le train pour aller à son travail et s'est fait viré - mais a rencontré la femme de sa vie sur le quai - et cette femme s'est révélée ensuite être une riche héritière !

Parfois aussi la vie nous donne ce qu'on désire de manière surprenante, inattendue ou controversée.

Mais la loi immuable est toujours :

"On obtient ce qu'on désire - quand on s'attend fortement à le recevoir"

N'ayez pas peur d'être déçu - et vous ne le serez pas !

 

Amicalement votre

Zoheir

Les 10 Commandements De l'Enfant        

1. Mes mains sont petites; ne vous attendez donc pas à la perfection quand je fais mon lit, quand je dessine ou que j'envoie un ballon. Mes jambes sont courtes; ralentissez pour que je puisse vous suivre.

 2. Mes yeux n'ont pas vu le monde comme vous; laissez-moi l'explorer en toute sécurité, mais sans interdit inutile.

 3. Il y aura toujours des choses à faire à la maison, mais moi je ne suis jeune que pour quelques années. Prenez le temps de m'expliquer les choses, avec patience et bonne volonté. Ce monde semble si merveilleux!

 4. Je suis fragile, même si je ne le montre pas. Soyez sensible à mes besoins, à ce que je ressens. Ne vous moquez pas de moi sans arrêt. Traitez-moi comme vous aimeriez être traité ou, mieux, comme vous auriez aimé être traité quand vous aviez mon âge.

 5. Je suis un cadeau de la nature; traitez-moi s'il vous plait comme tel. Je suis responsable de mes actions, mais c'est vous qui me donnez l'exemple et convenez avec moi de règles - avec amour.

 6. J'ai besoin de vos encouragements pour grandir. Mettez la pédale douce pour les critiques. Souvenez-vous: vous pouvez critiquer ce que je fais sans me critiquer, moi.

 7. Donnez-moi le droit de prendre des décisions moi-même. Autorisez-moi à expérimenter l'échec, pour que j'apprenne de mes erreurs. De cette façon, je serai prêt à prendre plus tard les décisions que la vie me demandera de prendre.

 8. S'il vous plaît, cessez de me comparer. Je suis unique. Si vous avez des attentes trop fortes pour moi, je ne me sentirai pas à la hauteur, et cela minera ma confiance en moi. Je sais que c'est difficile, mais ne me comparez pas à ma sœur ou à mon frère.

 9. N'ayez pas peur de partir ensemble pour un week-end. Les enfants on eux aussi besoin de vacances, sans leurs parents -- tout comme les parents ont besoin de vacances sans leurs enfants. En plus, c'est une façon de nous montrer combien votre relation est forte et combien vous vous aimez.

  10.Apprenez-moi la relaxation :
la méditation ou la prière. Montrez-moi l'exemple en vous
recueillant vous aussi. J'ai besoin moi aussi d'une dimension intérieure.

 

En lisant ce texte je me dis que notre enfant intérieur a lui aussi besoin de ces commandements pour s'épanouir!

                      ---------------------------

"On peut ignorer quelque chose. L'important, c'est de savoir chercher."      Samuel Johnson

 "Un enfant qu'on approuve apprend à s'accepter".
 Dorothy Nolte

 "J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, j'agis et je comprends".    Proverbe chinois

 

Amicalement votre

Zoheir

l'Argent n'Achete Pas Tout

    On peut acheter le plaisir...

                      mais pas l'amour;

    On peut acheter un spectacle.......

                      mais pas la joie;

    On peut acheter un esclave......... mais pas un ami;

    On peut acheter une femme.......... mais pas une épouse;

    On peut acheter une maison......... mais pas un foyer;

    On peut acheter des aliments....... mais pas l'appétit;

    On peut acheter des médicaments.... mais pas la santé;

    On peut acheter des diplômes....... mais pas la culture;

    On peut acheter des gardes du corps mais pas la sécurité;

    On peut acheter des livres......... mais pas l'intelligence;

    On peut acheter des tranquillisants mais pas la paix;

    On peut acheter des indulgences.... mais pas le pardon;

    On peut acheter la terre........... mais pas le ciel.

     Changer votre vie .....Maintenant


 "Il ne faut pas regretter ce que vous ne pouvez pas réparer"         Samuel Johnson

"Le progrès est impossible sans changement, et ceux qui ne peuvent jamais changer d'avis ne peuvent ni changer le monde ni se changer eux-mêmes."       George Bernard Shaw

 

Amicalement votre

Zoheir

Un Ami 1

Un ami ordinaire ne vous a jamais vu pleurer.

Un véritable ami a eu les épaules humides de vos pleurs.

Un ami ordinaire ne connaît pas le prénom de vos parents.

Un ami véritable a peut-être même leurs numéros de téléphone    dans son carnet d'adresse.

Un ami ordinaire amène une bouteille de vin à votre fête.

Un ami véritable vient avant pour vous donner un coup de main et après - pour vous aider à ranger.

Un ami ordinaire est contrarié que vous l'appeliez quand il est déjà au lit.

Un ami véritable vous demande avec inquiétude pourquoi vous n'avez pas pu l'appeler avant.

Un ami ordinaire aime parler avec vous de vos problèmes.

Un ami véritable aime vous aider à les résoudre.

Un ami ordinaire, lorsqu'il vous rend visite, se comporte en invité.

Un ami véritable ouvre le frigo et se sert.

Un ami ordinaire pense que votre amitié est finie après que vous vous soyez querellé.

Un ami véritable sait qu'une amitié se trempe dans une querelle et en ressort plus forte.

Un ami ordinaire s'attend à ce que vous soyez toujours là pour lui.

Un ami véritable est toujours là pour vous.

Un ami véritable ? Celui qui reste à vos côtés lorsque tout le
monde vous a abandonné.


                    -------------
---------------



"Un ami est quelqu'un avec qui je peux être sincère,    quelqu'un devant qui je peux penser tout haut."
   Ralph Waldo Emerson

"Alors qu'il marchait à l'aube sur la plage, le vieux vit devant
lui un jeune homme qui ramassait des étoiles de mer et les jetait à l'eau. Il finit par le rejoindre et lui demanda pourquoi
il agissait ainsi. Le jeune homme lui répondit que les étoiles
de mer mourraient s'il les laissait là jusqu'au lever du soleil.
 « Mais la plage s'étend sur des kilomètres et il y a des millions d'étoiles de mer, répliqua-t-il. Quelle différence cela va-t-il faire ? » Le jeune homme regarda l'étoile de mer qu'il tenait dans sa main et la lança dans l'écume. Il répondit : « Cela fera une différence pour celle-ci. »"
 
             Conseil d'alphabétisation du Minnesota
 

Amicalement votre

Zoheir


 
 
 
 
 
 
 

title

Proverbe

Absence et présence

" L'absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies et allume le feu. "

" Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage. "

" Les absents sont assassinés à coups de langue. "
Scarron

" Quand le soleil s'éclipse, on en voit la grandeur. "
Cf. Sénèque

" La présence est une puissante déesse. "
Goethe

" L'absence est le plus grand des maux. "
La Fontaine

" L'éloge des absents se fait sans flatterie. "
Gresset


Admiration

" Ce qui étonne, étonne une fois, mais ce qui est admirable est de plus en plus admiré. "
J. Joubert

" L'admiration est la fille de l'ignorance. "
Chevalier de méré

" Nous aimons toujours ceux qui nous admirent, et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons. "
La Rochefoucauld

" La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre. "
Anatole France

" Un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire. "
Nicolas Boileau


Adversité éducatrice

" Trois choses donnent la mesure de l'homme : la richesse, le pouvoir, l'adversité. "
Proverbe Arabe

" L'homme est un apprenti, la douleur est son maître. "
Alfred de Musset

" La glaise ne devient terre à mouler qu'après avoir été pétrie. "
Proverbe Grec

" C'est une loi: souffrir pour comprendre. "
Eschyle

" L'infortune est la sage-femme du génie. "
Napoléon 1er

" Il n'y a rien de si infortuné qu'un homme qui n'a jamais souffert. "
Joseph de Maistre


Adversité et prospérité

" La prospérité montre les heureux, l'adversité révèle les grands. "
Pline le Jeune

" Il faut de plus grandes vertus pour soutenir la bonne fortune que la mauvaise. "
La Rochefoucauld

" L'âme vile est enflée d'orgueil dans la prospérité et abattue dans l'adversité. "
Epicure

" La prospérité découvre nos vices et l'adversité nos vertus. "
Francis Bacon

 

Affection

" Quand le ciel veut sauver un homme, il lui donne l'affection pour le protéger. "
Lao-Tseu

" Les grandes pensées viennent du coeur, et les grandes affections viennent de la raison. "
Louis de Bonald


Ages de la vie

" L'homme arrive novice à chaque âge de la vie. "
Chamfort

" Les jeunes vont en bandes, les adultes par couples, et les vieux tout seuls. "
Proverbe Suédois

" Qui n'a pas l'esprit de son âge,
De son âge a tout le malheur. "
Voltaire

" Chaque âge a ses plaisirs, son esprit et ses moeurs. "
Boileau

" D'âge en âge on ne fait que changer de folie. "
La Chaussée


Aimer

" Aimer, c'est jouir, tandis que ce n'est pas jouir que d'être aimé. "
Aristote

" Quand on aime, ou bien l'on n'a point de peine, ou bien l'on aime jusqu'à sa peine. "
Saint Augustin

" On est aisément dupé par ce qu'on aime. "
Molière

" Qui aime l'arbre aime aussi les branches. "
Cité par Molière

" On n'offense personne en l'aimant. "
Florian

" Il faut aimer les gens, non pour soi, mais pour eux. "
Collin d'Harleville

" Les fautes sont grandes quand l'amour est petit. "
Proverbe Italien


Aimer et haïr

" Aime comme si un jour tu devais haïr; hais comme si un jour tu devais aimer. "
Bias

" Mieux vaut vivre enchaîné près de celui que l'on aime, que libre au milieu des jardins près de celui que l'on hait. "
Proverbe Persan

" L'amour et la haine sont des parents consanguins. "
Proverbe Allemand

" Qui chérit à l'excès sait haïr à l'excès. "
Aristote

" Aime et publie-le; hais et cache-le. "
Proverbe Egyptien

" Qui t'aime te fait pleurer; qui te hait te fait rire. "
Proverbe Espagnol

" On a peine à haïr ce qu'on a bien aimé. "
Corneille

" On aime sans raison, et sans raison l'on hait. "
Regnard


Ajourner

" Par la rue «Plus tard», on arrive à la place «Jamais». "
Proverbe Espagnol

" Un de ces jours c'est aucun de ces jours. "
Proverbe Anglais

" Tout ce qui peut être fait un autre jour, le peut être aujourd'hui. "
Montaigne

 

Amant et maîtresse

" Pour être aimé, soyez discret,
La clé des coeurs, c'est le secret. "
Florian

" Le plus grand amour est l'amour d'une mère, vient ensuite l'amour d'un chien, puis l'amour d'un amant. "
Proverbe Polonais

" L'amant ne connaît que son désir, il ne voit pas ce qu'il prend. "
Publitius Syrus

" On peut aimer l'amour et mépriser l'amant. "
G. Farquhar


Ambition

" Ceux qui s'avancent trop précipitamment reculeront encore plus vite. "
Mencius

" Quand les ailes poussent à la fourmi, c'est pour sa perte. "
Origine arabe ou persane

" Si tu ne veux pas que les choucas t'assiègent de leurs cris, ne sois pas la boule d'un clocher. "
Goethe

" L'ambition est comme un torrent et ne regarde pas derrière soi. "
Ben Jonson

" Le difficile n'est pas de monter, mais, en montant, de rester soi. "
Jules Michelet

" Un homme n'est pas malheureux parce qu'il a de l'ambition, mais parce qu'il en est dévoré. "
Montesquieu


Amitié

" La terre nous fait attendre ses présents à chaque saison, mais on recueille à chaque instant les fruits de l'amitié. "
Démophile

" Avoir de l'or faux est un malheur supportable et facile à découvrir ; mais le faux ami, c'est ce qu'il y a de plus pénible à découvrir. "
Théognis

" Il faut tendre la main à ses amis sans fermer les doigts. "
Diogène

" Un ami est long à trouver et prompt à perdre. "
Proverbe général

" Vous avez trois sortes d'amis : vos amis qui vous aiment, vos amis qui ne se soucient pas de vous, et vos amis qui vous haïssent. "
Chamfort

" Un ami, c'est quelqu'un qui sait tout de toi, et qui t'aime quand même. "
F.W. Hubbard


Amour

 

" Deux choses ne se peuvent cacher : l'ivresse et l'amour. "
Antiphane

" On ne saurait être sage quand on aime, ni aimer quand on est sage. "
Publilius Syrus

" Pour bien aimer une vivante, il faut l'aimer comme si elle devait mourir demain. "
Proverbe Arabe

" L'amour ne se paie qu'avec l'amour et les oeuvres avec les oeuvres. "
Fernando de Rojas

" Il n'y a qu'une sorte d'amour, mais il y en a mille différentes copies. "
La Rochefoucauld

" Il en est du véritable amour comme de l'apparition des esprits : tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu. "
La Rochefoucauld

" L'amour ôte l'esprit à ceux qui en ont et en donne à ceux qui n'en ont pas. "
Diderot

" L'amour n'est que le roman du coeur, c'est le plaisir qui en est l'histoire. "
Beaumarchais

" L'amour a besoin des yeux, comme la pensée a besoin de la mémoire. "
Mme Necker

" L'amour est un égoïsme à deux. "
Mme de Staël

" Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout. "
Colette

" On passe souvent de l'amour à l'ambition, mais on ne revient guère de l'ambition à l'amour. "
La Rochefoucauld

" On passe une moitié de sa vie à attendre ceux qu'on aimera et l'autre moitié à quitter ceux qu'on aime. "
Victor Hugo

" L'amour est la seule passion qui se paye d'une monnaie qu'elle fabrique elle-même. "
Stendhal


Amour et amitié

 

" L'amitié finit parfois en amour, mais rarement l'amour en amitié. "
C. C. Colton

" L'amour est à la portée de tous, mais l'amitié est l'épreuve du coeur. "
A. d'Houdetot

" Offrir l'amitié à qui veut l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif. "
Proverbe Espagnol


Amour et fidélité

" La violence qu'on se fait pour demeurer fidèle à ce qu'on aime ne vaut guère mieux qu'une infidélité. "
La Rochefoucauld

" En amour, il n'y a que les commencements qui soient charmants ; c'est pourquoi on trouve du plaisir à recommencer souvent. "
Prince de Ligne


Apparence

" On examine avec soin les objets dans les boutiques, mais quand il s'agit des gens, on les juge sur l'apparence. "
Aristippe de Cyrène

 

Aptitude

" Un homme n'est pas bon à tout, mais il n'est jamais propre à rien. "
Antiquité Chinoise


Artisan de son sort

" De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est infligés à soi-même. "
Sophocle

" Le sage se demande à lui-même la cause des ses fautes, l'insensé la demande aux autres. "
Proverbe Chinois


Beauté physique

" La beauté du corps, découronnée de celle de l'âme, n'est un ornement que pour les animaux. "
Démocrate

" Les jolies filles ne sont pas toujours heureuses et les garçons intelligents sont rarement beaux. "
Proverbe Chinois

" A côté de la beauté, l'esprit et le coeur font toujours l'effet de parents pauvres. "
Etienne Rey


Beauté féminine

" La beauté sans la grâce attire, mais elle ne sait pas retenir ; c'est un appât sans hameçon. "
Maxime Planude

" Trois choses sont fugitives : l'écho, l'arc-en-ciel, la beauté des femmes. "
Proverbe Allemand

" Une femme belle est le paradis des yeux, l'enfer de l'âme, et le purgatoire de la bourse. "
Proverbe Estonien

" La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. "
Voltaire

" Une femme qui est belle a toujours de l'esprit ; elle a l'esprit d'être belle. "
Théophile Gautier


Bonheur

" Il y a deux sortes de gens : ceux qui peuvent être heureux et ne le sont pas, et ceux qui cherchent le bonheur sans le trouver. "
Proverbe Arabe

" Un homme heureux est une barque qui navigue sous un vent favorable. "
Proverbe Chinois

" Un grand obstacle au bonheur, c'est de s'attendre à un trop grand bonheur. "
Fontenelle

" Le plaisir peut s'appuyer sur l'illusion, mais le bonheur repose sur la réalité. "
Chamfort

" Le bonheur est comme l'écho : il vous répond : mais il ne vient pas. "
Carmen Sylva


Bonheur et malheur

" Le bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur. "
Lao-Tseu

" On n'est jamais si malheureux qu'on croit ni si heureux qu'on avait espéré. "
La Rochefoucauld


Caractère

" C'est son caractère qui fait à chacun sa destinée. "
Cornelius Nepos

" On ne découvre jamais mieux son caractère qu'en parlant de celui d'autrui. "
J. P. Richter

" Crois, si tu veux, que des montagnes ont changés de place ; mais ne crois pas que des hommes puissent changer de caractère. "
Proverbe Persan

 

Chagrin

" Le chagrin est comme la maladie : pour les uns, il est bénin ; pour les autres il est aigu. "
Proverbe Français

" Le chagrin est comme un grand trésor : on ne s'en ouvre qu'à ses intimes. "
Proverbe Malgache


Chance

" Si la chance veut venir à toi, tu la conduiras avec un cheveu ; mais si la chance veut partir, elle rompra une chaîne. "
Proverbe Berbère

" Lorsque la chance nous sourit, nous rencontrons des amis ; lorsqu'elle est contre nous, une jolie femme. "
Proverbe Chinois


Chimère

" N'entretiens pas l'espoir de ce qui peut être espéré. "
Pytagore

" Si l'on ôtait les chimères aux hommes, quel plaisir leur resterait-il ? "
Fontenelle


Coeur

" Suis ton coeur, pour que ton visage brille durant le temps de ta vie. "
Plathotep

" Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas. "
Al-Gazal

" Le coeur de l'homme parfait est comme une mer dont on ne peut découvrir les lointains rivages. "
Proverbe Chinois

" Le monde est une mer, notre coeur en est le rivage. "
Proverbe Chinois

" Le hasard gagne des batailles,
Mais le coeur ne se gagne que par des vertus. "
Florian

" On peut fendre un rocher ; on ne peut pas toujours attendrir un coeur. "
Proverbe Indien (tamil)

" La soif du coeur ne s'apaise pas avec une goutte d'eau. "
Saadi


Coeur et la raison

" L'esprit a beau faire plus de chemin que le coeur, il ne va jamais si loin. "
Proverbe Chinois

" La raison peut nous avertir de ce qu'il faut éviter, le coeur seul nous dit ce qu'il faut faire. "
J. Joubert

" Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. "
Pascal


Colère

" Les conséquences de la colère sont beaucoup plus graves que ses causes. "
Marc Aurèle

" Vaincre la colère, c'est triompher de son plus grand ennemi. "
Publilius Syrus

" Les hommes coléreux se font à eux-mêmes un lit d'orties. "
Samuel Richardson


Commencer

" Le plus grand arbre est né d'une graîne menue ; une tour de neuf étages est partie d'une poignée de terre. "
Lao-Tseu

" Si vous cherchez la source du fleuve Yosthino, vous la trouverez dans les gouttes d'eau sur la mousse. "
Proverbe Japonais